Strasbourg (67) : une jeune femme poignardée à mort en pleine rue par une ado de 15 ans. (Màj)

Addendum : L’adolescente de 15 ans, suspectée d’être l’auteur des coups mortels portés à une jeune femme de 19 ans, a été hospitalisée après son interpellation pour recevoir des soins. Elle était blessée à la main. Selon les premiers éléments communiqués, elle n’a pas d’antécédent judiciaire.

(…) DNA

—————————

Une jeune femme de 20 ans a été tuée à l’arme blanche lundi soir dans une rue de Strasbourg (Bas-Rhin). La victime, morte sur place, présentait « de multiples plaies au niveau de la gorge », selon les pompiers. Les faits se sont produits vers 20 heures 30, dans le quartier de la gare. Peu après, la police a interpellé une adolescente d’une quinzaine d’années, soupçonnée du meurtre. Le mobile et les circonstances sont pour l’heure encore indéterminés.

(…) Le Parisien

Strasbourg (67) : Les pompiers dénoncent la recrudescence des « agressions verbales et physiques »

Quelque 80 pompiers professionnels en uniforme ont défilé aujourd’hui dans les rues de Strasbourg pour dénoncer la recrudescence des « agressions verbales et physiques » dont ils font l’objet en interventions, et le « silence » des pouvoirs publics face à ce problème, a constaté l’AFP. Les sapeurs pompiers venus de tout le département du Bas-Rhin, dont certains portaient leur casque au bras, brandissaient des banderoles proclamant « Stop aux agressions » et « Trop de silence ».

« Nous subissons insultes, crachats, guet-apens, jets de pierres ou de pavés, nous en avons marre d’être considérés comme des cibles alors que notre mission est de porter secours »

a expliqué à l’AFP le sergent-chef Cédric Hatzenberger, délégué FO. « C’est un phénomène qui s’aggrave, surtout depuis les incidents de la dernière nuit du Nouvel An. Nous voulons que le partenariat soit renforcé entre la police et les pompiers, pour que nous bénéficions d’une protection sur le terrain », a-t-il ajouté.

Les manifestants ont marché jusqu’à la préfecture, où ils ont été reçus en fin de matinée par le directeur de cabinet du préfet de région, Jean-François Colombet. Cette rencontre a été « encourageante », a confié Cédric Hatzenberger à l’AFP. « Nous avons convenu de créer un groupe de travail au sein des pompiers pour mieux faire remonter l’information quand nous subissons des violences, et la préfecture de son côté a promis qu’elle serait plus sensible au problème », a-t-il ajouté.

Le Figaro

Strasbourg : un rassemblement contre la tentation du djihad

Un collectif d’associations et d’habitants de Strasbourg a organisé ce samedi un rassemblement contre l’endoctrinement djihadiste, après le départ pour la Syrie d’une douzaine de jeunes de leur quartier. Deux d’entre eux sont déjà morts. Arborant une banderole « Ne touchez pas à nos jeunes ! Rassemblement pour le refus de l’endoctrinement » une soixantaine de personnes se sont réunies en fin d’après-midi dans un centre socioculturel de la Meinau, un quartier populaire de la capitale alsacienne.

Le porte-parole de ce collectif, Mohamed Benazouz, habitant lui-même le quartier, a d’abord pris la parole sur le parvis de la salle de réunion, sous une pluie battante. « Si nous sommes là aujourd’hui, c’est parce que des enfants ont été trompés, des familles ont été brisées, toute une ville a été traumatisée » a-t-il dit.

L’assistance a également observé une minute de silence « en hommage aux deux jeunes morts. » Le rassemblement devait se prolonger avec une rencontre-débat avec un politologue, un imam ainsi qu’un psychanalyste, pour réfléchir sur les raisons conduisant des jeunes Français à s’engager dans la « guerre sainte » contre le régime de Damas.

Une douzaine de jeunes Strasbourgeois sont partis se battre dans les rangs djihadistes en Syrie ces derniers mois, selon une source proche du dossier. L’un d’entre eux a pu être récupéré in extremis par son père alors qu’il s’apprêtait à prendre l’avion en Allemagne. La mort en Syrie de deux d’entre eux a été confirmée, tandis que le sort des autres est très incertain.

(…) Le Point

Polémique à l’école publique de Drusenheim (67) autour de tableaux évoquant la Nativité

Douze reproductions de tableaux évoquant la nativité accrochées sur le mur de l’école élémentaire de Drusenheim à l’initiative du Maire. Un parent d’élève a crié à la violation du principe de neutralité de l’école laïque et a exigé le retrait de ces tableaux. es habitants, eux, ne comprennent pas que l’évocation de Jésus à proximité de l’école puisse poser un problème.

(…) France 3 Alsace

Marché de Noël de Strasbourg. La police mobilisée contre les pickpockets, les réseaux roumains particulièrement surveillés

C’est le dernier week-end avant Noël, et les marchés de la région vont faire le plein ces prochains jours. Mais qui dit foule dit risque de vols à la tire. Cette année, des réseaux de Roumains notamment ont été identifiés.

