Le Havre (76) : Après l’évêché, le rectorat demande l’expulsion de Roms

[...] Ces installations étant toujours illégales, plusieurs expulsions ont de nouveau été programmées. Entre juillet et octobre 2013, il y en a eu trois. La toute première avait fait sensation : elle avait été ordonnée par l’évêque du Havre, Monseigneur Brunin, après l’occupation, par une bonne vingtaine de personnes, des jardins de l’église Saint-Augustin.

Une nouvelle demande d’expulsion vient de voir le jour et concerne les familles de Roms installées depuis plusieurs mois, dans les vestiaires désaffectés de l’IUT de Caucriauville, qui jouxtent la résidence universitaire. Des adultes et 15 enfants sont concernés. Cette demande émane de l’Université du Havre, qui a l’usufruit de ce terrain, propriété de l’État. Le référé doit être examiné mardi 15 avril 2014, à 14h, par le Tribunal administratif de Rouen. Me Antoine Mary entend plaider l’irrecevabilité de la mesure.

À l’origine de cette demande d’expulsion, une pétition lancée par les étudiants, les plus proches riverains du campement, qui est revenue aux oreilles de la mairie, et du rectorat. [...] en janvier dernier, le camp s’est agrandi en accueillant une cinquantaine de Roms. « Et trois voitures d’étudiants ont été fracturées. Rien de bien méchant, mais c’est à ce moment que la pétition a circulé. Le Rectorat, le représentant de l’État qui est le propriétaire du terrain visé, a donc sommé le président de l’Université du Havre, d’agir », indique encore, quelque peu embarrassé, le directeur de l’IUT.

76 Actu

Canteleu (76) : Il tente de semer la police lors d’un contrôle anti-quads

Le conducteur d’une Austin Mini a été placé en garde à vue dimanche 16 mars 2014 à Canteleu pour refus d’obtempérer et conduite malgré la suspension de son permis, entre autres.

Au départ de ce contrôle : la brigade canine, qui avait repéré la voiture roulant à très vive allure rue Salavador-Allende, à Canteleu, dans l’agglomération de Rouen. [...] Les gardiens de la paix tentent d’arrêter la voiture folle sur le boulevard Claude-Monet : le conducteur accélère de plus belle et poursuit sa course [...].

L’individu sera interpellé alors qu’il tentait de se dissimuler dans un hall d’immeuble, parmi une quinzaine de personnes qui se trouvaient là, cet habitant de Canteleu âgé de 29 ans a été placé en garde à vue. Il devrait répondre de refus d’obtempérer, mais aussi de conduite malgré la suspension de son permis et transport d’arme. Un extincteur lacrymogène a été découvert dans la Mini, qu’il venait de racheter.

Pour ce qui est des contrôles de quads et autres mini-motos, les opérations comme celle réalisée dimanche vont se multiplier, avec l’arrivée du printemps. En 2013, en France, près de 20 000 contraventions ont été dressées par les services de police et de gendarmerie pour sanctionner les usagers qui utilisent ces engins dans de mauvaises conditions de sécurité. Par ailleurs, une proposition de loi vient renforcer le dispositif réglementaire actuel : en doublant le montant des contraventions (passage de 750 à 1 500€) et en permettant aux forces de l’ordre de mettre à la fourrière toute mini-moto ou quad exagérément bruyant le temps d’effectuer un contrôle. « Il s’agit d’une proposition de loi du quotidien », affirme Christophe Bouillon, qui a signé ce projet.

76actu

Le Havre (76) : un « jeune » suspecté d’une dizaine d’agressions sur des femmes enceintes

Un jeune homme, résidant dans la nouvelle ZSP (Zone de sécurité prioritaire) du Havre a été interpellé lundi. Il est soupçonné d’être à l’origine d’une série de vols violents réalisés dans les transports en commun de l’agglomération.

Les 14 victimes étaient toutes des femmes. Le jeune homme a même été jusqu’à agresser plusieurs femmes enceintes. L’une d’entre elles aurait subi plusieurs opérations du nez. Une autre aurait accouché avant terme à cause du choc psychologique et physique.

