«Colonial Tour»: Une balade (avec le CRAN) dans Paris sur les traces de l’esclavagisme

Pour la deuxième année, le réseau Sortir du colonialisme propose une promenade dans Paris sur le thème des «entreprises coloniales d’hier et d’aujourd’hui»…

Un salacot bleu-blanc-rouge, un peu de musique créole, et un bon bol de chocolat chaud. Pour la deuxième année, le Conseil représentatif des associations noires (Cran) et le réseau Sortir du colonialisme organisent, ce mercredi à Paris, le «Colonial Tour». Soit une balade en bus d’une matinée afin que les journalistes puissent découvrir les «lieux parisiens liés à l’esclavagisme en particulier et à la colonisation en général», selon l’affiche de l’événement.

«Quand on parle de l’histoire de l’esclavage, on pense souvent à Nantes et à Bordeaux, explique Louis-Georges Tin, le président du Cran. Il ne faut pas oublier que Paris tient également une place particulière dans cette histoire.» Pour le rappeler, les associations militantes ont pensé à jalonner le parcours d’étapes instructives devant le siège «d’entreprises coloniales d’hier ou d’aujourd’hui», le thème donné à cette deuxième édition.

(…) 20minutes.fr

 

Paris : de la méthadone dans le cartable d’une élève de CP

La maman d’une fillette scolarisée en CP dans une école du XVIe arrondissement de Paris a retrouvé, la semaine dernière, quatre gélules de méthadone sur la table de nuit de sa fille.

Curieuse et inquiétante découverte. La maman d’une fillette scolarisée en CP dans une école du XVIe arrondissement de Paris a retrouvé, la semaine dernière, quatre gélules de méthadone sur la table de nuit de sa fille. L’enfant raconte alors qu’elle a ramené ce médicament de substitution à l’héroïne dans son cartable, et désigne le garçon de sa classe qui lui a donné ces gélules.

Fort heureusement, elle n’a pas ingéré un seul comprimé. Dès lundi 10 février, les parents de la fillette portent plainte et les policiers du XVIe arrondissement identifient le « fournisseur » et surtout son père, qui est convoqué en urgence. Rapidement, le père se présente au commissariat et reconnaît, ordonnances à l’appui, être traité à la méthadone depuis plusieurs années. Stupéfait lui-même que son fils ait pu mettre la main sur ces gélules, le père a été entendu en audition libre et le parquet a été avisé des faits.

RTL

Paris XVIII : Menaces de violence contre Philippe Martel (FN) ?

Message de Philippe Martel :

Collaborateur de Marine Le Pen,je suis tête de liste dans le 18 eme arrondissement.


Étant informé de la manifestation des antifas ,j’avais demandé à mes maigres troupes de rester à la maison.J’ai envoyé deux copains se mêler aux manifestants.Certains avaient des photos de moi et disaient connaître mon adresse.Mes amis n’ont ,bien sur mais malheureusement, rien pu filmer.
Je serais très preneur de toutes informations,photos,vidéos dont vous disposeriez sur cette manifestation.
Merci beaucoup.
Bien à vous
Philippe Martel

Tract distribué lors de la manif :

Paris fête le nouvel an Chinois (vidéo)

On s’attendait à voir Bertrand Delanoë aux côtés de sa première adjointe Anne Hidalgo. C’est finalement Manuel Valls, ministre de l’Intérieur, qui s’est retrouvé sur les photos aux côtés de la candidate PS à la mairie de Paris, des marionnettes et autres bêtes de tissus conçues pour les célébrations du nouvel an chinois qui avaient lieu ce dimanche dans le 13e arrondissement.

Selon nos informations, le ministre était avec Anne Hidalgo peu avant le départ du cortège à 13 heures et est arrivé dans le quartier chinois avec elle. Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la mairie de Paris était elle aussi en tête de cortège. Le maire de Paris qui était lui aussi sur place est parti quelques minutes après le début du défilé, « comme prévu » nous dit-on à la Ville.

Metronews.fr

Paris : à la découverte du 18e et de ses camps de Roms

En 2014 en plein Paris, de véritables bidonvilles roms se mettent en place en toute illégalité dans l’indifférence générale des responsables politiques. Comme le montrent ces images tournées porte de la Chapelle, les conditions d’hygiène dans ces camps roms sont hallucinantes et la gène pour le voisinage est au delà du supportable. Philippe Martel, candidat FN-RBM pour le 18e arrondissement de Paris dénonce l’installation de ces zones de non-droit dans la capitale, par des populations roms qui profitent de l’ouverture totale de nos frontières et se jouent de nos lois.

