Aubervilliers (93). braquage lors d’une partie de cartes

Quatre malfaiteurs ont dépouillé samedi matin sous la menace d’armes à feu les participants à une partie de cartes privée dans un restaurant d’Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), emportant 3.000 euros de butin.

La police a interpellé trois des quatre malfaiteurs présumés, et le service de la sûreté départementale a été saisi.

Il était 8h20 lorsque les quatre individus ont fait irruption «avec des armes de poing et d’épaule» dans ce restaurant, dépouillant les joueurs de leur argent liquide et de leurs objets personnels.

Le Parisien

Epinay (93). un jeune homme soupçonné d’avoir égorgé sa mère

Un jeune homme d’une vingtaine d’années est soupçonné d’avoir tué dimanche à Epinay-sur-Seine (Seine-Saint-Denis) sa mère d’un coup de couteau à la carotide avant de tenter de se suicider.

Peu après 14 heures, la police a découvert cette quinquagénaire à son domicile avec «une entaille importante au niveau de la gorge». Elle était également blessée au thorax et est décédée après l’arrivée de la police. Son fils était présent, blessé.

Le jeune homme, né en 1990, s’est accusé avant de «s’effondrer». Il a été conduit à l’hôpital Beaujon de Clichy, où ses jours n’étaient plus en danger.

Considéré comme «le principal suspect», il «a probablement tenté de mettre fin à ses jours» après avoir tué sa mère, expliquent les enquêteurs.

Ni la mère ni le fils n’étaient connus de la police. [...]

Le Parisien
(Merci à Stigmatiseur)

 

Une octogénaire retrouvée égorgée à son domicile en Seine-Saint-Denis (màj) Un « jeune » arrêté

Addendum 07.06.2013: 
Un jeune homme a été arrêté et placé en garde à vue jeudi matin, après la découverte lundi du cadavre d’une femme de 82 ans, égorgée dans son appartement d’une cité du Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), a-t-on appris de source judiciaire. [...]

Le Parisien

————————

Une dame de 82 ans a été retrouvée morte, probablement égorgée, lundi dans son appartement d’une cité du Blanc-Mesnil, en Seine-Saint-Denis, selon des sources concordantes.

Cette dame a été « probablement égorgée, selon les premières constatations », indique une source proche du dossier. Elle vivait seule au troisième étage d’un immeuble HLM de la cité Guy Môquet.

Une équipe d’une vingtaine de policiers s’activaient au pied et dans l’immeuble, et des enquêteurs de la police scientifique et technique les ont rejoints en milieu d’après-midi.

Ce sont les pompiers qui ont découvert la vieille dame après avoir été appelés par la gardienne, qui s’inquiétait de ne pas réussir à joindre sa locataire par téléphone, en milieu de journée, a expliqué un porte-parole de la Brigade des sapeurs-pompiers de Paris, qui n’a pas souhaité donner plus de précisions.

La brigade criminelle de Paris est saisie de l’enquête, a indiqué une source judiciaire. Un représentant du parquet de Bobigny s’est rendu sur place.

BFMTV

(Merci à Solly)

Aubervilliers (93) Il alimentait différentes cités d’Aubervilliers, 16 kilos de cocaïne saisis

La police a saisi mardi plus de 16 kilos de cocaïne au domicile d’un homme de 30 ans. Trois personnes ont été interpellées, a annoncé jeudi la préfecture de police de Paris.

Il s’agit de « la plus grosse saisie de cocaïne » dans le cadre d’une zone de sécurité prioritaire (ZSP). Trois hommes ont été interpellés mardi à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis), soupçonnés d’être impliqués dans un trafic de cocaïne, a indiqué jeudi la préfecture de police. La police a saisi plus de 16 kilos de cocaïne.

Après « un mois d’investigations », précise la PP, les enquêteurs ont identifié un trafic au sein de la ZSP Pantin-Aubervilliers, « organisé depuis un appartement dont un des occupants, âgé de 30 ans, se chargeait d’alimenter les différentes cités d’Aubervilliers ».

