Roullens (11) : amener les jeunes à réflechir sur la réalité de la diversité et du racisme

Que le mot «apartheid» semble doux mais que de douleurs se cachent derrière ce terme qui n’aurait jamais dû voir le jour et qui reste ancré dans les mémoires. Le 21 mars 1960, une manifestation non violente de protestation contre la loi sur les laissez-passer s’est soldée par un massacre : soixante-neuf manifestants ont été tués. Cette date du 21 a été retenue par la Communauté internationale pour commémorer ce jour fatidique et amener à faire réfléchir sur l’importance des principes d’égalité, de solidarité, de justice et de respect. Cette année est aussi le 10e anniversaire du génocide rwandais et le bicentenaire de la révolution à Haïti.

La Ligue de l’Enseignement s’est associée et engagée auprès des jeunes pour les amener à une profonde réflexion sur la réalité de la diversité, du racisme et de ce que cela signifie pour chacun d’entre eux. Sensibilisée par ce mouvement anti-discrimination, Sarah a tout d’abord présenté aux enfants deux photos et leur a demandé de réfléchir sur leur contenu. Après discussion et grâce à l’aide de Francis Delabre, les enfants ont décrypté leur ressenti en écrivant des textes courts qu’ils ont envoyés à des personnes prises au hasard dans l’annuaire. Ils attendent aujourd’hui quelques réponses. Les phrases écrites par les enfants seront exposées au foyer le mardi 22 avril. Si les enfants ont bien compris le sens de cette journée, le travail sera encore long pour appliquer dans le monde le principe de la tolérance.

La dépêche du Midi

Narbonne (11) : trois mois ferme pour les siphonneurs roumains

Les routiers roumains indéliquats avaient volé 800 litres de carburant dans la nuit du 1er avril sur l’aire de Fitou. Ils comparaissaient hier, jeudi.

L’action n’a duré que 25 minutes. Il est 1h 25 du matin sur l’aire d’autoroute de Fitou, la nuit du 1er avril. Deux hommes, âgés de 32 et 43 ans, à bord d’un semi-remorque espagnol se garent entre deux camions. « Sans aucune nervosité » (pv des gendarmes), avec une attitude « quasi professionnelle », l’un d’eux fracture le bouchon du réservoir du poids lourd voisin (« j’ai juste eu à tourner le bouchon », dira le prévenu), et ensemble ils déploient le dispositif de tuyaux accessible grâce à une découpe de la tôle sur leur camion, actionnent la pompe scellée dans un coffre sur le côté du semi-remorque et se servent. « 800 litres », dira la société victime du vol. « 400 litres », diront les prévenus.

Les gendarmes du peloton autoroutier de Narbonne sont là, ils voient tout. Attendent que le poids lourd reparte, l’arrêtent et interpellent les deux hommes.

Ce n’est pas la première fois que cela arrive, même si, dans ce cas précis, il s’agit de « primo-délinquants ». « C’est un phénomène qui prend une ampleur effrayante », constatera le procureur. Phénomène que les gendarmes prennent très au sérieux effectuant des surveillances renforcées sur l’axe Narbonne – frontière espagnole. Depuis, les flagrants délits s’accumulent et finissent en comparution immédiate.

Les deux chauffeurs routiers roumains ont écopé, pour le plus jeune d’un an d’emprisonnement dont 9 mois de sursis avec mandat de dépôt. Le plus âgé a été condamné à 8 mois de prison dont 5 mois avec sursis, avec mandat de dépôt. Leur poids lourd a été confisqué. Le ministère public avait requis 8 mois ferme et la confiscation du camion ainsi que de la carte grise.

L’indépendant

Carcassonne (11) : un réseau de voleurs de métaux roumains

De mars à décembre 2012 un réseau de voleurs Roumains a fait la razzia sur les métaux dans une quarantaine de caves coopératives. 4, 4 t pour un montant de plus de 56 000,00 €.

