Amiens. Prison ferme pour les quenellistes

Le tribunal correctionnel d’Amiens a condamné ce mardi 22 avril Pierre-Marie Payet, 28 ans, et Lofti Ftaiti, 31 ans, à cinq mois de prison ferme et 1.000 euros d’amende, le premier pour provocation à la haine raciale, injure publique, menaces de dégradation, le second pour complicité. Les deux hommes, qui avaient participé en janvier à la manifestation de soutien à Dieudonné, avaient tourné le 15 février dernier une vidéo qu’ils avaient ensuite diffusée sur Internet, sous le titre « Mise au point, convocation au commissariat, les quenellistes pissent sur la préfecture ».

(…) Courrier Picard

Abbeville (80) : 3 mineurs mis en examen pour torture et actes de barbarie sur un handicapé

Les faits se sont produits la nuit de Noël dans le quartier des Platanes à Abbeville (80): un homme de 45 ans, handicapé mental, a été torturé par 3 jeunes du quartier. Mineurs, ce garçon et ces 2 filles ont été mis en examen pour torture et actes de barbarie.

Les faits se sont produits la nuit de Noël dans le quartier des Platanes à Abbeville (80): un homme de 45 ans, handicapé mental, a été torturé par 3 jeunes du quartier. Mineurs, ce garçon et ces 2 filles ont été mis en examen pour torture et actes de barbarie.

(…) France 3 Picardie

Amiens : Les premières pompes funèbres musulmanes arrivent

Les premières pompes funèbres musulmanes arrivent à Amiens, en Picardie. D’ici novembre, elles ouvriront leurs portes, informe Le Courrier Picard.

Ces familles musulmanes sont de plus en plus nombreuses à vouloir être enterrées sur le sol français mais le nombre de carré musulmans reste insuffisant. En 2011, l’Hexagone en comptait 82.

Ce service sera proposé par Abdellah Hadid, le responsable national des pompes funèbres musulmanes El Ouadjib, («Le devoir» en arabe) basées dans le Nord-Pas-de-Calais, et Nasser Bouzidi, qui a succédé à son père Houcine Bouzidi, un imam qui s’occupait depuis 1964 des rites funéraires islamiques à Amiens.

Leur future entreprise de pompes funèbres baptisée El Ouadjib-El Bouzidi permettra à la communauté musulmane d’Amiens, où un carré musulman a vu le jour en 1982, de préparer facilement les obsèques de ses membres en France ou à l’étranger. […]

saphirnews

Amiens. Un assistant social agressé

En quarante ans de carrière, Michel Marcotte, 60 ans, assistant social de la CAF de la Somme n’avait pas connu une telle situation. Encore marqué par ce qu’il a vécu lundi, au pied des tours Balzac, dans le quartier nord d’Amiens, il veut témoigner, pour dire les difficultés que rencontrent aujourd’hui les travailleurs sociaux.

« En tant qu’assistant social CAF, je devais rendre visite à une famille habitant rue Balzac pour l’aider dans une demande de prêt. Arrivé un peu en avance, j’attendais dans ma voiture », commence-t-il. Un jeune homme s’approche et lui demande « tirer de là ». Michel Marcotte détaille : « Je me suis présenté comme assistant social de la CAF, je lui ai demandé si c’était lui qui décidait de qui entrait dans le quartier… Je lui ai même parlé de la République », sourit-il. « Puis j’ai avancé jusqu’à la tour, où j’ai appelé l’ascenseur, mais un groupe de jeunes s’est formé. »

Michel Marcotte se fait insulter, bousculer. Sa tête cogne contre un mur. Un généraliste de SOS médecins lui délivrera d’ailleurs huit jours d’incapacité de travail. La victime lâche son cartable, qui s’ouvre en tombant et éparpille tous ses papiers au sol. Le tout, sous l’œil amusé de ses agresseurs.

(…) Son retour à la voiture se fera dans les mêmes conditions : pression physique de la part de l’attroupement « de sept à huit jeunes », insultes et même un jet de pierre en direction de l’assistant remonté à bord de son véhicule, qu’il parvient à éviter.

