Municipales à Vitry : des patriotes agressés par des communistes et des racailles ?

Version d’un participant :

Le Front présentait à Vitry, bastion communiste, un candidat pour la première fois de son histoire.
Le weekend passé, à la fin du premier tour, ce candidat a subi intimidations de la part des ténors communistes locaux. De ce fait, il a été décidé ce weekend de lui prêter main forte pour le second tour.
Une 20aine de militants appartenant à divers mouvements politiques sont donc présents dans la mairie. Les résultats sont annoncés, le candidat FN se fait conspuer à chaque annonce de ses scores de façon assez violente par la foule assez hétéroclite (cocos de 60 ans sosies de Robert Hue / Femmes voilés / racailles). Le maire est réélu, fait son discours à l’issue duquel notre groupe lance une marseillaise. Celle ci sera copieusement sifflée par la foule présente, 7/8 vieux cocos nous poussent vers la sortie sous les huées de la foule cosmopolite. De là des coups sont échangés, avant que la Police intervienne. A l’extérieur d’autres coups sont échangés avec des racailles des cités avoisinantes. La Police arrive et nous escorte vers nos voitures.
Aucun salut nazi ni skinhead comme mentionné dans le torchon du Parisien.

Version du Parisien :

De la joie à la colère. Alors que les partisans d’Alain Audoubert (PC) célébraient dimanche soir la réélection du maire sortant (47,46%) dans le hall de la mairie de Vitry, une vingtaine de jeunes militants d’extrême droite — crâne rasé et blouson noir pour la plupart — sont venus perturber l’annonce des résultats.


Entonnant la Marseillaise à vive voix, certains d’entre eux ont mimé le salut nazi sous les yeux des élus et de leurs électeurs.

La foule, scandalisée, a alors expulsé le groupe de skinheads en dehors de l’hôtel de ville avec fermeté. De jeunes Vitriots s’en sont mêlé, et une échauffourée a éclaté sur l’esplanade de la mairie, quelques coups partant durant la bousculade. «?Si la police n’était pas intervenue rapidement, il aurait pu se produire un drame, raconte une habitante de Vitry. Parce que plusieurs jeunes des cités aux alentours ont rappliqué pour en découdre.?»

Mais le groupe d’agitateurs avait déjà été encerclé par les forces de l’ordre, qui l’ont escorté loin de l’hôtel de ville, sous les insultes d’une quarantaine de personnes.

D’après un témoin, les militants d’extrême-droite seraient repartis dans des véhicules immatriculés dans l’Essonne. «Choquants» et «scandaleux» pour beaucoup, les incidents n’ont fait aucun blessé.

Le Parisien

 

Municipales à Villeneuve-Saint-Georges : vers une fusion des listes FN et DVD (MàJ vidéo)

TV Libertés : Interview de Dominique Joly :

—————-

Réaction des candidats PC et DVD de Villeneuve-Saint-Georges :

——————–

Coup de tonnerre à Villeneuve-Saint-Georges ? Alors que l’on se dirigeait vers une triangulaire PC/droite/FN pour le second tour des élections municipales, le candidat (DVD) Philippe Gaudin et le FN Dominique Joly pourraient annoncer la fusion de leurs listes.
Les deux candidats n’ont pas encore communiqué et seraient en discussion. Un proche de Philippe Gaudin a affirmé que la fusion était actée, comme l’a annoncé par ailleurs i>Télé.

Au premier tour, la maire sortante (PC) Sylvie Altman – notamment soutenue par le PS et le PRG – avait recueilli 38,88% des voix, contre 31,8% à Philippe Gaudin, 26,05% pour Dominique Joly et 3,27% à Lutte Ouvrière.
Philippe Gaudin était soutenu au 1er tour par l’UMP, l’UDI et le MoDem. Au premier tour, le taux de participation était de 50,83%.

