Montebourg : « L’État pourrait vendre ses parts dans des entreprises semi-publiques »

Le gouvernement français envisage de céder certaines de ses participations dans des entreprises en partie contrôlées par l’État, afin de réduire la dette du pays sur fond d’aggravation de la crise dans la deuxième économie de la zone euro, ont déclaré des responsables gouvernementaux.

Le gouvernement, qui a déjà indiqué que l’objectif de déficit ne serait pas atteint cette année, étudie comment il pourrait vendre certaines participations sans renoncer à l’influence qu’il peut exercer sur les entreprises concernées, ont expliqué ces personnes.

« Dans le cadre de la restructuration budgétaire, la modernisation de notre politique publique, nous réfléchissons à l’évolution de nos participations, bien sûr« , a déclaré le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, dans un entretien accordé à Dow Jones Newswires et au Wall Street Journal.

« Nous n’excluons pas ce type de décisions mais nous ne souhaitons pas perdre nos moyens d’action sur les entreprises« , a-t-il ajouté. L’État français détient des participations directes et indirectes dans de nombreuses entreprises, dont EDF, Areva, France Télécom, Air France-KLM et Renault.

The Wall Street Journal via Suite et commentaires sur Fortune

Affaire Cahuzac : Moscovici et Hollande mis en cause (MàJ)

Marine Le Pen : « Je suis en fuite dans les Ardennes, car ma boulangère a eu il y a 25 ans le même dentiste que Cahuzac »
Le Point

Cahuzac, « espèce de pourri qui s’accordait avec l’extrême droite »
J.-L. Mélenchon

- L’avocat Philippe Péninque va porter plainte contre Le Monde

« Le deuxième article du Monde est truffé d’erreurs monstrueuses. Je vais les attaquer en justice et me faire de l’argent. Oui, j’ai ouvert en 1992 un compte pour Jérôme Cahuzac. Qu’il ne le déclare pas, ce n’est pas mon problème. »
L’avocat Philippe Péninque, L’Express

Quand J. Cahuzac réclamait la dissolution de l’assemblée nationale lors de l’affaire Woerth… Le Point (2010)

- Les journaux étrangers sont unanimes : la confession de l’ex-ministre du budget est une bombe pour la crédibilité du gouvernement socialiste. Courrier International

« l’affaire Cahuzac est l’arbre qui cache la forêt. (…) D’autres politiciens français ont des avoirs placés en Suisse »
Myret Zaki, rédactrice en chef au magazine économique Bilan, Le Monde

« François Hollande savait dès le 15 décembre. »
Michel Gonelle (UMP), i>Télé via Le Point

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo

Lire la suite

Jacques Sapir : « Vers une crise de régime ? »

Les sondages indiquent un effondrement de la popularité du Président, mais aussi du Premier Ministre et des ministres du gouvernement. Moins d’un an après l’élection présidentielle, et les élections législatives, c’est un phénomène très rare de désaffection massive, qui conduit certains commentateurs à parler d’« enfer ».

[...] La conjonction de la colère politique et de la colère sociale est redoutable. Le potentiel d’une explosion massive ne fait donc que se renforcer, mais cette explosion suivra des voies différentes de celles qui ont été tracées par les syndicats. Seuls ceux qui sauront s’y adapter y survivront. Cette explosion sera, selon toute vraisemblance, violente.