(…) Courrier Picard

Merci à SCARY PANTS

Règlement de comptes à Amiens : les agresseurs, qui s’étaient trompés de victime, mis en examen pour tentative d’assassinat

Trois hommes ont été mis en examen pour tentative d’assassinat et trafic de stupéfiants. Ils sont soupçonnés d’avoir agressé un jeune homme de 26 ans fin juin dans le quartier Etouvie à Amiens.

Majoritairement d’origine cap-verdienne, ils avaient été interpellés mardi en fin d’après-midi avec sept autres personnes, dans le cadre d’une enquête sur un trafic « conséquent » d’herbe de cannabis et à la suite de cette agression violente.

Le 26 juin, trois individus cagoulés avaient tenté d’assassiner un père de famille, pris pour une autre personne. Le père de famille avait reçu sept coups de marteau au visage, alors qu’il sortait de l’ascenseur de sa résidence à Etouvie accompagné de son fils de trois ans. Son pronostic vital avait été engagé, mais il a survécu à l’agression.

Les enquêteurs de l’antenne amiénoise de la police judiciaire de Lille avaient fait rapidement le lien avec un trafic de stupéfiants, essentiellement d’herbe de cannabis, dans ce quartier, selon la source proche de l’enquête. L’enquête a permis d’établir que le trafic durait depuis sept ans, à raison de 30 à 50 clients par jour et représentant 4.000 à 5.000 euros par jour.

(…) France 3 Picardie

Amiens: Fortes perturbations des transports en commun après des agressions contre des chauffeurs

Le trafic des autobus dans Amiens Métropole était fortement perturbé ce mercredi matin en raison d’un droit de retrait exercé par des chauffeurs à la suite d’un caillassage la veille dans le quartier nord de la ville et une autre agression lundi contre l’un d’eux, a indiqué à l’AFP un responsable de la société de transport.

«La moitié des bus ne circulent pas ce matin, après ce caillassage et l’hospitalisation du chauffeur atteint aux yeux par des éclats de verre», [...]

Le responsable de la société a indiqué que des mesures avaient été immédiatement prises en réaction à ce grave incident sous la forme d’«une déviation de la ligne, qui ne dessert plus jusqu’à nouvel ordre ce quartier».

20minutes

Caillassage et tirs de paintball sur CRS, voitures incendiées à Amiens Sud-Est

Tirs de paintball en direction des CRS, voitures incendiées. Les tensions ont repris dans la nuit de samedi à dimanche, rue Marcel-Paul.

Même si la préfecture confirmait hier qu’il ne s’agissait en rien du même épisode de violences que le quartier Sud-Est a connu en janvier dernier, des heurts ont à nouveau éclaté entre habitants et policiers, de samedi après-midi à dimanche matin, rue Marcel-Paul et mail Roger-Salengro, dans le secteur de « La Salamandre ».

Tout a commencé samedi, à 16 h 05 par des jets de cailloux sur une patrouille de CRS. Dix minutes plus tard, ce sont des projectiles d’une tout autre nature qu’ont essuyés ces mêmes policiers, puisqu’ils ont été la cible de trois tirs de paintball. Il n’y a eu ni blessé, ni dégâts, et le calme est vite revenu dans la rue Marcel-Paul.

Jusqu’à hier matin, 00 h 05, où deux voitures ont été placées en travers du mail Roger-Salengro pour y être volontairement incendiées. [...]

[...] Car ici, depuis un an et demi, selon la population de ce secteur du quartier Sud-Est, « la violence c’est au quotidien ».

Si la violence a été contenue dans la nuit de samedi à dimanche, le calme reste fragile dans ce secteur de la ville.

Courrier Picard
(Merci à Antibarbare)

Le Conseil Régional de Picardie se mobilise pour les sans-papiers

Après 14 semaines d’une formation linguistique et culturelle financée par la Région, une vingtaine d’hommes et de femmes, sans papiers, déboutés de leur demande d’asile, et donc expulsables, ont reçu ce jour un diplôme pour récompenser leurs efforts d’intégration.

