Temps de parole FN/BFMTV : algarade entre Jean-Luc Mélenchon et Jean-Jacques Bourdin (RMC) (Màj vidéo : le CSA donne tort à Mélenchon)

Addendum du 23/04/2014 : Le CSA donne tort à Jean-Luc Mélenchon

Selon le CSA, lors de la campagne du 1er tour des municipales, BFM a accordé 10% de temps de parole au FN, loin des 33% du PS et 28% de l’UMP.


Jean-Luc Mélenchon s’en prend vivement à Jean-Jacques Bourdin et BFMTV, épinglés par le CSA. Le journaliste se défend.

Hebergeur d'image

« La parole qu’on a donnée au Front National, c’était une parole critique ! Les reportages qu’on a faits, c’était pour justement critiquer (le FN) ! C’était des enquêtes sur le Front National et son incapacité à trouver des candidats ! » – Jean-Jacques Bourdin



François Hollande sifflé et chahuté à Carmaux, la ville de Jean Jaurès (Vidéo)

François Hollande a été chahuté à son arrivée à Carmaux (Tarn), mercredi 23 avril, où il devait rendre hommage à Jean Jaurès. De nombreux riverains ont sifflé le président de la République venu célébrer le centenaire de la mort du socialiste.

« Vous ne tenez pas vos promesses. »
« Jaurès, il ne parlait pas comme vous. »


Un «comité de vigilance» anti-FN à Mantes-la-Ville : «Cette ville n’aurait jamais dû tomber dans les mains du FN»

Un «comité de vigilance et d’action contre le Front national» à Mantes-la-Ville (Yvelines), seule commune francilienne conquise par le FN lors des municipales, doit être lancé mercredi soir, ont indiqué ses animateurs dans un communiqué.

«Après le choc de l’élection municipale à Mantes-la-Ville, (…) de nombreux citoyens et plus de 40 organisations (associations culturelles, citoyennes et politiques) ont décidé de se rassembler au sein d’un comité de vigilance et d’action mantevillois», indiquait la semaine dernière le communiqué de ce comité qui sera officiellement créé mercredi soir lors d’une assemblée générale à Magnanville (Yvelines).

«Cette ville n’aurait jamais dû tomber dans les mains du FN», affirme Saïd Benmouffok, élu d’opposition PS, regrettant «les divisions à gauche et chez les républicains».

Said Benmouffok est un franco-algérien né à Alger. (mantes-actu)

Manifestation lors du premier conseil municipal le vendredi 4 avril

«Si la victoire de l’extrême droite est une catastrophe (…) elle doit être l’occasion pour les républicains d’une réaction constructive, afin d’en atténuer les effets sur les habitants», précisait-il.

Ce comité auquel participeront également des élus d’opposition de gauche entend former un «rassemblement le plus large possible, dépassant les étiquettes partisanes» et avec l’objectif de « mettre le FN sous surveillance », a expliqué à l’AFP Said Benmouffok, membre de l’organisme et élu d’opposition PS.

«Nous veillerons à ce que l’égalité de traitement entre tous les Mantevillois soit respectée», a ajouté Bénédicte Bauret, élue d’opposition Front de gauche et présidente de la section locale de la Ligue des droits de l’homme, association qui adhère à ce comité.

Eric Visintainer, élu d’opposition DVD, a décliné l’invitation à rallier ce comité anti-FN la semaine dernière: sur son blog, Mantes en mouvement, il a raillé «les gesticulations de la gauche mantevilloise» et l’a exhortée à faire son «autocritique».

Le Figaro

Des banlieues au djihad : Itinéraire d’une certaine jeunesse française, «Français, nés en France»

Qu’est-ce qui pousse de jeunes français à partir combattre en Syrie ? Pour le sociologue Tarik Yildiz, le succès du djihad islamique en France témoigne d’une crise profonde de l’intégration. Il est sociologue, président du think tank l’IRPAM et notamment auteur de Le racisme anti-blanc. Il propose de «renforcer l’idée d’une appartenance commune à travers, par exemple, l’instauration d’un service civique»…

En guerre depuis plus de trois ans, la Syrie attire des jeunes du monde entier rêvant de mourir au combat et ainsi trouver la paix éternelle promise aux martyrs. Si certains jeunes Français ont franchi le pas -ils sont a priori moins de 1000-, les candidats au départ sont de toute évidence bien plus nombreux. […]

Ils abandonnent la petite délinquance pour se consacrer à cette «nouvelle» religion apprise en prison, au sein du quartier, ou même sur certains sites internet spécialisés, appelant à la guerre sainte contre le «mal»: l’Occident décadent, les chrétiens, les juifs, les courants minoritaires au sein de l’islam comme le chiisme…

Français, nés en France, ces jeunes sont généralement des hommes issus des quartiers populaires en périphérie des grandes agglomérations. Enfants des banlieues, ils ont parfois connu la petite délinquance: vols, agressions, petits trafics… Certains d’entre eux ont séjourné en prison après la réitération de nombreux délits. D’autres n’ont jamais été inquiétés par la justice, mais tous ont généralement un point commun: leur pratique religieuse a fortement évolué en l’espace de quelques mois.