Au fil de leurs investigations, les enquêteurs du groupe de voie publique de la sûreté urbaine du Havre vont recouper plusieurs agressions similaires, et s’apercevoir que toutes les victimes empruntaient la même ligne de bus. « L’analyse des bandes de vidéo protection embarquée dans le bus a permis d’identifier un suspect, qui était à chaque fois présent dans le bus avant l’agression », explique une source judiciaire.

« Il repérait ses victimes en fonction de leur vulnérabilité, en imaginant qu’il serait plus simple pour lui de les agresser car elles n’opposeraient pas la même résistance ». Après que la première victime ait formellement reconnu son agresseur, les enquêteurs ont identifié treize autres jeunes femmes –toutes enceintes– agressées par le même suspect et suivant le même mode opératoire.

Déjà connu des services de police, le jeune homme, âgé de 18 ans, a été arrêté à son domicile, lundi 10 mars 2014, puis placé en garde à vue. Le suspect a été déféré devant la justice en vue de son passage en comparution immédiate, puis écroué à la suite d’une demande de délai afin de préparer sa défense. il comparaîtra le 8 avril, pour répondre de 8 des 14 attaques, les 6 autres étant jugées en juin par le tribunal pour enfants, puisqu’elles auraient été commises avant la majorité du mis en cause.

Le Parisien et 76 Actu

Rixe près de Rouen : coup de couteau et jets de pierre entre « jeunes »

Un jeune homme de 19 ans a été blessé, lundi 2 septembre 2013, à Notre-Dame-de-Bondeville, près de Rouen. La bagarre a fait une 2e victime : l’auteur présumé du coup.

Que s’est-il exactement passé lundi 2 septembre 2013, en fin de journée, à Notre-Dame-de-Bondeville, dans la banlieue de Rouen ? Alertée pour une rixe qui aurait mêlé une dizaine de jeunes, la police intervient place Victor-Schoelcher, peu avant 19h, mais ne peut que constater les dégâts.

Au sol, un habitant de Rouen, âgé de 19 ans, sérieusement blessé au niveau du dos. D’après les premières constatations, il aurait reçu un coup de couteau qui a laissé une entaille d’environ 20 cm.[...]

Dans le même temps de cette découverte, les policiers apprennent qu’un autre jeune homme, âgé de 21 ans, vient lui aussi d’être agressé. Cette fois par un groupe de quatre ou cinq personnes qui lui a couru après, route de Dieppe, toujours dans la commune, et lancé violemment une pierre en pleine tête. Le choc l’aurait fait chuter. Inconscient, il aurait également été frappé de coups de pieds. [...]

76actu
(Merci à Viquet)

Le Havre : une bijouterie braquée, 10 policiers blessés

Alors qu’un braquage a eu lieu tôt vendredi matin dans un hôtel de luxe à Nice (Alpes-Maritimes), un autre braquage a mal tourné quelques heures plus tard dans une bijouterie du centre du Havre (Seine-Maritime), vendredi en fin de matinée.

L’interpellation des malfaiteurs a donné lieu à des échanges de coups avec les policiers. Selon le commissaire Alain Beauce, chef du district du Havre dix policiers ont été blessés, certains physiquement, d’autres psychologiquement.

Le braquage a été réalisé par quatre individus cagoulés et armés, à l’aide d’une voiture-bélier lancée en marche arrière dans la vitrine, peu après 11 heures, une heure d’affluence dans les rues du Havre.

(…) Le Parisien

Merci à JRC

Elbeuf (76). un policier traîné sur plusieurs mètres par des voleurs

Un homme de Police secours a été légèrement blessé dans le quartier des Feugrais, à Saint-Aubin-lès-Elbeuf, mardi 13 août, après avoir été traîné sur quelques mètres.

Vers midi, mardi 13 août, une patrouille de Police secours remarque deux jeunes hommes tenant dans leur main un sac à main féminin, dans la rue de Tourville, à Saint-Aubin-lès-Elbeuf. A la vue des forces de l’ordre, les deux individus prennent la poudre d’escampette en direction du quartier des Feugrais, en passant à travers des buissons. Ils montent ensuite dans une Alpha Roméo où les attend un troisième homme.