Suite et commentaires sur Fortune

Un Pakistanais escroque les URSSAF de 18 millions d’euros

C’est, sans doute, l’une des escroqueries les plus simples, voire rudimentaires, jamais mises au jour par la police. Une arnaque de « bout de ficelle », mais une tromperie à la redoutable efficacité. En ajoutant simplement deux lettres sur des milliers de chèques libellés à l’ordre de l’Urssaf, en charge de la collecte des charges sociales et fiscales d’entreprises, les chefs de ce réseau sont parvenus grâce à la modification d’Urssaf en Durssafa à détourner près de 18 M€ en l’espace de deux ans.
« Et cette somme n’est pas exhaustive, estime un haut fonctionnaire. Ils ont multiplié les arnaques de ce type un peu partout en France. »

Trois hommes, soupçonnés d’appartenir à ce réseau d’escrocs chevronnés, ont été mis en examen, le 29 mars, par un magistrat à Lille (Nord), avant d’être écroués. Deux premières vagues d’arrestations, impliquant 13 autres suspects, avaient été lancées en novembre 2012 et février dernier. Sept d’entre eux avaient ensuite été placés en détention provisoire.

Après plusieurs mois d’investigations, les enquêteurs de la division économique et financière du service régional de police judiciaire (SRPJ) de Rouen (Seine-Maritime) ont remonté la piste de cette organisation structurée autour d’un ressortissant pakistanais, passé maître dans l’art de la falsification et du montage de sociétés écrans. L’homme avait déjà été arrêté à l’orée des années 2000 pour escroquerie.

« Cette arnaque repose sur une manipulation d’une rare simplicité, poursuit la même source. Sur chaque chèque rédigé à l’ordre de l’Urssaf, les aigrefins ajoutaient un D devant le nom de cet organisme, et un A derrière, pour obtenir le libellé Durssafa. Ils avaient préalablement créé une société éponyme. Il ne leur restait plus qu’à encaisser les chèques falsifiés sur les comptes de cette entreprise qui n’a jamais eu ni salarié, ni activité réelle. »

Pour récupérer suffisamment de chèques, le principal commanditaire, âgé de 50 ans et domicilié à Viry-Châtillon (Essonne), avait recruté un complice, spécialisé dans le vol de lettres dans les sacoches des facteurs.

Le Parisien

Immobilier: Des familles françaises victimes de spoliations au Maroc

Des dizaines de familles en France, mais aussi en Italie et en Espagne, propriétaires de biens immobiliers au Maroc, se disent victimes de spoliations…

Il avait passé les fêtes de fin d’année avec sa famille, en France. Quelques jours plus tard, le 4 janvier 2009, le corps de Christian Thuillier, 58 ans, est retrouvé dans son riad marocain. «Mon frère a été assassiné à coups de marteau, puis égorgé et éventré», lâche Daniel. L’assassin présumé, un professeur de sport, père de deux enfants, est rapidement arrêté. Il sera jugé le 29 avril prochain, mais Daniel doute de plus en plus de la culpabilité de cet homme.
Car depuis quatre ans, le dossier s’est copieusement complexifié.

«Mon frère aurait fait donation de son riad à une Marocaine, retraitée de l’Education nationale», explique Daniel. Problème: l’acte porte le sceau d’un notaire parisien… Qui a déposé plainte pour vol de ses cachets.
«Une société aurait racheté notre maison… Mais à qui?»

«La justice marocaine a d’abord jugé que l’acte était un faux, avant de dire le contraire en appel», s’agace Daniel. «Je multiplie les démarches, mais j’ai 72 ans, je n’en peux plus. Je veux savoir qui a tué mon frère et que cette histoire de donation soit éclaircie. Je veux la justice!»

Il n’est pas le seul. Des dizaines de familles en France, mais aussi en Italie et en Espagne, propriétaires de biens immobiliers au Maroc, se disent elles aussi victimes de spoliations. Comme El Mostafa Sakhir, 43 ans. Ce Marocain est arrivé en France à l’âge de 16 ans, avec sa famille. «Mes parents ont conservé leur maison à Casablanca et nous y allions tous les étés», raconte-t-il.

Mais en mars 2008, un tribunal marocain leur demande de quitter cette résidence. «Une société aurait racheté notre maison… Mais à qui? Nous n’avons jamais vu personne et nous n’avons jamais reçu le moindre centime». Après de multiples péripéties, sa famille parvient à mettre la main sur l’acte de vente. Il a été réalisé par procuration, à Lille. «Mais la mairie ne le reconnaît pas… C’est évidemment un faux», souffle El Mostafa.