Le Parisien

(Merci à Vilainefille)

A Gentilly, les clandestins ne veulent pas partir. « On a déjà dépensé 300.000 euros pour eux »

Devant la mairie de Gentilly, les sans-papiers clandestins manifestent. Dix-sept d’entre-eux, dont l’hébergement est payé par la ville, ont eu la confirmation qu’ils devaient partir.

«On ne sait pas où aller. C’est comme si on recommençait depuis le début»

Le groupe s’est pressé sur le parvis de l’hôtel de ville pour y rentrer :«Laissez nous entrer, s’il vous plaît». «Non», répond un adjoint.

«La ville a fait beaucoup pour vous. On a depensé plus de 300 000 euros. On ne peut pas faire plus.» Les sans-papiers clandestins ne sont pas de cet avis. «On nous a dit qu’on ne nous laisserait pas tomber. Il faut que les promesses soient tenues.»

La maire (PC) s’adresse aux sans papiers :

«Vous êtes déloyaux et votre situation ne justifie pas l’agression [l'agressivité] dont vous faites preuve à l’égard de nos agents.(…) Dans d’autres villes, on vous aurait virés. Si vous voulez aller au ministère de l’Intérieur, il y a un car. C’est la dernière chose que nous ferons».

Le Parisien

Philippe Gaudin (divers droite) : A Villeneuve-Saint-Georges, on a 40% de logements sociaux, il y a des fusillades tous les jours… (vidéo)

Europe 1 – 26/03/14

Ce candidat de droite à la mairie de Villeneuve de Saint-Georges a rompu la digue entre la droite modérée et le Front national.


(Merci à Celina)

Maisons-Alfort (94) : trois coups de couteau pour avoir sifflé une fille

Un jeune homme, âgé de 22 ans, a été secouru par le Samu, dimanche en fin d’après-midi, après avoir reçu des coups de couteau. Quand il est rentré au domicile familial, sa mère s’est rendu compte qu’il saignait abondamment. Elle a immédiatement prévenu le Samu 94 qui s’est porté à son secours. Le jeune homme présentait trois plaies béantes au flanc et l’un des coups de couteau avait atteint le foie. Juste avant d’être évacué vers l’hôpital, il a eu le temps de confier le nom de son agresseur, un jeune garçon de 19 ans, domicilié dans un immeuble voisin.

Les policiers ont interpellé dans la foulée l’auteur présumé des coups de couteau qui n’a rien tenté pour se soustraire. Il a même indiqué aux policiers l’endroit où il avait jeté le manche de son couteau, la lame s’étant brisée lors de l’agression. Pour justifier son geste, le jeune homme a expliqué que la victime avait manqué de respect à son amie : il l’avait sifflée !

(…) Le Parisien

Orly : un jeune homme meurt poignardé

C’est sans doute encore un règlement de comptes, dont on ignore pour l’instant l’origine, qui s’est produit ce vendredi, en fin d’après-midi, rue Jean-Racine à Orly. Il est environ 18 h 30 lorsque des cris retentissent dans cette rue bordée de petits immeubles. Un jeune homme s’effondre brutalement sur le sol : il vient d’être poignardé à plusieurs reprises au niveau du cou et du thorax.
Malgré la panique qui s’ensuit à cette heure où les passants sont encore nombreux, les secours sont immédiatement prévenus, et découvrent, à leur arrivée sur place, un jeune homme gisant dans son sang, très grièvement blessé. Malgré tous les efforts des urgentistes, le jeune homme, âgé de 24 ans, décède à son arrivée à l’hôpital.

(…) Le Parisien

Municipales à Vitry (94) : Audoubert (PC) veut lutter contre la droite et l’extrême droite «agressives»

Alors qu’Alain Audoubert (PC) présentait vendredi à la presse son «projet d’action municipale», résumant les projets de la liste (soutenue par le PS, le PRG et le MRC) qu’il conduit sur les grandes thématiques, le maire de Vitry a insisté sur la nécessité de «faire face à une droite et une extrême droite mobilisées et agressives».

C’est un projet à l’image de la ville, riche de sa diversité, des valeurs de solidarité, de paix et de justice sociale.»