Mardi, la police avait vu l’un des suspects quitter les lieux en voiture, puis abandonner cette dernière pour monter sur un scooter conduit par un autre homme. Ils ont vu le jeune homme dissimuler un gros sac, contenant les 16,2 kilos de cocaïne, sur un palier de son immeuble. Le suspect a été interpellé à son domicile, ainsi que ses parents.

MetroNews

Saint-Denis : la famille trafique, elle est expulsée de son HLM

Une famille accusée de trafic de drogue à Saint-Denis a été expulsée, lundi matin, de son logement HLM pour «trouble de jouissance», a annoncé le bailleur social Plaine commune habitat.

L’expulsion, effectuée en vertu d’un jugement rendu le 17 décembre 2012 par le tribunal d’instance de Saint-Denis, «met un terme à près de deux ans» de procédure judiciaire, précise l’office HLM, qui se félicite dans un communiqué de cette «première victoire judiciaire».

Lieu de stockage et de vente de drogue

Durant plusieurs mois, «ce logement avait été transformé en un lieu de conditionnement, de stockage et de vente de produits stupéfiants, générant nuisances et dégradations dans l’immeuble et à ses abords», explique dans ce communiqué le président de Plaine commune habitat Stéphane Peu, adjoint au maire (PCF) de Saint-Denis.

Ouest France

Le point de deal rapportait 12.000 € par jour

Onze personnes ont été arrêtées pour un trafic de drogue dans le Vieux-Saint-Ouen. Elles ont été déférées hier devant la justice.

Chaque jour, 500 à 600 personnes se seraient rendues dans le Vieux-Saint-Ouen, à quelques minutes à pied du métro, pour acheter quelques grammes de résine ou d’herbe de cannabis, depuis au moins six mois. C’est ce que les policiers de Saint-Ouen ont pu évaluer, en multipliant depuis décembre les surveillances, pour confondre les auteurs d’un juteux trafic qui aurait rapporté 12000 € par jour.

Onze personnes ont été déférées hier. Une information judiciaire est ouverte pour association de malfaiteurs et trafic de stupéfiants en bande organisée. Le parquet a requis un mandat de dépôt contre six personnes, dont deux devaient déjà exécuter une peine. Ces suspects doivent purger huit mois et un an de prison, prononcés contre eux dans d’autres affaires.

Les lieux de vente oscillaient d’un hall à l’autre, au gré de la présence policière ou des CRS — on est ici en zone de sécurité prioritaire — mais sans trop s’éloigner du 2, rue du Landy-Prolongée et de cette tour bien connue comme adresse du trafic. Avec des vendeurs et des guetteurs qui ne doutaient de rien.

(…) Le Parisien

Bobigny : un père rom qui faisait mendier ses filles condamné

Un père de famille rom a été condamné jeudi à trois mois de prison ferme et neuf avec sursis par le tribunal correctionnel de Bobigny pour avoir obligé trois de ses filles à faire la manche à Paris. Ses filles, dont deux sont des mineures de 16 et 17 ans, mendiaient depuis septembre 2012 devant un supermarché de la rue de Crimée dans le XIXème arrondissement.

Une association qui aide des mineurs étrangers en danger avait fait un signalement en avril quand soudainement, les jeunes filles «ont demandé protection» aux éducateurs qui allaient régulièrement les voir, mais sans jusque-là «pouvoir leur parler librement», a expliqué la présidente de la 17ème chambre du TGI. Les jeunes filles ont raconté que leur père les obligeait à mendier et les privait de nourriture ou les frappait si elles ne ramenaient pas assez d’argent. Elles ont ensuite confirmé ces propos aux policiers venus arrêter leur père dans un bidonville de Bobigny, le 16 avril.

Libération

Un jeune homme blessé par balles dans les quartiers Nord de Marseille

Un homme âgé d’une vingtaine d’années a été blessé par balles mardi matin dans les quartiers Nord de Marseille, a-t-on appris de source proche de l’enquête. Selon les premiers éléments, la victime venait de sortir de chez sa compagne vers 5h30, avenue de Saint-Antoine, dans le 15e arrondissement de la capitale phocéenne, quand elle a été touchée au moins à quatre reprises par un tireur, selon la même source.