La situation ne change pourtant pas au Maroc. «Cette affaire est vraiment très pesante, surtout pour ma mère. Elle fait de l’hypertension, elle est de plus en plus mal… Nous avons longtemps hésité avant de lui dire que sa maison avait été détruite.» Elle a été rasée à l’été 2011. Un immeuble de cinq étages se dresse désormais sur le terrain.
Des menaces de mort reçues par un défenseur des victimes

«Nous avons répertorié des centaines de cas. Ces escroqueries représentent des milliards d’euros», lance Moussa Elkhal. Ce juriste franco-marocain travaille depuis 2010 pour le cabinet de Me Viviane Sonier, à Privas (Ardèche), qui défend une trentaine de dossiers de Français escroqués.

«La police marocaine a arrêté cinq personnes, mais des titres fonciers ne se trafiquent pas comme ça… Ces spoliations sont une machinerie très organisée, avec des personnalités haut placées… C’est une vraie mafia.» Moussa Elkhal est déjà allé une vingtaine de fois au Maroc pour tenter de faire bouger les choses. Sans succès apparent. Récemment, il a reçu des menaces de mort.

Pour se faire entendre, les victimes ont décidé de se réunir au sein d’une association, baptisée Droit et justice pour le Maroc. Créée il y a un mois et demi, elle réunit déjà une quarantaine de familles. «Et nous recevons de nouveaux dossiers tous les jours», assure Stéphane Vabre, dont la belle-famille a été spoliée de plusieurs biens.

20 Minutes

Armées : Vers une apocalypse budgétaire

Les armées se préparent en secret à une apocalypse budgétaire. Avant même la publication du Livre blanc sur la défense qui doit intervenir dans quelques semaines, il n’existe qu’un sujet de préoccupation au ministère de la Défense : les options budgétaires de la future loi de programmation militaire.

Pour simplifier, on peut dire que le Livre blanc définit une perspective stratégique globale, quand la loi de programmation militaire qui sera discutée ensuite, durant l’été, en tire les conclusions budgétaires. Or après des mois de tergiversations, François Hollande, chef des armées, annoncera ses choix financiers le 19 mars prochain lors d’un conseil de défense, avant de les préciser le 26 mars.

Le scénario noir prévoit la vente du Charles de Gaulle, la suppression de 30 régiments, l’arrêt des chaînes du Rafale et l’abandon de l’A400M. Une débâcle !

Suite et commentaires sur Fortune

Philippe Villin : “Sortir de l’euro, non ! Le faire exploser, oui !”

Pour retrouver une compétitivité face à une Allemagne toute-puissante et s’engager sur la voie de la croissance, les pays de l’Europe du Sud, y compris la France, doivent initier de profondes réformes structurelles et surtout sortir du carcan de l’euro en le faisant exploser.

Je suis ravi que les Italiens aient désavoué Mario Monti: sa politique et son incapacité à rendre l’Italie compétitive rapidement ne pouvaient conduire qu’à sa ruine [...] il a plongé son pays dans la récession- déflation entraînant une explosion du chômage. En Diafoirus de la médecine allemande, il avait prodigué à son pays le même traitement diabolique que celui appliqué à la Grèce, au Portugal, à l’Espagne et maintenant à la France, c’est-à-dire une augmentation massive des impôts et une tentative de baisser les salaires. Il aurait dû faire des réformes structurelles, n’augmenter les impôts qu’à la marge et surtout dévaluer.

Mais il eût fallu bien sûr pour cela que l’euro explose. En effet, l’euro est devenu intolérable pour les Italiens comme pour les Français tandis qu’il fait “crever la gueule ouverte” la Grèce et le Portugal et mourir à petit feu l’Espagne.

Suite et commentaires sur Fortune