Les vols de cuivre, un véritable fléau, la SNCF est en première ligne pour ces actes de délinquance. Les trois prévenus (deux étaient présents) qui comparaissaient, hier, devant le tribunal correctionnel, s’étaient spécialisés, eux, dans les caves coopératives. De mars à décembre 2012, ils ont écumé pas moins d’une quarantaine de caves coopératives à un rythme digne d’un Stakanov. À leur tableau de chasse, les caves de Rouffiac d’Aude, Lézignan-Corbières, Capendu, Aigues-Vives, Azille… leurs proies : les robinets, vannes, tuyaux en cuivre, bronze, laiton, étain… tout était bon pour se faire de l’argent.

Les deux Roumains, Gheorghe Cazamir, âgé de 45 ans, et Liviu-Lonut Turic, 24 ans, comparaissent pour ces cambriolages qu’ils reconnaissent en partie mais aussi pour association de malfaiteurs et blanchiment d’argent. Car leur affaire tournait plutôt bien. En l’espace de quelques mois ils ont ainsi pu dérober quelque 4, 4 t de métaux avec un bénéfice estimé à pas moins de 56 000,00 €.

Car aussitôt le méfait perpétré, ils revendaient leur butin à une société spécialisée dans la récupération des métaux ; l’América-fer qui leur versait sur des comptes des sommes rondelettes qu’ils s’empressaient d’encaisser. Les deux prévenus n’ont guère été très bavards sur leur trafic, se chargeant mutuellement.

Les avocats de la défense tenteront de minimiser le rôle de leurs clients chargeant mutuellement l’autre, indiquant qu’une organisation qui les dépasse existe bel et bien. Après délibérations le tribunal a condamné Liviu-Lonut à 4 ans de prison ferme et Gheorghe Cazamir à 5 ans et le troisième prévenu à un an. Les prévenus devront également rembourser les parties civiles, très nombreuses, à hauteur de près de 1 000 000 € au total.

La Dépêche

Carcassonne (11) : cinq voitures incendiées

Les sapeurs-pompiers de Carcassonne ont multiplié les sorties dans la nuit de samedi à dimanche pour une série d’incendie de véhicules.

Le premier s’est déclaré rue François-Villon, dans le quartier Ozanam, vers 21 h 40. Puis une seconde voiture a été détruite par les flammes, toujours dans ce secteur, rue Louise-Michel, vers 4 h 45. Quelques minutes tard, c’est route de Narbonne, à proximité d’Ozanam,qu’une Kia Picanto a été réduite à l’état d’épave.

Vers 5 h 30, un premier véhicule a été détruit rue André-Lenôtre, face au stade Mazet. Mais cet événement n’est a priori pas lié aux violences urbaines relevées à Ozanam. il s’agirait d’une tentative de vol de voiture qui a échoué. Pour ne pas laisser de trace, le ou les malfaiteurs aurait mis le feu. Les flammes se sont propagées à une seconde auto et un compteur de gaz. Deux habitations ont dû être évacuées pour des raisons de sécurité.

L’indépendant

Un jeune homme de 19 ans tué à l’arme de chasse à Carcassonne (11)

Un jeune homme de 19 ans a été tué à l’arme de chasse la nuit dernière à Carcassonne à proximité d’un cimetière. La victime se trouvait à bord d’une voiture avec d’autres personnes lorsque le groupe a été la cible de tirs, vers 4 heures du matin. Le ou les auteurs des tirs sont en fuite.

(…) france 3 Languedoc Roussillon

Carcassonne. Un pompier agressé dans une ambulance

Un sapeur-pompier de Carcassonne a été victime hier au petit matin d’une agression dans le véhicule de secours aux victimes à bord duquel il avait pris en charge un homme pris de boisson. Un autre a reçu un coup.

Les faits se sont déroulés vers 5 heures du matin. Les services de police et les pompiers sont intervenus en centre-ville de Carcassonne pour non seulement faire cesser une dispute violente entre deux frères et pour porter secours à l’un des belligérants qui présentait des plaies et des lésions diverses. La « victime » a été prise en charge et s’est montrée agressive et son frère n’a rien pu faire… Tandis que la brigade anti-criminalité avait quitté les lieux pour se rendre sur une autre intervention, croyant que l’affaire était réglée, l’homme pris en charge qui souffrirait de troubles d’ordre psychiatrique combinés aux effets de l’alcool, a agressé les pompiers, infligeant un coup de tête à l’un et un coup de poing à l’autre. La police a été à nouveau appelée et l’individu a finalement pu être conduit à l’hôpital, menotté aux jambes et aux pieds.

