Montbéliard (25) : six mois de prison ferme pour le passeur de clandestins syriens

L’homme, un Italien avait été interpellé dimanche au péage de l’A36 près de Montbéliard. Il était jugé à Besançon en comparution immédiate. Cet Italien de 55 ans avait avec lui quatre Syriens en situation irrégulière. Il les convoyait vers la Hollande.

Les douaniers l’ont intercepté à bord d’un véhicule Mercedes expliquant avoir pris ces voyageurs en auto-stop par pitié. Le passeur aurait effectué une dizaine de voyages de ce genre depuis le début de l’année.

L’homme avait déjà été condamné pour des faits similaires en Allemagne. Ce passeur quasi professionnel a été condamné à 6 mois de prison ferme et 5 ans d’interdiction du territoire français

France 3

Besançon : un élu de la majorité PS en garde à vue pour exhibition sexuelle. Màj : l’élu avoue

Addendum : L’homme, âgé d’une quarantaine d’années, a reconnu avoir exhibé son sexe devant une jeune fille de 19 ans.

(…) France 3 Franche Comté

———————————

Soupçonné d’exhibition sexuelle devant une jeune femme de 19 ans, un conseiller municipal de Besançon était en garde à vue ce samedi. L’homme âgé de 41 ans a été interpellé vendredi en milieu d’après-midi. La jeune femme a prévenu la police et raconté que l’élu lui avait montré ses parties génitales dans un passage souterrain de la ville. Le suspect, lui, réfute ces accusations.

De son côté, le maire (PS) de Besançon, Jean-Louis Fousseret, a précisé dans un communiqué qu’il laissait « la justice se prononcer sur cette affaire ». « Si ces faits étaient avérés et au regard de leur gravité, je retirerais immédiatement sa délégation et lui demanderais de démissionner de ses fonctions d’élu », a ajouté l’édile.

(…) Le Parisien

Besançon : tête de porc devant une mosquée

Une tête de porc a été retrouvée dimanche matin devant une mosquée de Besançon, déjà visée ces derniers mois par des actes islamophobes. La tête a été découverte vers 02h30 devant le portail de la mosquée Sunna par la police, dont les patrouilles sont renforcées autour du bâtiment. Plusieurs oreilles de cochon ont également été retrouvées, selon le parquet.

Une enquête a été ouverte et les policiers vont procéder à des relevés d’empreintes, a précisé le sous-préfet Éric Pierrat, qui s’est rendu sur place pour rencontrer les responsables musulmans. « L’Etat condamne avec vigueur de tels actes et il est important de ne pas céder à la provocation » a-t-il ajouté, soulignant que « la vigilance accrue portée à la sécurité des lieux de culte va se poursuivre. »

La même mosquée, déjà visée par des tags en février, avait encore été ciblée début novembre. (…) « Ce sont des actes à répétition, nous avons un sentiment de dégoût et de colère » a déclaré le président le président de l’Observatoire national contre l’islamophobie, Adbdallah Zekri. « Il y a un racisme latent, contre l’autre, contre l’étranger » a-t-il estimé.

(…) Le Figaro

Besançon : une église évangélique cible d’un incendie criminel

Une tentative d’incendie criminel a ciblé les locaux de l’église évangélique de Pentecôte, 4, rue Larmet, cette nuit vers 3 heures du matin.

Le sinistre qui n’a fait que de très faibles dégâts au premier niveau de la cage d’escalier et à la porte a été rapidement maîtrisé par les sapeurs-pompiers.

Toutefois, il semble qu’un bidon d’essence ait été utilisé pour mettre le feu. On ne compte  aucun blessé. L’enquête a été confiée à la sûreté départementale du commissariat de Besançon.

L’Est Républicain
(Merci à Antibarbare)

Besançon : pneus crevés et caillassage pour les pompiers

BESANÇON : VENUS SECOURIR UNE PERSONNE, LES POMPIERS SE FONT INSULTER ET CAILLASSER


Les sapeurs-pompiers qui intervenaient pour secourir une personne coincée dans un ascenseur bloqué, dans le quartier de la Grette, ont eu une très désagréable surprise à la fin de leur mission. De retour à leur véhicule, ils ont constaté que les quatre pneus en avaient été crevés durant l’intervention.

Hier, vers 17 h 30, la situation s’est rapidement envenimée. Les pompiers ont également été pris à partie, insultés et caillassés depuis des fenêtres de l’immeuble le long duquel ils étaient stationnés, au point que des renforts de police ont été réclamés pour calmer le jeu.

