Chalon-sur-Saône (71) : un tunisien condamné pour violences et menaces de mort

Un jeune Chalonnais de 25 ans a été condamné par le tribunal, en comparution immédiate pour violences et menaces de mort sur son ex-concubine avec qui il a eu une petite fille. L’homme soupçonnait la jeune femme d‘avoir une liaison avec son oncle et s’est acharné sur la victime : coups de pied, coup-de-poing, y compris quand la femme était au sol, et de nombreux tirages de cheveux.

À la barre, le mis en cause a eu du mal à reconnaître les faits, essayant de se poser en victime. Une attitude qui n’a pas plaidé en sa faveur : 12 mois de prison avec sursis et mise à l’épreuve pendant deux ans, avec interdiction de rencontrer la victime et de paraître dans son quartier d’habitation. De nationalité tunisienne et bénéficiant d’un permis de séjour d’un an, il a été prévenu par le président du tribunal qu’à la prochaine incartade, ce pourrait être une peine de prison suivie d’une expulsion du territoire.

Le Journal de Saône-et-Loire

Mâcon (71) : Karim, Saci et Hadif condamnés jusqu’à 20 ans de réclusion

Des peines allant de 2 ans de prison à 20 ans de réclusion ont été prononcées mercredi soir à Mâcon par la cour d’assises de Saône-et-Loire à l’encontre de onze hommes jugés pour avoir participé à une expédition punitive mortelle en 2010. La peine la plus lourde, qui est au-delà des 18 ans requis par l’avocate générale, a été infligée à Karim Ben Cheick Rejeb, présenté dans cette affaire comme le commanditaire.

Le 13 mai 2010, vers 23H00, un groupe d’une dizaine de personnes avait enlevé deux jeunes gens dans la cité du Stade à Chalon-sur-Saône (Saône-et-Loire). Peu après, Naem Ben Najma, âgé de 23 ans, était retrouvé mort, tué par balles et portant des traces de coups sur le crâne, en bordure de l’autoroute A6 en Bourgogne. Son cousin avait été retrouvé grièvement blessé par balles près d’Avallon (Yonne). Selon la défense, cette expédition punitive aurait trouvé son origine dans un braquage au domicile de la famille Ben Cheick Rejeb au matin du 13 mai 2010, où se trouvait un garçonnet de 5 ans.

Karim Ben Cheick Rejeb aurait alors contacté et fait contacter des connaissances, dont sept sont venus de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), pour infliger une « raclée » aux supposés braqueurs, tandis que la rumeur désignait notamment Naem Ben Nejma et son cousin. La justice n’a pas pu prouver l’existence de ce braquage.

Lors de son réquisitoire jeudi dernier, l’avocate générale Géraldine More avait considéré que ce dossier s’inscrivait « au coeur de la voyoucratie des cités ». Pour Mme More, ce présumé braquage était « un prétexte », rappelant que M. Ben Cheick Rejeb était impliqué « dans le business des stupéfiants ». Ayant reconnu une partie des tirs, Hadef Abdelkader a écopé de 18 ans de réclusion, à l’issue de près de quatre semaines de procès.

Saci Benabderrahmane, considéré comme le « logisticien » pour avoir, selon l’accusation, « recruté » les membres du « commando », a été condamné à 15 ans, bien au-dessus des 10 ans de prison requis. Cinq des participants à l’expédition punitive se sont vu infliger des peines de dix ans d’emprisonnement. Deux des trois accusés poursuivis pour complicité ont été condamnés à trois ans de prison et le troisième à deux ans d’emprisonnement.

Le Figaro

Le Creusot (71). coups de feu entre bandes rivales sur fond de règlement de compte

Le réveil a été matinal pour certains habitants de la rue de Strasbourg à proximité de la place de la Molette ce matin.

En effet, vers 6 heures, deux détonations ont retenti. Selon nos informations, il s’agirait d’un affrontement de deux bandes rivales sur fond de règlement de compte.

Aucune bagarre n’aurait éclaté, seulement deux coups de feu tirés en l’air, ne faisant ainsi aucun blessé.

Les armes utilisées ne seraient pas de gros calibres, relevant davantage d’armes de défense type flash-ball. Une bataille sans affrontement direct qui laisse cependant planer un climat peu serein dans le quartier.

Le JSL
(Merci à BobbyW)

Autun (71) : Des gens du voyage au théâtre romain

Il était 15 h 30, hier, lorsqu’une vingtaine de caravanes de la communauté des gens du voyage s’est installée sur la pelouse du théâtre romain, à Autun.