(…) La Dépêche

Merci à philou1234

Carcassonne: cigarette refusée, il sort un couteau contre 10 agresseurs et finit au poste

L’histoire débute dans la rue Tranquille à deux pas de la rue Georges-Clémenceau samedi vers 22 h. Un homme, âgé de 25 ans, fume sa cigarette à la fenêtre de son appartement au rez-de-chaussée. Deux hommes qui passent par là, lui demandent une cigarette. Il refuse.

Le ton monte rapidement et l’un des deux individus se met à uriner devant l’immeuble, suscitant la colère de notre jeune homme. « Il aurait pu choquer la fillette de ma copine », déclarera l’homme aux policiers.

Les deux agresseurs quittent les lieux en promettant de revenir. Ce qu’ils font quelques heures plus tard. Ils sont alors une dizaine et jettent des canettes de bière sur la façade.

L’homme en colère se saisit d’un couteau de cuisine avec une lame de 20 cm et sort dans la rue en menaçant ses agresseurs.

Vers 0 h 40, l’homme est interpellé par les policiers. Il est aussitôt placé en garde à vue et reconnaît les faits. Il sera convoqué prochainement devant le tribunal pour un rappel à la loi.

L’Indépendant
(Merci à Lillib)

Limoux (11). une séance d’exorcisme sème l’émoi dans le voisinage

Des cris entendus dans tout le quartier, des riverains inquiets et la gendarmerie qui découvre finalement… une séance d’exorcisme à l’église. « On n’a pas interpellé le démon et le démon n’a tué personne », expliquent les gendarmes.

Les cris de désenvoûtement ont fait croire au voisinage qu’un crime affreux se perpétuait tout près de chez eux. Une séance d’exorcisme tapageuse a semé l’émoi à Limoux (Aude) vendredi soir. Il était 21h20 vendredi quand les voisins de l’église évangélique la Délivrance ont été alertés par des hurlements déchirants et ont appelé les gendarmes.

Sur place, les gendarmes ont découvert que ces vociférations n’étaient pas le fait d’une victime qu’on égorge, mais d’une fidèle réunionnaise.

A l’arrivée des forces de gendarmerie, celle-ci remerciait le Seigneur de l’avoir délivrée du mal, rapporte l’Indépendant.

La personne « désenvoûtée » étant en bonne santé, les gendarmes sont repartis sans autre forme de procès en sorcellerie: « On n’a pas interpellé le démon et le démon n’a tué personne », explique-t-on au groupement de gendarmerie.

MyTF1News
(Merci à Alexandre LEGRIX)

Reportage : Plongez au coeur d’une séance de délivrance à l’île de la Réunion:

Montréal (Aude). Pierre, 82 ans, victime d’un home-jacking est décédé ce matin

Dans la nuit de samedi à dimanche, vers 4 h du matin, un couple, âgé tous les deux de 82 ans, a été braqué par quatre à cinq hommes encagoulés, gantés et armés d’une arme de poing, à leur domicile de Montréal, à une vingtaine de kilomètres de Carcassonne.

Conséquence directe ou indirecte du braquage dont il a été victime avec son épouse, dimanche, à son domicile de Montréal, Pierre Cahusac est décédé ce matin en milieu de matinée, à l’âge de 82 ans.

En phase terminale d’un cancer et sous assistance respiratoire, l’octogénaire avait été admis à l’hôpital de Carcassonne dimanche après-midi, mais ce n’est que lundi qu’une fracture du col du fémur lui a été diagnostiquée par les médecins.

Joint ce mardi matin, le magistrat de permanence au parquet de Carcassonne a indiqué que des investigations étaient en cours afin de déterminer si le braquage dont a été victime Pierre Cahusac, dimanche, peut être en lien directe avec son décès.  » Il était très malade, mais j’ai demandé qu’une autopsie soit pratiquée à l’institut médico-légal de Monptellier, jeudi après-midi », a indiqué Stéphane Bérès.

Dans la nuit de samedi à dimanche, alors qu’ils dormaient, c’est aux environs de 4 h du matin que les époux Cahusac ont été sortis de leur lit par quatre ou cinq hommes encagoulés, gantés et armés.