Un policier venu de Roumanie accompagne les équipes francaises sur le terrain. Objectif: gagner du temps. Mais attention, pas question pour autant de stigmatiser une certaine population.

(…) France 3 Alsace

Koenigshoffen (67) Un sexagénaire arménien sauvagement tué chez lui

Un Arménien âgé de 65 ans a été retrouvé mort, lundi en fin de soirée, dans son appartement du quartier de Koenigshoffen à Strasbourg. Plusieurs individus s’en seraient pris à lui après avoir maintenu sa compagne à l’écart. La direction interrégionale de la police judiciaire a été saisie de l’enquête.

[...] Rueben Arzoyan, qui résidait dans le logement depuis plusieurs années, était seulement connu des services de police pour une affaire de violences légères. A-t-il succombé à un règlement de comptes ? Sa mort a-t-elle à voir avec son origine ethnique ? Une importante communauté caucasienne (Arméniens, Géorgiens, Azerbaïdjanais, Tchétchènes) vit dans cette partie de Koenigshoffen.

En état de choc, la compagne de la victime devait être entendue dans la soirée. Son audition s’annonçait compliquée : elle ne parle quasiment pas français.

DNA.fr
(Merci BobbyW)

Strasbourg : une nuit dehors avec les demandeurs d’asile

Ils sont plusieurs dizaines à dormir chaque nuit sur les pelouses des parcs strasbourgeois. Des demandeurs d’asile, pressés de se présenter à l’ouverture des portes de la préfecture, et obligés de dormir dehors faute de place dans les centres d’hébergement. Nous avons passé une nuit avec eux.

(…) france 3 Alsace

Strasbourg : ils volent les économies d’une femme de 96 ans

Deux hommes de 18 et 21 ans ont été mis en examen, dimanche à Strasbourg, avant d’être écroués. La justice leur reproche d’avoir dérobé, vendredi dans la ville, le sac à main d’une vielle dame de 96 ans contenant 16 000 € destinés à son placement dans une maison de retraite.

Vers 9 h 30 rue de Kircheim les policiers interviennent pour venir en aide à une vieille dame qui vient de se faire arracher son sac. La nonagénaire choquée, explique qu’elle s’était rendue à la Caisse d’Epargne en compagnie du concierge de son immeuble afin de retirer la somme de 16.000 € dans le but d’intégrer une maison de retraite. Arrivée devant son domicile, un inconnu lui avait volé son sac à main avant de prendre la fuite à bord d’une Ford Fiesta grise.

Les enquêteurs retrouvent la voiture et surtout son propriétaire de 21 ans qui est interpellé samedi à son domicile avant d’être placé en garde à vue. Lors de la perquisition, ils mettent la main sur 502 g de cannabis, une moto cross dont le numéro de série était limé et 830 €. Les images de vidéosurveillance et l’étude de la téléphonie permet aux policiers d’identifier un complice qui avait entendu la dame passer commande de cette somme dans la banque deux jours avant l’agression. Ce jeune homme de 18 ans est interpellé et rejoint son ami en garde à vue au commissariat de Strasbourg. Lors des auditions, ils sont passés aux aveux. Le premier avait volé le sac tandis que l’autre conduisait la voiture. L’argent n’a pas été retrouvé par la police.

Le Parisien

Violences, rodéos, coup de couteau…par des « jeunes » à Sélestat (67) la mairie met l’accent sur le « mieux-vivre ensemble »

[...] Ceux qui ont assisté aux scènes en sont restés stupéfaits. Comme le résume une habitante du boulevard Paul-Cuny à Sélestat, « ce sont des images qu’on est habitués à voir dans les grandes villes, mais pas à Sélestat ! ».

C’est au centre-ville, mercredi vers 22 h, qu’ont eu lieu les premières échauffourées. Six hommes en état d’ébriété avancé, contrariés de se voir refuser l’entrée aux bars, se sont mis à invectiver les passants et consommateurs en terrasses. Puis, ils s’en sont pris aux policiers dépêchés sur les lieux en les insultant, les menaçant de mort et en leur jetant des cannettes

[...] « Après, ça a démarré, avec des rodéos en voiture et à motos , s’émeuvent des riverains. Au début, ils étaient une quinzaine de jeunes, puis une quarantaine.

On était encerclés. Ils avaient bloqué la rue de la Filature avec des conteneurs. Ils disaient qu’ils allaient cramer le quartier et criaient des insultes ». Comme eux, nombre d’habitants ont appelé les secours. [...]

Ces riverains s’accordent pour dénoncer « une sensation de peur, un sentiment d’insécurité », et prévoient de faire circuler une pétition à ce sujet dans le quartier.

Tout en considérant que la mairie « a tout nettoyé dans la nuit pour qu’on n’en parle pas » , ils apprécient de savoir qu’elle est « au courant et en train d’y travailler ».

[...] Plus largement, la Ville accompagne un projet de réhabilitation des habitations par le propriétaire, prévu à l’horizon du troisième trimestre 2013, en mettant l’accent sur le « mieux-vivre ensemble ».

L’Alsace