(…) France 3 Picardie

Violences à Amiens-Nord : nouvelles interpellations

Une douzaine de personnes ont été interpellées mardi 21 mai dans les quartiers nord d’Amiens, dans le cadre de l’enquête sur les violences urbaines de la mi-août, selon le procureur d’Amiens, Bernard Farret.
Les personnes arrêtées, sur commission rogatoire du juge d’instruction, ont été placées en garde à vue. Ces interpellations ne concernent pas l’enquête sur les violences par armes à feu envers les policiers.

En mars, 16 personnes avaient déjà été placées en garde à vue et six écrouées dans le cadre de l’enquête sur les violences qui avaient embrasé le quartier d’Amiens-Nord et fait notamment 17 blessés parmi les policiers. Les auteurs des coups de feu sur les policiers venus rétablir l’ordre n’avaient alors pas été identifiés et appréhendés. Les émeutes avaient éclaté dans la nuit du 13 au 14 août, se soldant notamment par l’incendie de trois bâtiments publics, dont une école.

Le Monde

Un militant UMP suspendu après une alliance avec le FN pour les municipales 2014 (MàJ )

13/05/13

Un militant UMP a été suspendu par son parti pour avoir noué une alliance avec le FN en vue des municipales de 2014 à Gamaches (Somme).
(…)

«Il n’y a pas d’exception à Gamaches sous prétexte qu’il y a un maire communiste à éliminer», ajoute Jérôme Bignon, qui dénonce une «erreur politique et tactique».

Arnaud Cléré affirme qu’il continuera sa campagne sous l’étiquette divers-droite. Sa liste comportera six affiliés au FN (trois encartés, trois sympathisants), sur 23 places.

DNA.fr


11/05/13

——————-

Les alliances entre l’UMP et le FN pour les municipales, la direction de l’UMP les rejette en bloc. Mais sur le terrain, c’est plus compliqué. Comme dans ce cas évoqué ce samedi 11 mai par le Courrier Picard.

A Gamaches, dans la Somme, le candidat représentant local de l’UMP et à la tête de la liste « Gamaches ensemble », a annoncé au quotidien avoir passé un accord avec le délégué cantonal du Front national.

L’idée est de faire liste commune dès le premier tour, pour battre la gauche et en particulier Jacques Pecquery, maire communiste de la ville de 2.800 habitants.

Le Courrier Picard évoque la possibilité d’inscrire six noms du FN sur une liste de 21, « deux cartés et quatre sympathisants ».

[...]

« L’alliance avec le FN est indispensable pour gagner la mairie, le FN fait un score plus élevé que l’UMP lors des derniers scrutins. »

Pour les municipales, Arnaud Cléré ne s’inquiète pas. S’il est privé de l’étiquette UMP, il avance qu’il n’aura pas de candidat du parti de Jean-François Copé face à lui :

« Je connais bien le terrain, il n’y aura pas de liste officielle UMP ici. Et dans la liste Gamaches ensemble, ça va de l’UDI au FN. Pour ma part, je suis soutenu par le MPF, mouvement pour la France, je vais me rapprocher d’eux. »

A Gamaches, c’est le FN qui a fait la démarche d’aller vers l’UMP, indique l’un de ses représentants, Mariel Houyelle :

« C’est nous qui sommes allés à la rencontre du candidat de la droite pour en finir avec trente ans de mairie de gauche. »

[...]

La colère de Jérôme Bignon

« Je vais faire le ménage », a annoncé Jérôme Bignon, secrétaire départemental du comité de l’UMP de la Somme. « Je suis sidéré. Je n’accepterai jamais d’alliance avec le Front national. Nous n’avons aucune valeur commune avec ce parti. C’est l’honneur de l’UMP de le dire. Je ne peux pas empêcher une initiative individuelle, mais à ce moment-là son auteur n’est plus à l’UMP. Si mon parti devait un jour changer de ligne, alors c’est moi qui quitterais l’UMP. »

Lelab