Linas (91) : elle frappe la caissière avec la canne d’une octogénaire

Elles se sont acharnées sur la caissière en la frappant avec une canne de grand-mère. Jeudi vers 18 heures, à l’épicerie Spar, deux sœurs âgées de 28 et 30 ans s’en sont prises à la gérante, âgée de 41 ans, qui s’est vu prescrire 21 jours d’incapacité temporaire totale de travail.

Un peu plus tôt, la plus âgée des deux, en visite chez sa sœur vivant à Linas, se rend une première fois à l’épicerie acheter de l’alcool. Lors de son second passage au magasin, toujours pour des spiritueux, le ton monte entre elle et la caissière. La troisième fois, les deux femmes s’insultent. La jeune femme ivre appelle sa sœur à la rescousse en affirmant qu’elle aurait été frappée. La jeune sœur arrive au magasin. Elle saisit la canne d’une cliente de 89 ans et s’en sert pour passer à tabac la caissière tandis que la sœur alcoolisée la gifle et la griffe. La plus âgée sera interpellée dans la foulée, tandis que la plus jeune, connue pour des faits de violence, s’est présentée hier au commissariat d’Arpajon.

(…) Le Parisien

Vigneux-sur-Seine : le contrôle d’identité tourne au caillassage et à l’émeute (+ compil)

Essone (91) : Un trafic de caravanes démantelé dans différents camps de gens du voyage

L’enquête de la sûreté départementale a été longue, mais fructueuse. Elle a permis d’interpeller lundi matin sept personnes dans différents camps de gens du voyage à Nozay, Leuville-sur-Orge, Ollainville et La Ville-du-Bois, et de retrouver deux caravanes.

Le Parisien

Villebon-sur-Yvette (91) : les associations demandent un délai pour l’expulsion des Roms

Après 2 années passées dans l’usine Galland désaffectée de Villebon-sur-Yvette, les Roms sont désormais expulsables. L’huissier est passé ce mercredi après-midi pour apporter un commandement de quitter les lieux, qui fait suite à la décision du Tribunal de Grande Instance d’Évry en décembre dernier.

Trois d’entre eux, accompagnés de nombreux membres des associations et organisations qui les soutiennent, se sont rendus à la Préfecture d’Évry ce jeudi 10 avril afin de donner leur pétition au Préfet de l’Essonne, Bernard Schmeltz. Cette pétition, signée par plus de 900 riverains de Villebon et de Palaiseau, a pour but de permettre aux familles Roms de « rester jusqu’à la fin de l’année scolaire » et d’avoir la possibilité de louer un terrain, comme l’explique Nicolae Oita, jeune Roms étudiant en Droit à la Faculté d’Orsay.

Motivés et déterminés, les représentants des associations et les trois Roms présents ont néanmoins dû attendre de longues minutes avant d’entrevoir un petit signe d’espoir. Un espoir très vite anéanti lorsqu’une assistante du Préfet leur a clairement répondu : « Déposez votre pétition à l’accueil, il en prendra connaissance », insistant sur le fait que personne ne pourrait les recevoir. Une réponse non-acceptable pour les défendeurs de la cause des Roms, qui sont restés sur place jusqu’à ce que cette même dame ne revienne quelques minutes plus tard pour récupérer la pétition. Cette pétition devrait alors, très rapidement, parvenir aux mains de Bernard Schmeltz, le seul à pouvoir réellement mettre en oeuvre l’expulsion des Roms, par le biais des gendarmes.

Essone Info

Corbeil-Essonnes (91) : La police caillassée à Montconseil

Ils ont entre 16 et 20 ans et ont été placés en garde à vue vendredi soir. Vers 19 heures, la police est appelée dans le quartier de Montconseil, à Corbeil-Essonnes, pour une bagarre. Mais tout porte à croire qu’il s’agissait d’un guet-apens.

Le Parisien

Essonne: ils blessent quatre policiers en attaquant le commissariat

« Un déchaînement de violence », ont rapporté des témoins de la scène. Quatre policiers ont été blessés mercredi par trois personnes qui ont tenté de reprendre au commissariat des Ulis, dans l’Essonne, un enfant qui attendait d’être placé en foyer pour protection de mineurs.

Deux femmes et un homme ont essayé de s’emparer de force d’un mineur qui venait d’être placé en foyer, après que son père avait été placé en garde à vue, suspecté de faits de violences et de maltraitance sur enfant.

« Nous n’avons pas à respecter les lois de la République »

La mère et la tante de l’enfant, qui portaient toutes deux le voile, ainsi que l’oncle, ont forcé le passage du commissariat arguant qu’ils n’avaient pas à « respecter les lois de la République », rapporte une source policière.

Frappant et insultant les agents du commissariat, le trio a blessé quatre policiers et occasionné quatre ITT (Incapacité totale de travail).

Devant ce « déchaînement de violence », les trois agresseurs ont été placés en garde à vue pour fait d’outrage. Les deux femmes ont été relâchées après huit heures pour être convoquées ultérieurement, le médecin devant les consulter n’étant pas disponible avant le lendemain.

