La réponse laïque de lycées marseillais face à l’essor des « tenues islamiques »

« Ça a sonné. Dépêchez-vous. » Les surveillants, Loubna et Alain, battent le rappel devant le lycée La Calade. Il est 14 heures, jeudi 10 avril, dans le 15e arrondissement de Marseille. Le soleil chauffe les barres d’immeubles des quartiers nord et retient les élèves dehors. Nassima range son chapelet musulman.

Samia se lève, époussette la longue jupe marron qui tombe sur ses pieds, sort de son sac un gilet, son carnet de correspondance, et se dirige vers l’entrée.

Loubna et Alain contrôlent le « check-point » entre le monde des cités et celui de l’école. Deux conditions pour passer : carnet de correspondance et chevelure libre. Sans qu’on lui demande quoi que ce soit, Samia ôte la partie supérieure de sa tenue couvrante, son jilbeb. Elle roule dans son sac la cape, assortie à sa jupe, qui couvrait ses cheveux et flottait sur son buste, enfile son long gilet et rejoint ses copines.

A l’entrée de La Calade, le déshabillage est quotidien. « Parmi nos 500 élèves, une dizaine arrive en tenue intégrale », recompte mentalement la proviseure Marie-Pierre Van Huffel qui reconnaît l’augmentation du phénomène.

Les longues jupes noires ou foncées, les sarouels passent l’entrée. S’agit-il de signes religieux ? « Quand ces tenues sont apparues il y a deux ans, le recteur d’alors a posé cette règle simple que les vêtements achetés par des circuits islamiques étaient des signes religieux »…

Suite dans un article payant du Monde

Marseille (13) : une lutte contre les discriminations plus visible

Absente de la précédente mandature, la lutte contre les discriminations fait son entrée dans l’équipe municipale. Une victoire pour le Conseil représentatif des associations noires (CRAN). L’équipe municipale de Marseille dispose désormais d’un élu en charge de la lutte contre les discriminations.

Nouvelle mandature, nouveaux enjeux. La nomination vendredi de l’équipe municipale du maire Jean-Claude Gaudin a permis de rectifier le tir en termes de lutte contre les discriminations. Ce manque avait été pointé du doigt par le Conseil représentatif des associations noires (CRAN) qui avait décerné une note de 10 sur 100 à la ville en matière de lutte contre le racisme. « Contrairement à Lyon ou Paris, Marseille ne dispose d’aucun élu dans ce domaine », déplorait le responsable local du CRAN, Nassurdine Haïdari.

Un constat désormais dépassé. Outre le service civique municipal et la laïcité, l’élu PRG, Michel Dary s’occupera désormais de la lutte contre les discriminations. « C’est une grande victoire se réjouit Nassurdine Haïdari. Avec l’élection d’un maire de secteur Front national, il y a une impérieuse nécessité de réaffirmer l’unité de la ville que l’on habite au nord ou au sud », estime-t-il.

Metro News

Marseille (13) : un homme tué par balles sur l’autoroute A7

Le décompte macabre continue à Marseille. Un homme a été tué par balles ce lundi après-midi sur l’autoroute A7 qui dessert la ville. Selon les premiers éléments, l’homme, dont l’identité n’était pas connue à ce stade, a été pris pour cible par trois ou quatre hommes cagoulés qui ont pris la fuite à bord de leur véhicule. Ils auraient fait usage d’armes de guerre Ils auraient fait usage d’armes de guerre.

(…) « C’est une chance qu’il n’y ait pas eu de victime collatérale », a réagi le délégué zonal du syndicat Alliance, David-Olivier Reverdy. « Peu importe l’heure, les circonstances, le lieu, quand des individus ont décidé de commettre un règlement de comptes, rien ne les arrête », a-t-il souligné.

(…) Le Parisien

Marseille : trois policiers de la BAC blessés dans une course-poursuite

Trois fonctionnaires de police ont été blessés sur l’A55 à hauteur des Pennes-Mirabeau, cette nuit, après une course-poursuite entamée à Marseille, mais un seul d’entre eux est toujours hospitalisé. Il souffre de quatre fractures sur la colonne vertébrale et devrait être opéré rapidement. C’est lui qui conduisait la voiture qui a été percutée vers une heure du matin, par un Renault Scénic signalé volé.

(…) Le véhicule de la Bac s’était donc arrêté à quelques mètres derrière lui. Soudain, le conducteur a violemment accéléré en marché arrière et percuté de plein fouet les policiers. C’est le fonctionnaire au volant qui a subi les plus graves blessures, perdant même connaissance. Son passager a été touché à la cheville et le dernier homme, à l’arrière, a été projeté dans l’habitacle. Il souffre d’un traumatisme facial très sérieux, mais a pu quitter l’hôpital en fin de matinée.