Les policiers placent leur véhicule à côté, pour les bloquer, mais le conducteur enchaîne frénétiquement les marches arrière et avant pour tenter de se dégager. Les forces de l’ordre essayent, en vain, de les contrôler.

Soudain, alors qu’un des policiers tente d’attraper le conducteur, c’est ce dernier qui se saisit de son bras au moment où il réussit à dégager sa voiture. Le policier est traîné sur quelques mètres. Les forces de l’ordre font alors usage de gaz lacrymogène. L’Alpha Roméo prend la fuite.

Elle est retrouvée un peu plus loin, rue des Capucines, les portières ouvertes et vide de ses occupants. Le sac à main est retrouvé à l’intérieur. Les trois hommes ont finalement été retrouvés grâce à l’aide d’autres équipages de police, appelés en renfort.

L’un d’eux a été découvert emmêlé dans du fil barbelé, dans lequel il semble s’être piégé lui-même en franchissant une clôture. Un autre a été retrouvé non loin, toussant et pleurant, à cause des gaz.

Enfin, le troisième a été interpellé un peu plus tard, torse nu, dans une rue proche, située à Cléon. [...]

Tendance Ouest
(Merci à JRC)

Rouen : il rentre de week-end et trouve son logement occupé par des Roms qui refusent de partir

Un Rouennais de 38 ans a eu la désagréable surprise de trouver un couple dans son appartement alors qu’il rentrait de week-end.

Lundi 12 août, début de soirée. Le locataire d’un appartement de la rue d’Elbeuf, à Rouen, rentre de week-end. Il découvre des traces d’effraction sur la porte d’entrée de son logement, forcée.

Mais ce n’est pas tout : à l’intérieur, il tombe nez-à-nez sur deux personnes, un homme et une femme, parlant à peine français.

Ces derniers lui font comprendre qu’ils sont entrés croyant l’appartement inoccupé. Ils refusent néanmoins de partir, malgré la demande du locataire, qui n’a pas d’autre choix que d’appeler la police.

[...]. Interpellés, les deux personnes, de nationalité roumaine et âgées de 25 et 35 ans, ont été placées en garde à vue.

Tendance Ouest
(Merci à JRC)

Dieppe. Une nonagénaire agressée par 4 hommes

Lundi 29 juillet peu avant 14 heures, une nonagénaire a été violemment agressée par quatre hommes qui lui ont dérobé un bijou. La femme est tombée à terre blessée et choquée, elle a dû être transportée à l’hôpital de Dieppe. Les quatre individus se sont enfuis à bord d’une Renault-Mégane ancien modèle grise et bleue.

(…) france 3 Haute Normandie

Le Havre : Après avoir été soutenus par l’évêque, des Roms s’installent sur un terrain près de l’église, l’évêque dénonce un coup de force

Mardi 16 juillet, les forces de l’ordre sont intervenues dans le quartier de l’Eure pour évacuer des des familles roms qui avaient construit des campements de fortune sur un terrain destiné à accueil la future caserne.  Depuis ce sont 80 personnes, dont une quarantaine d’enfants, qui se dispersent dans la ville. Dernier épisode, certains sont venus trouver refuge dans les jardins de l’Eglise Saint-Augustin toujours dans le quartier de l’Eure.

L’évêque du Havre a dénoncé « un coup de force ». Il a fait venir un huissier ce lundi 22 juillet pour faire constater l’occupation. Le même évêque a lancé la semaine dernière un appel à la solidarité. « Attention, ne tournons pas le dos à la fraternité, ce n’est pas parce qu’on va exclure les autres, que les choses iront mieux », affirmait-il devant notre caméra. Aujourd’hui l’évêque, monseigneur Jean-Luc Brunin, répond que ce n’est pas à l’Eglise de gérer seule ce problème.

(…) France 3 haute Normandie

Rouen : deux franco-marocains arrêtés pour propagande jihadiste sur le Net

Deux frères âgés de 26 et 35 ans ont été interpellés lundi dans l’agglomération rouennaise par la DCRI (Direction centrale du renseignement intérieur), soupçonnés de prosélytisme sur des forums islamistes, selon le site M6.fr.

D’origine franco-marocaine, les deux hommes sont également suspectés d’avoir tenté de recruter des jihadistes français afin de les envoyer combattre en Afrique du Nord.

