Lavaur (Tarn) 14 voitures incendiées, 4 autres à Boulogne (62)

14 voitures ont été incendiées dans plusieurs rues du centre historique de Lavaur (Tarn) dans la nuit de mardi à mercredi. La gendarmerie a été chargée de l’enquête.

France 3

————————-

Dans la nuit de mardi à mercredi, vers minuit et demi, une voiture a pris feu, sur la place Louis-Blanc, juste en face de l’école maternelle Michelet.

Avec le vent, l’incendie s’est propagé sur trois autres voitures garées à côté. Quelques explosions ont retenti, et la fumée s’est propagée dans le quartier. Un habitant a rapidement prévenu les pompiers, qui sont intervenus vers une heure du matin, avec la police. [...]

La Voix du Nord
(Merci à BobbyW)

RD820 à Montpezat : un « forcené » armé agresse une douzaine d’automobilistes

Un forcené a agressé une douzaine d’automobilistes hier matin sur la RD.820, face à l’hôtel Le Gabachou à Montpezat.

Armé d’un couteau à cran d’arrêt et d’un piquet de clôture en fer, l’homme âgé d’une trentaine d’années avait entrepris d’arrêter les voitures roulant ici à 90 km/h, avec tous les risques liés à l’opération sur cet axe très passager.

Gendarmes et pompiers intervinrent donc, bientôt rejoints par des militaires de passage pour mettre un terme au western.

Au terme d’une longue course-poursuite dans la campagne environnante, l’individu fut maîtrisé dans une cour de ferme après avoir essuyé un jet de gaz lacrymogène et une décharge de Taser.

L’équipée sauvage s’est donc soldée par un bouchon mais aussi par quelques dommages corporels (une blessure au bras) et des dégâts matériels pour les automobilistes.

Un bébé installé dans son siège auto à l’arrière d’une voiture eut beaucoup de chance quand l’individu brisa avec son piquet la vitre arrière. Le forcené a été hospitalisé d’office à Cahors, nonobstant les poursuites dont il pourrait faire l’objet.

La Dépêche
(Merci à Koy74)

Graulhet (81). Après un rodéo à moto, le contrôle de gendarmerie vire au guet-apens

« Ils nous ont rejoué un petit Trappes. » Même lâchée sur le ton de la boutade, cette confession d’un gendarme traduit assez bien ce qui s’est déroulé dimanche soir dans le quartier de Crins, à Graulhet. En voulant ramener le calme dans un quartier de Graulhet où des jeunes effectuaient un rodéo à moto, deux gendarmes sont tombés dans une embuscade dimanche soir. Même si le contexte n’a rien à voir avec les émeutes de Trappes, cette rébellion à l’autorité pose question.

Il est bientôt 21 heures et cela fait un moment que les oreilles des riverains des avenues de l’Europe et de Provence subissent les nuisances sonores de jeunes qui font du rodéo dans la rue. « Il y en avait deux surtout qui s’amusaient à passer au feu rouge, au risque de provoquer un accident, et à chevaucher le terre-plein. Alors, on a prévenu la gendarmerie », raconte un retraité qui se plaît dans ce quartier.
Enfin, un peu moins dimanche soir, quand deux militaires de la brigade autonome de Graulhet, qui faisaient la morale à un des «risque-tout» à moto qu’ils venaient d’intercepter en flagrant délit de feu rouge grillé, se sont fait insulter par un automobiliste venu se mêler de ce qui ne le regardait pas. En quelques secondes, ce conducteur a réussi à rameuter une vingtaine de jeunes habitants du quartier. Les deux militaires ont été molestés et leur véhicule de service sérieusement dégradé. Hier, le directeur de cabinet du préfet saluait leur sang-froid dans ces circonstances. «Ils ont réussi à s’échapper sans faire usage de la force.» (…)

Le maire PS de la ville, tout en condamnant « fortement » cet acte de violence joue l’apaisement.

