Hérault : un ado suspecté du viol et du meurtre d’une fillette de 12 ans (màj)

Addendum

Le jeune garçon de 16 ans, en garde à vue dans le cadre du meurtre d’une fillette de 12 ans dans un centre thérapeutique de Lodève dans l’Hérault, va être déféré ce soir devant le parquet de Montpellier pour « meurtre précédé, accompagné ou suivi de viol ». [...]

Le Figaro

_______________________________

Un jeune de 16 ans devait être déféré dimanche devant la justice après la découverte vendredi soir du corps d’une fillette, morte par asphyxie, dans le centre thérapeutique dont tous deux étaient pensionnaires à Lodève. [...]

Selon les premiers éléments de l’autopsie, la jeune fille «est morte d’un syndrome asphyxique» pouvant résulter «d’une strangulation» ou d’un étouffement, a indiqué le parquet qui évoque des «signes de violences». Son corps a été retrouvé vendredi soir vers 22h30, dissimulé sous des vêtements, dans un local d’un pavillon désaffecté utilisé comme débarras. La jeune victime avait disparu le même jour en milieu de journée de cet institut pour enfants et jeunes en difficulté de Campestre, situé dans un écrin de verdure à l’écart de la ville.

Dans la foulée, l’adolescent avait été placé en garde à vue par les gendarmes de la section de recherches de Montpellier et de la brigade de recherches de Lodève. Il avait été aperçu vendredi avec la victime, selon des sources proches de l’enquête. Prudent, le procureur de la République Christophe Barret a assuré qu’il n’y a «pas de suspect identifié à ce jour». [...]

Il s’agit également de déterminer s’il y a eu agression sexuelle. Des examens complémentaires sont en cours. [...]

Le Figaro

Vénissieux : un collégien de 14 ans arrêté pour le viol d’une jeune fille de 12 ans

Un garçon de 14 ans, habitant Vénissieux, a été placé en garde à vue lundi, à la brigade de protection de la famille (BDPF), pour s’expliquer sur des accusations de viol. La victime est une jeune fille de 12 ans, domiciliée dans le 8e arrondissement de Lyon, et qui fréquente le même collège que l’adolescent.

Selon cette dernière, le jeune homme l’a contrainte par la violence à deux reprises à pratiquer une fellation. [...]

Le Progrès

Merci à lisyann

Un gamin de 12 ans sème la terreur à Limoges

« A 12 ans, ce garçon a commis plus de délits qu’il n’a fêté d’anniversaires », résume un policier.

A Limoges, un enfant de 12 ans multiplie les délits de plus en plus violents. Aux yeux de la loi, il est quasiment intouchable, rapporte RTL. « Il a commencé par des actes de dégradation, des vols et depuis ces dernières semaines, il s’en prend aux personnes avec des armes », s’inquiète Michel Garrandaux, procureur de Limoges.

Le jeune garçon incontrôlable est pourtant quasiment intouchable puisqu’un mineur de moins de 13 ans ne peut aller en prison, ni même faire l’objet d’une garde à vue. [...]

7sur7.be

 

A 12 ans, il a 7 identités et un CV de cambrioleur aguerri (màj)

Addendum 01/03/12

« Il est impliqué dans 26 affaires, pratiquement à chaque fois des cambriolages, et cela sur une seule identité« , raconte à TF1 News, le commandant César, de la CRS autoroutière de Provence. Une seule identité ? Oui, le garçon est fiché sous sept identités différentes. Il a un seul nom mais sept dates de naissance et sept prénoms. Ce lundi, il dit s’appeler « Busa ». [...]

Hebergeur d'image

TF1 News

________________________________

Un mineur de 12 ans et demi a été interpellé hier au volant d’une voiture sur une aire d’autoroute des Bouches-du-Rhône, où il s’apprêtait à prendre de l’essence, a indiqué aujourd’hui la préfecture. [...]

Le garçon faisait l’objet de cinq fiches de recherche, dont un mandat d’amener par un juge d’instruction de Toulon, pour des faits de vols avec effraction et circonstances aggravantes. Il était également recherché par les services de police de Marseille et d’Arles (Bouches-du-Rhône) pour des faits de cambriolage.

Le Figaro

Délinquance : l’UMP veut des travaux de réparation des actes commis dès 12 ans… avec l’autorisation des parents

Lors de sa convention nationale, le parti va présenter mardi ses propositions sur la justice, l’éducation, l’immigration, la sécurité et la laïcité. Parmi elles, des sanctions pour des « actes commis dès 12 ans ». Jean-François Copé affirme cependant qu’il ne s’agit que d’une « piste ».

Ce mardi à Villeurbanne, se tient la convention nationale de l’UMP sur son projet 2012. Au cours de cette convention devraient être dévoilées des propositions sur la justice, l’éducation, l’immigration, la sécurité et la laïcité. Quelques jours après le meurtre de la jeune Agnès par un lycéen de son internat de Haute-Loire, qui a suscité un vif émoi, l’UMP va se prononcer pour « l’élaboration d’un code pénal spécifique pour les mineurs » afin, peut-on lire dans le document de la convention sur « Le rendez-vous du rassemblement », « d’adapter la justice des mineurs aux nouveaux phénomènes de délinquance et lutter contre le sentiment d’impunité ». [...]

Sans aller jusqu’à proposer formellement d’abaisser de 13 à 12 ans l’âge de la responsabilité pénale des mineurs, et donc de l’incarcération – comme le rapport Varinard l’avait préconisé en 2008 en provoquant un tollé – l’UMP veut désormais « rendre possible les travaux de réparation des actes commis dès 12 ans, avec l’autorisation des parents« . [...]

TF1 News

Saint-Quentin : un caïd de 12 ans «bien connu des services de police»

Un garçon de 12 ans, qui a mis le feu aux cheveux d’une dame de 90 ans samedi à Saint-Quentin (Aisne), a été arrêté par la police. Malgré son jeune âge, il est bien connu dans le quartier dans lequel il sème la terreur et a déjà un palmarès éloquent en matière de délinquance.

Samedi midi, rue de la Chaussée-Romaine, l’adolescent croise une dame de 90 ans qui habite le quartier. Il s’empare d’un briquet et met le feu à ses cheveux. Il faut l’intervention d’un témoin pour éteindre l’incendie capillaire en cours de propagation. Sans ce réflexe, les conséquences auraient pu être plus graves.

Arrêté et mis en mesure de retenue (et non en garde à vue, en raison de son âge), il n’a pas nié les faits, expliquant avoir voulu «faire marrer ses copains».

En une semaine, une dizaine de procédures ont été établies à son encontre. En plus de l’agression de la nonagénaire, il s’agit essentiellement de vols et de recels. Lundi après-midi, il a été déféré au parquet de Saint-Quentin pour être présenté au procureur. Devant la gravité des faits, ce dernier pourrait décider de son placement dans un foyer. D’autant que la maman du jeune homme est déjà derrières les barreaux.

Source : L’Aisne Nouvelle