Arrivés sur place, les gendarmes d’Autun et les élus n’ont pu que constater l’arrivée des véhicules. Une occupation illégale dénoncée par la municipalité, qui va demander un référé : « On ne les autorise pas à se mettre là, se désolait l’adjoint au maire Roger Vernay. On est devant le fait accompli, on dépose plainte. » [...]

Le JSL (Merci à Jean Bart)

Gens du voyage : Ils causent un accident et tentent de soustraire 2 300 € à un retraité

En fin de semaine dernière, deux hommes issus de la communauté des gens du voyage originaires de Perpignan ont été interpellés pour avoir tenté d’escroquer un retraité Chalonnais.

Circulant en voiture, les deux hommes ont provoqué un accrochage avec la voiture du Chalonnais. Ces derniers au lieu de faire un constat et ils ont réclamé 2 300 € à l’automobiliste pour procéder soi disant aux réparations de leur véhicule (un rétroviseur endommagé) que l’homme aurait abîmé.

Mais le Chalonnais ne l’a pas entendu de cette oreille.

Il a fait mine de devoir se rendre à la banque et en guise d’établissement bancaire, il a mené les deux hommes à leur insu… au commissariat de Chalon tout en prévenir les policiers de leur arrivée.

Les deux escrocs présumés ont été interpellés l’un après l’autre et placés en garde à vue.

Les deux hommes ont été déferrés ce samedi au parquet de Chalon. Ils seront jugés ce lundi en comparution immédiate au tribunal de Chalon pour « tentative d’escroquerie ».

Le JSL
(Merci à Bitume8)

Chalon (71). Aurélie a été poignardée (Vidéo). MàJ : 20 ans pour Mansour

Addendum 2 décembre. la cour d’assises de Saône-et-Loire a condamné Mansour Moussani à 20 ans de réclusion pour l’assassinat de son ex-compagne Aurélie Cataldo morte à 24 ans en septembre 2010 sur un trottoir du Creusot sous les coups de couteau. L’avocat général en avait requis 25.

(…) Le journal de Saône et Loire

Merci à chris3818919

——————————————————

La cour d’assises de Chalon-sur-Saône se penche sur le meurtre d’une jeune femme, poignardée par son ex-compagnon en pleine rue au Creusot.

(…) France 3

Mâcon (71). Un Kurde interpellé pour vol, cambriolage, outrage

Trois dossiers comprenant un vol par effraction, un recel de vol et un outrage à agent, commis en quelques jours, ont conduit un Kurde en comparution immédiate devant le juge.

Un Kurde de 38 ans a été retrouvé à 1 h 30 du matin dans les locaux du magasin KparK de Mâcon, le 7 novembre dernier. Barham Darwes, si tel est son nom, n’a pu présenter de papiers et ne pouvait pas parler français. Il avait ainsi été remarqué par des voisins, entrant dans le magasin et ressortant avec des sacs remplis.

Mais les inspecteurs de police ont également retrouvé dans ses affaires une carte d’identité, une carte bancaire et des clés de voiture, objets signalés volés quelques jours plutôt chez un particulier de Mâcon. L’appartement avait de plus été ravagé. [...]

Barham comparaissait également pour avoir, à Mâcon, craché sur une policière et s’être débattu violemment lors de son interpellation pour avoir squatté l’entrée d’une bijouterie. Là encore, le prévenu a nié tous les faits.

Le JSL

Le Creusot (71). Rixe mortelle dans un appartement

Un homme d’une cinquantaine d’années est décédé dans la nuit de lundi à mardi au cours d’une rixe dans un appartement du Creusot, et deux suspects ont été interpellés peu après. «Ils ont été interpellés ce matin et sont connus des services de police pour des faits mineurs comme l’usage de stupéfiants».

Les pompiers ont été appelés vers minuit par le locataire des lieux, passablement éméché. Il se trouvait en compagnie de trois autres hommes à l’intérieur de son appartement. Durant la soirée, une dispute aurait éclaté pour une raison encore inexpliquée. Au cours de la rixe, deux des participants auraient roué de coups les deux autres, dont le locataire qui serait parvenu à s’enfuir pour alerter les secours.

A leur arrivée, les pompiers n’ont pu que constater le décès de la victime qui gisait au sol.

Le Progrès

Chalon (71). Les demandeurs d’asile s’installent dans un hall d’immeuble

Une famille de huit réfugiés du Kosovo vivent depuis six jours dans un hall d’immeuble. Un couple avec cinq enfants âgés de 4 mois à 12 ans et la grand-mère qui souffre d’asthme.