Le jeune homme, connu des services de police, a été légèrement blessé. Ses  jours ne sont pas en danger, selon les marins-pompiers. Le parquet de Marseille a saisi les policiers de la brigade criminelle de la police judiciaire.
LCI

Sarcelles (95). Embrouille de cité, un des deux jeunes poignardés est mort

Un des deux jeunes poignardés hier après-midi à Sarcelles a succombé à ses blessures. Il était âgé de 17 ans et originaire du quartier des Sablons. La seconde victime, dont on ignore encore l’âge et elle aussi domiciliée dans le secteur, serait tirée d’affaire.  

C’est au pied de cette barre d’immeuble allée Albert Roussel, que l’altercation entre jeunes a eu lieu samedi après-midi. Un des deux jeunes poignardés a succombé à ses blessures

Les faits se sont produits hier à 16h20 du côté de l’allée Albert-Roussel à Sarcelles dans le quartier des Vignes-Blanches.

Les deux hommes ont été blessés par arme blanche, à une ou plusieurs reprises, par plusieurs individus qui seraient originaires de Seine-Saint-Denis.

[...] Tout serait parti d’une embrouille avec des personnes de la cité des Poètes, qui est juste à côté, à Pierrefitte.»

Pour l’heure, les policiers de la sûreté départementale du Val-d’Oise, en charge de l’enquête, n’ont procédé à aucune interpellation. «Nous en sommes au tout début de l’enquête. Nous cherchons à connaître l’origine de cette agression», précise une source judiciaire. Le corps du jeune homme de 17 ans sera autopsié demain.

Le Parisien

Guet-apens contre des policiers, cité des Poètes (93) vidéo 2010

La Courneuve (93). une centaine de tombes dégradées

Des plaques funéraires arrachées, des ornements disparus… Une centaine de tombes du cimetière intercommunal de la Courneuve (Seine-Saint-Denis), dans le quartier des Six-Routes, ont été dégradées dans la nuit de vendredi à samedi. [...]

[...] Les faits semblent indiquer que le ou les coupables cherchaient uniquement à voler du métal.

La muncipalité (PC) de la Courneuve a condamné dans un communiqué des «actes indignes et inacceptables» et annonce qu’elle va «renforcer la sécurité autour du cimetière».

Le Parisien
(Merci à Pikachou)

Saint-Denis (93). le cadavre d’une octogénaire emballé dans du cellophane

Le corps d’une femme de 84 ans a été retrouvé ce jeudi après-midi dans un pavillon de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis), emballé dans du papier absorbant et du cellophane. Ses deux filles de 64 et 65 ans ont été placées en garde à vue par les enquêteurs de la police judiciaire.

[...] Les filles ont expliqué aux enquêteurs qu’elles croyaient que «des anges voulaient leur malheur» et que ceux-ci avaient donc empoisonné leur mère au cyanure.

Elles ont expliqué avoir ensuite emballé le corps de leur mère dans du cellophane. Un cahier où les femmes notaient les «soins» apportés à la dépouille a été retrouvé à côté du corps.

Le cadavre partiellement «momifié» a été retrouvé par les pompiers dans une des chambres du pavillon, toujours occupé par ses filles. C’est un voisin, intrigué par une odeur étrange qui a donné l’alerte.

Le Parisien
(Merci Thomina)

Bobigny (93) : Attaqué au couteau par un homme en chaise roulante

Une personne a été grièvement blessée après avoir reçu un coup de couteau d’un homme en chaise roulante, aujourd’hui dans un centre commercial de Bobigny, a indiqué la préfecture de Seine-Saint-Denis.

L’agression, qui a eu lieu vers 18h, a été si violente que la victime était entre la vie et la mort ce soir. L’agresseur présumé a été interpellé dans le centre commercial Bobigny 2.

L’origine de leur différend était «ignorée» dans l’immédiat, selon la préfecture.

Le Figaro