(…) La Dépêche

Merci à Padamalgam et fopastigmatizé et ResistantActif

Carmaux (81) Cauchemar des policiers, A.B écope d’une 20e condamnation pour outrage et rébellion

Même son avocat est désabusé, Me Alary estimant que la situation d’A. B. «relève plus de la psychiatrie que d’autre chose». Pourtant, une nouvelle fois (N.D.L.R. : la fois d’avant c’était le 20 juin) il a bien fallu que le tribunal correctionnel d’Albi s’intéresse au comportement de ce Carmausin de 29 ans, natif du Val-de-Marne [...]

[...] le prévenu a joué la montre en déposant plainte contre des policiers carmausins qu’il accusait de l’avoir frappé. A. B. s’était constitué partie civile devant la juge d’instruction qui avait prononcé un non-lieu. Celui qui se présentait comme victime sera encore débouté en appel, la chambre d’instruction allant même, ce qui est très rare, jusqu’à le condamner à 3 000 € d’amende pour plainte abusive.

[...] ce 19 février 2011. Vers 0 h 30, des policiers patrouillent au plan d’eau de Lendrevié, à Blaye. Ils contrôlent un véhicule. A bord, deux Carmausins qui sentent fortement d’alcool.

Si le conducteur se laissera interpeller sans problème, le passager va donner du fil à retordre aux policiers. Depuis le talus, il rameute la cité voisine à la rescousse.

«Au secours, les policiers m’ont tabassé. Descendez les crever.» Pour le procureur Claude Dérens, «ces insanités sont malheureusement le quotidien des policiers de Carmaux à cause de Monsieur B.» [...]

La Dépêche

Jaëlle, congolaise, venue en France pour être soignée, déclarée citoyenne d’honneur de Faussergues (81)

Jaëlle, une jeune congolaise est venue en France pour une opération du tibia. En convalescence à Faussergues dans le Tarn, elle fait l’objet d’une grande chaîne de solidarité et est même devenue citoyenne d’honneur du village.

Jaëlle est en convalescence dans une famille du petit village tarnais de Faussergues, qui compte 140 habitants. La jeune fille âgée de 14 ans a été opérée du tibia à Toulouse avec l’aide de « la chaîne de l’espoir ». Une grande solidarité s’est construite autour d’elle. Le conseil municipal qui ne dispose pas de gros moyens, a fait un don de 100 euros à l’association « la chaîne de l’espoir ». Pour compenser une somme qu’il aurait aimée plus importante, le maire a proposé de faire de Jaëlle la première citoyenne d’honneur de Faussergues.

France 3 – midi Pyrénées

Albi : « Je veux un toit et une carte de séjour »

Nordine Djelida, 46 ans, en est à son septième récépissé de demande de carte de séjour délivré par la préfecture du Tarn (voir notre édition du 19 mars 2011).

Cet Algérien, père d’un enfant français «en a ras-le-bol». Depuis 22 ans qu’il est entré en France, le sans-papiers n’a toujours pas obtenu une carte de séjour qui lui permettrait de quitter ce squat humide à proximité du musée Lapérouse, dans lequel il vit depuis 7 ans. Habitué des locaux de La Dépêche du Midi, l’homme est venu exprimer son désespoir. [...]

La Dépêche du Midi

(Merci à Julien271)

Albi : Valentin, l’étudiant sauvagement agressé, est décédé… et l’un de ses agresseurs déjà libéré (MàJ)

Addendum du 27/08/12

Farouk Y, l’un des agresseurs de Valentin tué d’un coup de bouteille en juin dernier, devrait être relâché car mineur. Pour s’exprimer pour la première fois, la famille de la victime a choisi RMC. « Tous les jours, je pleure », raconte sa mère.