Cette famille de Roms Kosovars a quitté son pays il y a deux mois après que ses proches aient été assassinés et sa maison brûlée. Après des mésaventures administratives entre Mâcon, Chalon et Dijon, ils ont décidé de s’installer à proximité de l’Association de Solidarité avec les Travailleurs Immigrés (ASTI). Sans toit, ni argent, ils subsistent grâce à la générosité des résidents de l’immeuble.

Le journal de saône et loire

(Merci à amidala)

Chalon-sur-Saône (71) : ivre, Zoubir s’acharne sur sa victime

Zoubir Achchaq fait partie de ces hommes qui un jour ont commis l’irréparable, et qui tout au long de leur vie porteront la marque de leur faute.

Alors qu’il n’est âgé que de 20 ans, (il en a aujourd’hui 38), il est jugé pour le meurtre de sa compagne, ce qui lui vaut d’écoper une peine de 27 années d’emprisonnement.

Au cours de l’année 2009, les autorités de justice lui accordent une libération conditionnelle. Il travaille régulièrement et tout semble indiquer que sa réinsertion est en bonne voie.

Mais un soir de décembre 2010, tout bascule à nouveau. Invité à passer, avec un couple d’amis, une soirée dans l’appartement de sa compagne à Chalon-sur-Saône (71), il consomme beaucoup… beaucoup d’alcool. A un certain moment, alors qu’il “cuve” son vin, sa compagne le réveille pour lui demander de séparer le couple d’amis qui se disputent. Que se passe-il vraiment ? Il ne se souvient de rien, mais les témoins rapportent qu’il « est devenu fou » et qu’à l’aide d’un verre brisé, il s’acharne avec une rare violence sur le couple d’amis, et tout particulièrement sur l’homme qui lui aussi, est fortement alcoolisé. (…)

Bien Public

Un « psychopathe » marocain condamné à 18 ans de prison

Khalid Arji a été condamné hier à 18 années de réclusion criminelle, assorties d’une période de sûreté des deux-tiers, ainsi qu’un suivi sociojudiciaire de cinq ans à sa sortie.

C’est une bombe ambulante, un homme d’une extrême dangerosité » que jugeait la cour d’assises de l’Ain, selon l’avocat général Aurélien Bailly-Salins qui a décrit crûment la lente agonie de Bernadette Chérif originaire de Montceau-les-Mines, le 25 août 2007, dans son snack de la rue Tacon à Oyonnax.

Le meurtrier à cheval sur sa victime, l’éventrant avec un long couteau, la lame brisée qui a servi à l’égorger, le coup de pied lui fracassant le nez, le magistrat n’hésitait pas à taper du pied sur le sol pour marquer chaque station du calvaire vécu par la commerçante.

La véritable raison du meurtre serait à rechercher dans la personnalité d’Arji. Un homme qui n’aurait pas agi lors d’une « bouffée délirante » mais « conscient de ses actes, choisissant son arme, maîtrisant ses coups », soucieux de ne pas être arrêté.

Un « psychopathe, impulsif, indifférent aux autres », dont le comportement ne varie pas après l’horreur des faits, et qui va même jusqu’à saluer le mari de sa victime et embrasser son fils comme si de rien n’était. « Je n’avais jamais vu un accusé qui, au lieu d’être écrasé par la douleur de la famille, se lève dans son box pour dire au mari que c’est lui le responsable », s’est indigné l’avocat général avant de requérir vingt ans de réclusion criminelle.

Pour la dernière plaidoirie d’assises de sa carrière, Me Lachemi Khodja n’avait pas la tâche facile. L’avocat aura plaidé longuement et un peu confusément. D’abord pour relativiser ce meurtre : « Il y en a partout et tout le temps. » Ensuite pour rappeler à la cour qu’il fallait juger l’homme au-delà de l’acte monstrueux. Un garçon arrivé en France à l’âge de 14 ans et dont l’enfance au Maroc était marquée par des troubles du comportement non soignés. « Au fin fond de l’Atlas, pour une maladie psychologique on va voir le taleb, pour des soins religieux », a expliqué Me Khodja. (…)

Le JSL

Mâcon (71) : nouveaux incidents dans les bus (France 3)

France 3 Dijon 03 novembre 2011

Les incivilités se multiplient dans les bus mâconnais. A la suite de nouveaux caillassages dans le quartier du Plateau, CarPostal et le Situm ont suspendu la desserte des arrêts Plateau et Jules Ferry à partir de 17 heures et ce, pour une durée indéterminée.