Le syndicat Alliance Police Nationale a critiqué cette décision, s’inquiétant que « des individus auteurs de violences envers des policiers et dans l’enceinte même d’un commissariat soient relâchés si rapidement et que l’impunité de certains qui se situent au-dessus des lois républicaines soit confortée par ce genre de décision« .

BFM

Montgeron (91) : le camp de Roms part en fumée

Un violent incendie a ravagé un camp de Roms, dans la nuit de dimanche à ce lundi, à Montgeron (Essonne). Le feu s’est déclaré vers 3 heures du matin n’a pu être définitivement éteint par les pompiers qu’à 8 heures ce matin. Entre-temps, les flammes ont dévasté la moitié de ce camp de quelque 250 personnes, établi à proximité de la N6, en limite de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne). Le sinistre n’a pas fait de victimes.

Environ 140 personnes, dont 50 enfants, ont été hébergés dans un gymnase de la commune, à proximité des lieux du sinistre. Les Roms s’étaient installé là l’été dernier et étaient sous le coup d’un arrêté d’expulsion qui devait prendre effet le 31 mars.

Le Parisien

Grigny (91) : cocktail Molotov lancé contre les policiers

Une véhicule de la Brigade anticriminalité (BAC) de Juvisy (Essonne) a été la cible de jets de projectiles  samedi après-midi vers 15 heures dans le quartier de la Grande Borne de Grigny. Un cocktail Molotov et des pierres ont atteint la voiture de police sans faire de blessés. Le quartier a été immédiatement sécurisé par des renforts de CRS. Les auteurs n’ont pas été identifiés.

Le Parisien

Dassault et les achats de voix : les preuves accablantes

Les policiers ont trouvé, chez l’ancien maire de Corbeil, des listings détaillant les faveurs dont ont profité certains habitants de la ville.

Des achats de voix ? «Il n’y en a jamais eu.» Serge Dassault, au cœur d’une enquête sur la corruption électorale présumée à Corbeil, ville dont il fut le maire de 1995 à 2009, a nié mardi toutes les accusations, rejetant les «soi-disant témoignages» décrivant le système comme «des mensonges». Et pourtant.

Les magistrats disposent d’une preuve décisive. Elle a été saisie le 25 juin lors d’une perquisition au «Clos des pinsons», la résidence de Dassault à Corbeil, qui lui sert aussi de quartier général pendant les élections. Les policiers de la Division nationale d’investigations financières et fiscales (DNIFF) ont mis la main sur quatre versions d’un listing d’électeurs, comportant environ 130 noms. Ces documents, auxquels Libération a eu accès, détaillent les faveurs dont ont bénéficié ces habitants de Corbeil (dons d’argent, travail, formations, etc), très probablement dans le cadre de l’élection municipale de septembre-octobre 2009. Ils démontrent aussi l’existence d’un système très organisé orchestré par Serge Dassault, auquel ont participé plusieurs élus et fonctionnaires municipaux.

 

Libération

Massy (91) : cinq jeunes interpellés pour acte de cruauté envers une chèvre

Tenue en laisse, face à un chien qui, lui, ne l’était pas. Samedi, vers 20 h 10, cinq jeunes hommes ont été interpellés dans les Grands-Ensembles de Massy pour acte de cruauté envers un animal.

Âgés de 18 à 20 ans, tous déjà connus des services de police, ils avaient récupéré une chèvre naine, l’avaient attachée en laisse avant d’énerver passablement le chien de race staff de l’un d’entre eux et de l’inciter à attaquer l’animal.

(…) Le Parisien

Fleury-Mérogis : un détenu dans le coma, 300 manifestants devant la prison. Màj : 800 personnes marchent pour Deniz

Addendum 15 février : Près de 800 personnes ont défilé en début d’après-midi ce samedi dans les rues de Melun. Toutes et tous ont réclamé « la justice » et des soins pour le jeune homme.

(…) Le Parisien

———————————–

« Il n’a pas pu se suicider », assurent les manifestants. Environ 300 personnes, de toutes les générations, adolescents, jeunes adultes, hommes et femmes d’âge mûr, venues de Sénart et de Melun, en Seine-et-Marne, se sont massées devant la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis, en Essonne, ce dimanche en fin d’après-midi. Elles affirment que leur ami Deniz, un jeune homme de 21 ans incarcéré depuis dimanche dernier, serait dans le coma. Les manifestants réclament la vérité sur ce qui se serait passé.

Selon les manifestants, ce détenu aurait tenté de se prendre dans sa cellule mardi dernier. Il se trouverait maintenant en état de mort cérébrale dans un hôpital à Antony (Hauts-de-Seine). « Ça semble tout à fait improbable, juge Tacim, un proche de Deniz. Il a déjà fait de la prison, il sait ce que c’est. Et même si c’est le cas, pourquoi ne l’a-t-on pas surveillé ou envoyé chez un médecin avant ? »

(…) Le Parisien