Juste après le choc, le suspect, âgé de 22 ans, est sorti de la voiture, a traversé toutes les voies de l’autoroute, pour tenter de s’enfuir dans la garrigue environnante.

(…) La Provence

Marseille (13) : un jeune homme agressé à coups de couteau

Ce jeudi 10 avril, un jeune homme a été sérieusement blessé à coups de couteau dans la cité de la Cayolle dans le IXe arrondissement à Marseille (Bouches-du-Rhône).

Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime aurait été agressée par plusieurs inconnus avant d’être frappée à six reprises avec un couteau.

Touché au niveau du ventre, du dos et d’un bras, il a été évacué, dans un état sérieux, vers l’hôpital de la Timone. Une enquête a été ouverte afin d’identifier les auteurs de cette tentative de meurtre.

Le Parisien

Marignane (13) : grosse opération de police dans les cités

Aux dires des « anciens », cela faisait bien longtemps que les cités du Florida Parc et de la Chaume n’avaient été autant la cible des forces de l’ordre. Tout au long de la semaine, celles-ci ont (ré)investi les lieux au cours d’une opération d’envergure, identique à celle qui a été menée il y a quelques semaines du côté des Pins, à Vitrolles.

Contrôles routiers, visites des parties communes, tentative de démantèlement d’un point de vente de résines de cannabis, recherche d’armes, etc… tout y est passé avec un résultat que les policiers ont jugé plutôt satisfaisant.

Lundi, les forces de l’ordre ont reçu le renfort de chiens renifleurs spécialisés dans la détection d’armes et de produits stupéfiants. Au cours d’une visite de cave, les policiers ont découvert une arme type fusil de chasse avec des dizaines de cartouches en parfait état de fonctionnement. Trois véhicules volés – dont une moto de grosse cylindrée – ont été saisis et la police municipale a procédé à l’enlèvement de neuf véhicules épaves.

Tout au long de la semaine, les policiers ont donc occupé le terrain, à des heures différentes et sous des formes différentes, histoire de surprendre ceux qui auraient quelque chose à se reprocher… « En règle générale, cela se passe bien, il n’y a aucune zone de non-droit à Marignane, on rentre partout », certifie le commissaire Brua dont les hommes ont contrôlé mercredi les commerces du Florida, pour effectuer des contrôles administratifs et veiller à ce qu’aucun ne vende par exemple du tabac sans autorisation.

« L’objectif prioritaire est de se montrer, d’être présents en effectuant des patrouilles et des contrôles. Là, nous avons bénéficié d’un dispositif particulier afin d’effectuer un travail ciblé sur une semaine avec des objectifs bien précis. Nous allons continuer à être présents le plus possible et on reviendra régulièrement », promet le commissaire Brua, visiblement satisfait de cette semaine.

Le butin peut paraître bien maigre. Mais pour le commissaire Jean-Noël Brua, « trouver, en moins d’une semaine, trois véhicules volés, une centaine de munitions, un fusil de chasse et procéder à une dizaine d’interpellations dans un périmètre aussi restreint est un bilan très correct ».

La présence policière accentuée dans le quartier semble, elle, diviser les habitants. Si pour certains jeunes un tel déploiement a des allures de « provocation », certains habitants voient d’un bon oeil cette reconquête du territoire. « Je vis dans ce quartier depuis près de quarante ans et les choses ont beaucoup changé… et pas en bien, témoigne un vieil homme. C’est bien que la police montre qu’il y a certaines limites. »

Avant de quitter la zone les policiers tombent sur un jeune homme en scooter conduisant sans casque et qui les insulte vertement. Il est intercepté quelques mètres pus loin par deux motards « ninjas » de la Compagnie de sécurisation et d’intervention. La loi va s’appliquer pour lui aussi.

La Provence

Marseille (13) : Un terroriste en fuite arrêté

Un homme de 23 ans, condamné le 10 mars 2014 à 7 ans de prison par le tribunal correctionnel de Paris pour association de malfaiteurs en vue de préparer un acte terroriste, a été appréhendé hier soir dans le quartier de la Belle-de-Mai, à Marseille, par une patrouille de police qui l’avait reconnu, après la diffusion de son signalement.

L’homme, né à Blois (Loir-et-Cher), occupait régulièrement un appartement marseillais. Il faisait partie d’un groupe d’aspirants jihadistes, qui ont réalisé plusieurs voyages dans la zone pakistano-afghane.

L’enquête de la Direction centrale du renseignement intérieur avait pu déterminer qu’il avait mis son logement marseillais à la disposition de « ses frères salafistes ». Des SMS interceptés par la police et envoyés à son principal complice l’impliquent dans des projets d’actes terroristes sur le territoire français.