Après une soirée d’anniversaire sur les berges du Tarn, il se trouvait avec un ami lorsqu’il a été abordé par deux jeunes de 17 et 22 ans qui voulaient une cigarette, puis partager la bouteille d’alcool que transportait Valentin. Lorsqu’il veut la récupérer, il est agressé à coup de bombe lacrymogène avant de recevoir le coup de bouteille. Il meurt deux jours plus tard. Depuis, les deux agresseurs, alcoolisés et en possession de produits stupéfiants au moment des faits, connus des services de police, ont été mis en examen. Mais le plus jeune d’entre eux devrait être libéré car mineur.

(…)

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Il en est à sa 4ème agression

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

RMC

Lire la suite

Albi (81) : Elle tombe nez à nez avec le voleur

[...] Une jeune fille sort de sa piscine et se dirige vers la maison. Elle entend alors du bruit provenant du 1er étage. En pénétrant dans l’habitation, elle tombe nez à nez avec un inconnu. Cet homme a le bas du visage dissimulé et brandit un pied de biche.

Il profère des propos menaçants pour mieux couvrir sa fuite. Après avoir donné l’alerte, la jeune fille constatera très vite que le cambrioleur n’est pas reparti les mains vides. Des bijoux et divers objets constituent le butin. Vers 20 heures, la police va retrouver la trace du suspect, grâce à un riverain du quartier des Brus, intrigué par le comportement d’un homme qui semble s’intéresser de près à des maisons (inoccupées) situées, ironie du sort, tout près de la prison d’Albi. [...]

Pas de chance, la jeune fille de la piscine n’a pu formellement l’identifier. Si bien que le parquet a décidé de le laisser libre samedi soir, avec une convocation en septembre devant le tribunal correctionnel… où il répondra seulement de «recel de vol». Voilà qui s’appelle s’en sortir à bon compte.

La Dépêche du Midi

(Merci à antibarbare)

Graulhet (81). Il urine sur la maison, le propriétaire proteste, il lui donne des coups de couteau

Vers 22 heures environ samedi soir, deux individus pris d’une envie pressante n’ont rien trouvé de mieux que de se mettre à uriner contre le mur d’une maison située en ville. Très agacé par le comportement de ces personnes, le propriétaire de la maison est sorti pour manifester sa colère. C’est alors que l’un des deux pisseurs aurait sorti un couteau pour s’en prendre au propriétaire des lieux.

Il aurait été touché au moins à trois ou quatre reprises à une main avant que son agresseur ne s’enfuie. Un seul des deux compères en effet serait vraiment impliqué dans l’agression. La victime a été prise en charge par les pompiers et transportée à l’hôpital où elle a été soignée et même opérée de la main. Les blessures ne seraient finalement pas trop profondes mais les faits sont graves.

Saisis immédiatement de l’affaire, les gendarmes graulhétois ont entrepris des recherches afin de retrouver l’homme au couteau.

La dépêche

Merci à cerisecerise69

Albi. Dix-huit Albanais arrivent à la fois

Dix-huit Albanais de plus sont arrivés inopinément, vendredi vers 18 heures. Ils se sont d’abord présentés à l’hôpital d’Albi. « Quelques enfants ont été soignés aux urgences, à qui des consignes avaient été données en ce sens. Ensuite, nous avons fait comprendre aux migrants qu’ils ne pouvaient pas rester là. Ils l’ont admis. Il n’y a eu aucun trouble », indique la direction de l’hôpital. Les arrivants ont dormi en plein air place Lapérouse. « Nous ne sommes pas en capacité de les loger. D’autant qu’en une quinzaine de jours, près de 50 Albanais sont arrivés, couples avec enfants, hommes et femmes seuls », recense Béatrice Steffan, secrétaire générale de la préfecture du Tarn. Elle ajoute que « nous sommes dans un état de droit. Ces étrangers en situation irrégulière n’ont pas forcément vocation à rester. Certains déposeront une demande de statut de réfugié, qui sera examinée à la plate-forme régionale de Toulouse. » Mme Steffan s’interroge aussi « sur la présence d’une filière d’immigration clandestine. Nous allons étudier ça. »

La dépêche

Merci à Dalek

Gaillac (81) : la bande avait semé la violence en ville

Les gendarmes de la communauté de brigades de Gaillac ont interpellé, hier matin, à leur domicile, quatre jeunes qui seraient à l’origine des violences commises trois jours de suite, la semaine dernière en centre ville. Ils sont âgés pour trois d’entre eux de 16 ans et le quatrième n’a que 14 ans.