Paris : la présidente du syndicat de la magistrature se fait voler ses papiers

La présidente du Syndicat de la Magistrature (SM), – minoritaire et classé à gauche -, Françoise Martres a été victime d’un vol, ce mardi 28 janvier, dans le métro parisien. La magistrate, conseillère à la cour d’appel d’Agen (Lot-et-Garonne), s’est fait dérober son portefeuille alors qu’elle se trouvait dans le métro, sur la ligne 7, à la station «Les Gobelins» dans le Ve arrondissement à Paris.

Après s’être aperçue des faits, elle s’est aussitôt rendue dans le commissariat le plus proche avant d’apprendre qu’une partie de ses papiers avaient été retrouvés dans une poubelle. En revanche, son ou ses voleurs ont gardé ses trois cartes bancaires, dont une au nom du syndicat.

(…) Le Parisien

Incendie de l’hôtel Paris-Opéra : trois ans ferme pour la principale responsable

La jeune femme à l’origine du terrible incendie de l’hôtel Paris-Opéra, rue de Provence (IXe), qui avait fait 24 morts en avril 2005 dont de nombreuses femmes et des enfants, a été condamnée à trois an de prison ferme, soit un an ferme de plus que requis.

(…) La jeune femme, 31 ans à l’époque, a toujours affirmé ne pas s’être rendu compte de la portée de son geste et n’avoir appris le drame que le lendemain. Et si elle a exprimé regrets et remords, survivants et procureur ont déploré qu’elle n’ait jamais fourni d’explication «claire, honnête».

Sauts dans le vide

Son ex-amant, Nabil Dekali, le veilleur de nuit «alcoolisé et drogué» le soir du drame et lui-même grièvement blessé dans l’incendie, est accusé d’avoir tardé à appeler les secours en raison de son état. Il avait fallu plus de dix minutes pour que les pompiers soient avertis, par quelqu’un d’autre. Or, dans ce vieil hôtel à escalier unique, les occupants des chambres sur cour -sans accès direct pour les pompiers- et des étages supérieurs «n’avaient aucune chance de survivre» s’ils n’évacuaient pas immédiatement, avait martelé le procureur.

Sur les 24 morts, 20 habitaient le quatrième étage ou au dessus. Cernés par les flammes, beaucoup avaient sauté dans le vide. On avait dénombré neuf femmes et onze enfants tués.

Rachid et Fatima Dekali, parents du veilleur et gérants, étaient poursuivis pour avoir volontairement méprisé les règles de sécurité et organisé la sur-occupation de l’hôtel, où 77 personnes étaient présentes le soir du drame pour une capacité d’accueil fixée à 62. Par «esprit de lucre», selon l’accusation, pour profiter de la «rente de situation» constituée par ces familles précaires dont l’hébergement était payé par le Samu social.

(…) Le Parisien

Paris : un homme grièvement blessé dans une rixe au métro Pasteur

Une rixe entre plusieurs individus a éclaté vers 22 heures sur le quai de la ligne 12 du métro Pasteur (Paris, XVe), mardi soir. Dans cette bousculade entre marginaux, un homme a été grièvement blessé au couteau. Ses jours ne sont pas en danger, selon nos informations.

Une altercation a éclaté entre un SDF et un groupe d’originaire des pays de l’Est. Le ton est monté sur le quai de la station. La victime aurait tenté de s’interposer entre le SDF et ses agresseurs. Au milieu de la bousculade, ce voyageur aurait reçu deux coups de couteau.

(…) Le Parisien

Paris : les voleurs de métaux convoitaient les barrières… de police

Ils n’avaient pas choisi la solution de facilité. Deux voleurs de métaux ont été interpellés vendredi matin après avoir tenté de s’emparer d’un stock conséquent de barrières en alu appartenant… à la préfecture de police (PP) de Paris.

Ces équipements (les barrières «Vauban» dans le jargon du maintien de l’ordre) étaient stockées dans un parc clos, situé à l’écart de la circulation, en bordure du bois de Boulogne.

Après trois précédents vols dans ce parc, les services logistiques de la préfecture de police avaient installé une discrète caméra pour surveiller le site. Les deux Roms qui s’y sont introduits en fin de matinée, après avoir fracturé le cadenas du portail, ont donc rapidement été repérés. Ils ont été interpellés quelques minutes plus tard par une patrouille de la brigade anti-criminalité alors qu’ils tentaient de s’enfuir

(…) Le Parisien