Ces derniers étaient parvenus à entrer au domicile du couple, après avoir escaladé la façade arrière du bâtiment et forcé une porte-fenêtre. Mis en respect, Jeanine et Pierre Cahusac avaient alors eu les chevilles attachées avec du ruban adhésif, pendant que les malfaiteurs fouillaient l’appartement de fond en comble.

Selon nos informations, les braqueurs, qui ont porté des coups à Jeanine Cahusac, pensaient qu’il y avait un coffre-fort dans la maison… Mais c’est avec des bijoux et des montres de valeurs qu’ils sont repartis à bord d’une voiture volée.

Un véhicule qui a été retrouvés calciné quelques heures après le braquage, à Carcassonne, à hauteur de la route de Limoux. A l’intérieur, des bijoux fantaisie qui avaient été volés par les braqueurs ont été retrouvés par les enquêteurs. [...]

Midi Libre
(Merci à SaintJores50)

Gruissan (11). il brutalise trois jeunes filles pour une cigarette refusée

Les faits se sont produits tôt samedi matin, sur le parking des discothèques de Gruissan. Un accès de violence qui risque de lui coûter cher.

Les faits remontent à samedi dernier : tôt le matin, un homme aborde trois jeunes filles discutant sur le parking des discothèques de Gruissan et leur demande une cigarette.

Ses interlocutrices répondent par la négative, ce qui n’aurait visiblement pas plu à l’intéressé. Celui-ci s’en prend en effet au groupe, et porte des coups aux trois filles avant de partir. Deux d’entre elles ont à peine 17 ans, la troisième est âgée de 26 ans.

Choquées, les victimes donnent néanmoins rapidement l’alerte. Une patrouille de gendarmerie se trouvant à proximité part à la recherche de l’agresseur : le signalement fourni, plutôt précis, permet aux militaires de le retrouver rapidement.

Mais l’interpellation ne se fera pas sans mal, puisque l’individu se rebelle cette fois contre les forces de l’ordre. Des violences répétées qui pourraient notamment s’expliquer par le fait que l’auteur présumé était alors fortement alcoolisé. Un état souvent peu propice à des réactions mesurées…[...]

L’Indépendant

Monze (11). Assassinat de deux personnes : Les victimes ont reçu des dizaines de coups de couteau et de machette

Un couple trouvé mort, dimanche, dans la chambre de sa maison du village de Monze dans l’Aude a subi de très nombreux coups portés à l’arme blanche.

Les autopsies se déroulaient encore lundi après-midi. Dès les premières constatations, les gendarmes ont relevé « une scène de crime très violente » le vice-procureur à Carcassonne a évoqué devant la presse des faits d’une « violence inouïe. »

(…) france 3 Languedoc Roussillon

Carcassonne : un jeune homme de 19 ans blessé par balle (màj) Marouane a tiré sur Samir

Addendum 20.07.2013

Agé de 24 ans, Marouane Harichi, auteur présumé des tirs qui avaient touché à l’abdomen Samir Idrissi, âgé de 19 ans, a été récupéré par les forces de police à l’hôpital perpignanais où il avait été hospitalisé après avoir été lynché par les témoins de la scène. [...]

Midi Libre
(Merci à Antibarbare)

—————

Un habitant du quartier du Viguier, âgé de 19 ans, a été blessé par balle. L’auteur du coup de feu, âgé de 24 ans, a été violemment pris à partie par les témoins de la scène, et n’a été sauvé que par l’arrivée des forces de police.

C’est au pied du centre commercial du quartier Le Viguier que s’est déroulée ce lundi après-midi une violente altercation, avec coups de feu. Un homme de 19 ans, atteint à l’abdomen, a été blessé par balle : les forces de police sont arrivés peu de temps après sur les lieux. La personne victime du coup de feu a été rapidement évacuée par les secours.

L’auteur des coups de feu, âgé de 24 ans, n’a lui dû son salut qu’à l’intervention des policiers, alors qu’il était très violemment pris à partie par les témoins de la scène. Il a également été pris en charge par les secours, et transporté au centre hospitalier, lui aussi dans un état jugé sérieux.

(…) Midi Libre