Trois jeunes étaient placés en garde à vue, ce mardi, dans l’attente de leur présentation au parquet d’Albi pour des faits de violences en réunion et avec armes les 16, 18 et 19 mai.

[...] Les jeunes se seraient approchés avec un poing américain dans la main d’un des quatre protagonistes ; un autre aurait sorti un couteau. Mais c’est un coup de casque que la victime a pris sur la tête. Alors que le père tentait de maîtriser celui qui tenait le couteau. La bande prenait aussitôt la fuite en scooter.

Ils récidivaient le lendemain, place du Griffoul sur un passant. Tout débutait une nouvelle fois par un trouble à l’ordre public puis des insultes. La victime tentait de se réfugier dans un cabinet médical pour leur échapper. Peine perdue. Il était frappé à coup-de-poing dans la salle d’attente.

La dernière victime ayant porté plainte est un jeune en vélo qui sera roué de coups en pleine rue, au troisième jour de cette équipée sauvage. La aussi, le cycliste n’a pas voulu se laisser dépouiller sans rien dire.

À l’aide des témoignages des victimes notamment, les gendarmes de Gaillac sont remontés jusqu’à ces quatre jeunes dont l’un pourrait être en récidive. Ils ont agi sans chercher à se cacher [...]

La Dépêche (Merci à Dalek)

Albi. Mimoun et Mohamed condamnés à dix ans de réclusion pour viol aggravé sur majeurs protégés

La cour d’assises du Tarn a condamné Mimoun Assouyane, 30 ans et Mohamed Tabouche, 53 ans, à dix ans de réclusion criminelle. Ces deux Castrais étaient accusés de viol aggravé. Une affaire survenue dans la nuit du 18 au 19 septembre à Albi sur fond d’alcool et glauque à plusieurs titres, notamment la personnalité des victimes, Michel B. et Alain P. L’un sous tutelle, l’autre sous curatelle, ces deux majeurs protégés souffrent de schizophrénie.

Les deux victimes « avaient été utilisées comme des objets instrumentalisés par les accusés ». Les faits se sont déroulés au domicile d’une des deux victimes. Dans le cadre étrange de cet appartement entièrement tagué à la bombe argentée, les deux malades mentaux s’étaient vus ordonner de pratiquer l’un sur l’autre une fellation et un simulacre de sodomie. Rappelant « la vulnérabilité » de leurs clients, Me Lise Van Driel et Me Stéphanie Boutaric, respectivement parties civiles pour Alain P. et Michel B., ont dénoncé « la violence de la scène et le traumatisme qu’elle a créé. Une des victimes a fait une tentative de suicide trois semaines après et l’autre est hospitalisée depuis. »

Pour la défense, il n’y a pas eu viol, car cela suppose au plan juridique qu’il y ait eu pénétration de l’auteur sur la victime. Or la fellation incriminée n’a impliqué que les deux victimes entre elles, agissant certes sous la contrainte de leurs deux tourmenteurs qui les avaient fait se donner en ce triste spectacle. Il y a eu aussi discussion aussi entre défense et accusation sur le fait de savoir si les deux accusés avaient ou non connaissance de la vulnérabilité des deux schizophrènes liée à leur maladie mentale. Manifestement, au vu du verdict, cela ne fait aucun doute pour les jurés.

La dépêche

(Merci à Jean Bart)