L’Est républicain

 

Besançon : Un chauffeur de bus roué de coups par 2 Albanais (vidéo)

Un chauffeur de bus a été roué de coups ce matin. Tous les conducteurs ont fait jouer leur droit de retrait. Plus aucun bus ne circule sur la ville… Les agresseurs ont été arrêtés. Le trafic reprendra demain matin.

A 0’46 : « Pour les conducteurs, pas de doutes, la tension qui règne désormais dans leur bus s’explique pour beaucoup par le manque d’informations des clients: retards pour cause de traveaux, bus annulés… »

Aux environs de 7 heures ce matin, à l’arrêt Fontaine-Ecu, trois personnes sont montées dans un bus. Quand le conducteur leur a demandé leurs titres de transport, deux d’entre elles se sont énervées, l’ont tapé, roué de coups.

L’un des trois individus est même monté sur le tableau de bord pour s’en prendre violemment au conducteur.

Suite à cette agression, les chauffeurs ont fait jouer leur droit de retrait, [...] Conséquences : peu de bus circulaient. La direction craignant le mécontentement des usagers qui se retrouvent sans moyen de transport, a pris la décision de rappeler tous les bus qui circulaient encore. La cinquantaine de chauffeurs de bus a donc cessé le travail.

Selon Mickaël Mouette, délégué FO, il s’agit de la 10 ème agression de ce type depuis le début de l’année. [...]

Les trois personnes, deux hommes et une femme, enceinte, ont été interpellés par la police. Seuls les deux hommes ont participé à cette agression. Il s’agit de deux cousins Albanais, l’un majeur, âgé de 24 ans, l’autre mineur de 17 ans et de passage à Besançon.

Selon nos confrères de France Bleu, le majeur a été conduit au centre de détention de Lyon, d’où il sera expulsé. Quant au mineur, il sera présenté à un juge à Rennes, où il réside habituellement. [...]

France 3
(Merci à Martin)

Besançon : le corps d’un étudiant de 21 ans repêché dans le Doubs avec un hématome à la tête

Il était 7 heures 15 quand la police a été appelée : une personne flottait sur le Doubs. Les pompiers ont dépêché sur place des moyens nautiques et des plongeurs. Ceux-ci ont remonté un homme… Le médecin légiste n’a pu que constater son décès. La victime est morte noyée. Pour le, moment, impossible de déterminer les circonstances du décès : noyade, accident ou autres… (…) A priori, son corps porte la trace d’un hématome à la tête, mais les enquêteurs n’en tirent aucune conclusion hâtive.

(…) France 3 Franche Comté

Doubs. Gare aux escrocs des routes

Le coup de la panne pour soutirer de l’argent à la personne bienveillante qui s’arrête pour apporter son aide est un grand classique… mais il fonctionne encore.

Le scénario semble vieux comme le monde et pourtant ! Un automobiliste, ou un couple (ou même une famille) est arrêté au bord de la route (une départementale pas très fréquentée en général), le capot de leur grosse cylindrée ouvert. Et au moment où vous passez, on vous arrête, vous expliquant un vol de papiers ou de carte bleue (accompagné en général d’histoires de famille horribles à grands renforts de pleurs) . Puis ensuite, on vous montre un bijou et on vous propose de l’acheter. 4ème et dernière étape, vous donnez de l’argent, la voiture repart mais il est trop tard ! Vous vous êtes fait avoir…

(…) France 3 Franche Comté

Besançon : une sexagénaire poignardée à mort, un jeune homme interpellé

Un jeune homme de 23 ans a été placé en garde à vue après la découverte, dimanche à Besançon (Doubs), du corps d’une femme de 60 ans tuée de plusieurs coups de couteau à son domicile. Le suspect a reconnu avoir mortellement frappé la sexagénaire.

D’après les premiers éléments de l’enquête, la victime hébergeait le suspect depuis environ six mois. Selon l’«Est Républicain», les locataires de l’immeuble étaient même « habitués à voir la victime, qui recevait des soins psychiatriques, accueillir chez elle des gens en mal d’insertion sociale et livrés à eux-mêmes ». Hébergé, le jeune homme devait en échange participer aux tâches ménagères. D’après ses déclarations, une énième remontrance à ce sujet a provoqué sa colère et il tué la femme.

(…) Le Parisien