Lors du procès, sept personnes avaient été condamnées à des peines allant de 7 ans ferme à deux ans avec sursis. La plupart se sont convertis à l’islam récemment.

laprovence.com

Double discours du PS concernant l’exclusion de Guerini ?

27/01/14

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, va informer mardi le bureau national (BN, direction) du PS qu’il enclenche la procédure devant aboutir à l’exclusion du président du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini. « S’il persiste à soutenir une liste dissidente aux municipales contre le candidat investi par le PS, il sera exclu », a déclaré lundi devant quelques journalistes Harlem Désir en annonçant la première étape de cette procédure. Vendredi le sénateur a dit apporter son « soutien plein et entier à Lisette Narducci », dissidente PS et tête de liste PRG dans le 2e secteur de Marseille, face au candidat PS Eugène Caselli, président de la communauté urbaine.

(…) Le Point

28/03/14

Le candidat socialiste à la mairie de Marseille tente une opération mains propres pour faire basculer une élection où il n’est pas favori. Patrick Mennucci, a menacé vendredi de suspendre son adhésion au PS si celui-ci n’excluait pas, après les municipales, Jean-Noël Guérini, le présidentdu conseil général des Bouches-du-Rhône, impliqué dans de nombreuses affaires.

(Merci à Cellofrag)

Le CRIF demande à un candidat PS d’aller au bout de ses convictions et de se retirer face au FN (MàJ)

Dans un communiqué, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) demande à Garo Hovsépian, candidat socialiste à la mairie du 7e secteur de Marseille (13e-14e arrondissements) arrivé hier en troisième position du premier tour avec 21,66% des suffrages, de retirer sa liste au second tour.

« Nous demandons à Monsieur Garo Hovsépian, grand humaniste qui a toujours combattu la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme d’aller au bout de ses convictions en retirant sa liste au profit du candidat en place en seconde position (Richard Miron, candidat UMP-UDI, avec 27,83%, ndlr). » Le Crif justifie cette demande en raison du risque de victoire de Stéphane Ravier, candidat FN qui a obtenu 32,88% au premier tour dans ce secteur.

La Provence, merci à DANY

Relire :

Déjeuner-débat du CRIF Marseille-Provence : Garo Hovsepian, Maire des 13ème et 14ème arrondissements de Marseille

De sa voix forte et convaincante, le Président de la J.A.P a rappelé que : « ce partage de la table, est un signe d’amitié fort et un honneur que vous me faites, je respecte ce que vous êtes et ce que vous faites pour la défense de votre identité juive, nous, les Arméniens et vous les Juifs, avons les mêmes valeurs familiales ». Il nous a déclaré que sa ligne politique était toujours la même. Il a insisté sur le fait qu’il est un homme de terrain soucieux du bien-être de ses administrés, qu’il aide autant qu’il peut.

Merci à Claude

Marseille : tentative de meurtre d’un policier. Arrestation de deux personnes (màj vidéo + menaces de mort contre le policier)

——- Mise à jour 20/03/2014 ——–

——- Mise à jour 15/03/2014 ——–

Yazid est un miraculé et à 35 ans, il ne songeait pas un instant à un tel développement de carrière. C’est lui qui, le 8 juillet 2013, a sauvé un couple et son bébé du lynchage sur la plage des Catalans (7e) à Marseille. Mais c’est lui, du coup, qui a été pris pour cible et aurait dû mourir noyé, s’il n’avait bénéficié à son tour de l’intervention efficace d’un de ses collègues réservistes. Cet homme tente péniblement de se reconstruire de jour en jour.

Mais le 17 février dernier, rue Breteuil (6e), il a de nouveau croisé l’un de ses agresseurs, l’un de ceux qui a été mis en examen puis a été un temps écroué, qui n’a pas hésité à le menacer. Le 3 mars, le même scénario s’est reproduit sur la place Félix-Baret aux cris d’ »On va te tuer ! » Alors, Yazid a décidé le même jour de déposer plainte au commissariat Noailles.

La Provence

——- Mise à jour 11 juillet ——–

Deux mineurs ont été mis en examen pour tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique.

Extrait de la vidéo : «Il est important qu’on rappelle à cette jeunesse** qu’on n’a pas le droit d’attenter à l’intégrité physique d’un représentant de l’ordre. » [**NDLR : laquelle ?]

Deux mineurs soupçonnés d’avoir violemment agressé un policier sur une plage  de Marseille ont été mis en examen. Ils sont accusés d’avoir violemment pris à partie le policier, intervenu après une altercation. La fille lui a maintenu la tête sous l’eau, tandis que le garçon montait sur ses épaules. Le Point

L’état de santé du policier, un homme de 35 ans, chef de poste de la plage, s’est légèrement amélioré. Il ne souffrirait plus de paralysie faciale, mais d’une insensibilité au niveau du bras droit.La Provence Lire la suite