«Je suis partisan du rassemblement de toute la gauche, et je pense que la division est une erreur, a regretté l’édile, faisant référence aux candidatures de Jacques Perreux (EELV) et Bertrand Potier (DVG). Chaque voix de gauche qui s’éparpille peut conduire à un siège de plus pour nos adversaires de droite.» A Vitry, le FN chercherait actuellement à constituer une liste. Alain Afflatet (UMP), lui, a déjà lancé sa campagne.

Le Parisien ; Blog d’Alain Audoubert

Le Perreux (94). Théorie du genre : une sortie scolaire annulée

Le débat sur le genre n’en finit pas de ricocher. Après le livre « Tous à poil », ou encore la diffusion du film « Tomboy » dans des écoles, c’est une pièce de théâtre qui fait à nouveau les frais d’une polémique. « La princesse qui n’aimait pas les princes » est une pièce jouée pour la première fois cette semaine au Pocket Théâtre, à Nogent-sur-Marne. Inspirée d’un conte pour enfants, elle met en scène les amours « extra » ordinaires d’une princesse qui repousse ses prétendants pour les beaux yeux d’une fée. Un spectacle soutenu par le conseil régional d’Ile-de-France.

« La représentation de mercredi prochain était réservée à 50 enfants du centre de loisirs du Perreux-sur-Marne (NDLR : la ville voisine) auprès desquels nous devions aussi animer un atelier de sensibilisation. Mais la directrice a été contrainte d’annuler la sortie sans concertation, car la municipalité lui a dit que la thématique bloquait », rapporte le metteur en scène, Delphine Orléach. « Notre pièce est censurée, alors que c’est avant tout un outil permettant de répondre aux interrogations des enfants, et de parler d’homosexualité avec humour. »

(…) Le Parisien

Amine, 15 ans, lynché au nom d’une ancienne rivalité territoriale

Ils l’ont abandonné en bordure du périphérique, le crâne défoncé à coups de brise-vitre. Un coin de trottoir à la lisière du Kremlin-Bicêtre, de Gentilly (Val-de-Marne) et du 13e arrondissement de Paris, carrefour symbolique de cette expédition punitive aux obscurs motifs territoriaux qui s’est conclue, vendredi 17 janvier vers 19 heures, par le lynchage d’un gamin de 15 ans qui passait par là.


Avant l’arrivée des secours, Amine S. a péniblement tenté de se dresser sur ses bras sous le regard médusé des clients du Campanile, attablés à quelques mètres de son agonie derrière une baie vitrée. Il a perdu connaissance quelques minutes plus tard et est mort le lendemain à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière.

« Ils », ce sont les « petits », comme les appellent les riverains. Une quarantaine de gamins âgés de 13 à 16 ans, originaires d’une mosaïque de quartiers de la « petite ceinture » de Paris, ameutés par SMS et réseaux sociaux, qui déambulaient ce soir-là par petits groupes dans le centre-ville du « KB », le surnom du Kremlin-Bicêtre, pour aller en découdre avec ceux de « Victor-Hugo », un quartier populaire de Gentilly. Amine, un garçon sans histoire, « doux et discret » selon ses amis, qui « ne traînait pas le soir », a eu le malheur de croiser leur chemin en rentrant de son collège parisien.

Le Monde

(Merci à Sylvain)

Thiais (94). Un ado de 17 ans se présente à l’hôpital avec un couteau dans la tête, son pronostic vital est engagé

Un adolescent de 17 ans s’est présenté à l’hôpital privé de Thiais avec un couteau dans la tête dans la nuit de samedi à dimanche. Il aurait indiqué avoir été agressé à un arrêt de bus de la commune, peu après minuit. Alors qu’il était avec quelques amis, une vingtaine d’individus s’en seraient pris au petit groupe.

L’un des agresseurs aurait alors lancé un couteau dans leur direction, couteau qui serait venu se nicher à l’arrière du crâne de la victime. Son pronostic vital est engagé.

(…) Le Parisien