Ces interpellations ont été effectuées dans le cadre d’une enquête préliminaire ouverte en juillet 2012 parce que l’aîné aurait exprimé la volonté «de créer une structure jihadiste au Maroc», indique une source proche de l’enquête à l’AFP, confirmant l’information de M6.

Les deux hommes sont toujours entendus ce mardi dans les locaux de la DCRI, précise le site de la chaîne de télévision.[...]

Le Parisien

Bolbec (76). Un homme de 54 ans lacéré au cutter pour une cigarette, sa femme et ses enfants frappés

Un homme de 54 ans a été blessé au visage avec un cutter pour avoir refusé d’offrir une cigarette devant un restaurant à Bolbec. Sa femme et ses enfants ont été frappés.

Une cicatrice au visage et trente jours d’incapacité de travail. Un habitant de Saint-Antoine-la-Forêt (canton de Lillebonne) âgé de 54 ans, a été victime d’une sanglante agression, par une bande, pour avoir refusé d’offrir une cigarette. Sa femme et ses deux fils ont aussi été roués de coups.

Les faits se sont déroulés le vendredi 10 mai, peu après 23 heures. Il se trouvait à la brasserie Le XV, dans le centre de Bolbec. Alors qu’il s’en grillait une en terrasse en compagnie d’un autre client, le quinquagénaire s’est fait attaquer par deux badauds à qui il venait de refuser une cigarette.

Des clients, ainsi que le gérant, ont tenté de s’interposer, prenant quelques coups au passage. Le duo a déguerpi. Mais pour revenir une vingtaine de minutes plus tard, accompagné de deux autres jeunes. L’altercation fut cette fois bien plus violente.

Cible principale des agresseurs, le quinquagénaire a enduré coups de poing et coups de cutter, à la paupière, à une oreille et surtout sur son visage, qui a été lacéré. Il a subi des fractures aux côtes.

Sa famille a bien tenté de lui porter secours. Résultats, vingt jours d’incapacité de travail pour son épouse âgée de 50 ans, qui a essuyé des coups de pied, et cinq et huit jours de repos forcé pour ses deux fils âgés de 21 et 25 ans.

L’enquête des policiers de la brigade de sûreté urbaine de Bolbec a permis d’interpeller les agresseurs présumés, trois Bolbécais de 16, 21 et 25 ans et un Havrais de 16 ans. Ce dernier serait l’auteur des coups de cutter.

Ce qu’il a nié jeudi pendant sa garde à vue, disant avoir utilisé un briquet. Il a en revanche reconnu sa participation à une autre affaire, l’incendie d’une caméra de surveillance dans un immeuble bolbécais, le 18 mai, après s’être reconnu sur une photo posée sur un bureau du commissariat.

Convoqué hier devant un juge des enfants pour les violences à la brasserie, l’habitant du Havre, déjà sous le coup de deux mois de prison avec sursis pour des vols aggravés, a été écroué à la maison d’arrêt du Havre, en attendant son jugement le 12 août.

L’autre mineur, qui sera jugé à la même date, a regagné un centre éducatif de Dunkerque où il est actuellement placé. En outre, au moment d’être présentés à la justice, les deux adolescents auraient dégradé des geôles du tribunal et menacé de mort des policiers.

Paris-Normandie
(Merci à Bitume8)

Trois élèves de Fécamp offrent à leur prof un gâteau fabriqué avec des crottes de souris

Le 24 mai dernier, une professeur de français du lycée Descartes de Fécamp retrouve sur son bureau un gâteau au chocolat. Certains déclarent que c’est un cadeau de la classe, d’autres affirment que c’est seulement une offrande venant d’un groupe d’élèves. La professeur, en poste depuis un an dans cet établissement, rentre chez elle avec le gâteau. Ses élèves lui adressent alors un courriel l’alertant que la gâteau a été réalisé avec des crottes de souris. Les élèves en question avaient également prévenu la direction du lycée. Les responsables s’avèrent être trois lycéennes en bac pro. Celle, qui a été identifiée comme la leader et qui a reconnu les faits, a été exclue définitivement du lycée. Ses deux comparses ont été exclues huit jours.

(…) France 3 Haute Normandie