Superficiellement religieux pendant leur adolescence et leur éventuel parcours délinquant, ces jeunes se sont radicalisés et ont adopté une autre vision de l’islam sunnite, dite «littéraliste». […]

Lorsqu’ils concrétisent leur rêve de djihad, le processus de radicalisation est finalisé: s’ils ne sont pas tués sur le champ de bataille, le retour dans leur pays d’origine, la France, semble inéluctable. Dans leurs bagages, ils ramènent avec eux une formation, un prestige certain et la conviction renforcée d’un nécessaire affrontement entre leur idéologie et les autres.

La dimension radicale séduit des jeunes en manque de repères et d’autorité, désireux, consciemment ou inconsciemment, de tester les limites de la société. Il convient donc de réfléchir collectivement à la manière d’imposer des repères à cette jeunesse. […].

Le Figaro

Debout La République s’indigne d’un propos « sexiste » de Marine Le Pen (Màj vidéo : réaction de Marine Le Pen)

Addendum : Marine Le Pen répond à Nigel Farage (RFI le 22/04/14)

(Merci à Celina)


Note : Le tweet d’indignation de la concernée (Laure Ferrari) a été effacé.

——–

Laure Ferrari
En gris : Laure Ferrari.

Prise de bec chez les souverainistes français. Le soutien à Debout la République (DLR) de Nigel Farage, le leader de l’United Kingdom Independence Party (Ukip), un parti britannique anti-européen crédité d’un bon score aux européennes, n’a pas plu à Marine Le Pen. Pas plus que ses déclarations selon lesquelles « l’antisémitisme est inscrit dans l’ADN » du FN.

Des déclarations que la présidente du FN a qualifiées mardi d’ « ignominieuses ». « J’ai essayé désespérément de trouver la raison qui le pousse à ces déclarations somme toute assez nouvelles, car par le passé il avait plutôt eu à notre égard un comportement courtois. Est-ce que peut-être nos assistantes sont moins jolies que celles de Nicolas Dupont-Aignan ? Ça pourrait être une raison », a-t-elle suggéré. Une allusion claire à la tête de liste DLR dans la circonscription Est, Laure Ferrari, qui a été l’assistante parlementaire de Nigel Farage au Parlement européen. [...]

L’Express

« A Marseille, j’entends du ‘nique la France’ toute la journée ! » (RMC)

Dans les GG de RMC, une auditrice marseillaise ne s’étonne pas de voir des voyous issus de l’immigration partir en Syrie. L’intervenante sociale Elina Dumont défend ces « jeunes » de banlieue. Marie-Anne Soubré et Johnny Blanc n’en reviennent pas.

Hebergeur d'image

« Savez-vous que la plupart de ces gens ne partent jamais en vacances, ils n’ont pas d’activités physiques, ils sont plus dans le système scolaire, quand ils cherchent un travail ils ne sont pas considérés [...] Les guetteurs que je connais, c’est tout simplement parce qu’ils sont exclus du système scolaire à 14 ans ! » – Elina Dumont

Progrès social, religion et identité européenne : Jaurès serait-il socialiste aujourd’hui ?

Alors que François Hollande se rend mercredi 23 avril à Albi et Carmaux pour rendre hommage à Jean Jaurès, le philosophe Claude Obadia combat les idées préconçues à l’égard du député du Tarn, notamment sur le progrès social, la religion et l’identité européenne.

Le 31 juillet 1914, Jean Jaurès était assassiné. On ne s’étonnera donc guère que le Président de la République ait décidé, à l’occasion du centenaire de la mort du député de Carmaux, de rendre hommage à la figure tutélaire du socialisme français. […]

Si le député du Tarn ne croit pas aux vertus de la révolution et de la violence, c’est qu’il est convaincu qu’il n’y a de société que dans l’unité de ses composantes. Et c’est exactement la raison pour laquelle, contre Auguste Comte pour qui la religion n’est que l’enfance de la raison, Jaurès affirme qu’il n’y a «pas de société sans religion»,c’est-à-dire sans la reconnaissance d’un infini, dit-il, dont toutes les âmes procèdent et qui puisse conférer à la société la solidité lui permettant d’être solidaire. De fait, s’il faut une nouvelle fois rendre à Jaurès ce qui est à Jaurès, alors il convient, non pas seulement de dénoncer le cléricalisme, mais de rendre à la religion ce qui est à la religion et à l’Europe ce qui est à l’Europe.

Cela veut dire trois choses. Premièrement, qu’on ne peut réduire la religion chrétienne à l’histoire de l’Église catholique romaine. Deuxièmement, et comme Jaurès l’écrit dans l’ouvrage déjà cité, que «la vocation du socialisme est d’accomplir l’histoire de l’Europe chrétienne», donc que l’histoire de l’Europe est bien liée à l’influence dominante de la spiritualité religieuse. Troisièmement, aujourd’hui contre Ulrich Beck (4)et les partisans du cosmopolitisme, que l’Europe a une identité propre, et qu’elle est davantage une culture et une histoire qu’un territoire.

François Hollande va rendre hommage à Jean Jaurès? Puisse-t-il d’abord lui rendre ce qui lui appartient. Contre les marxistes, une certaine idée du progrès social et de la société. Contre les positivistes, une certaine idée de la religion et du christianisme. Contre ceux pour qui le “vieux continent” ne doit pas avoir d’identité, une certaine idée de l’Europe en marche.

S’il y parvient, le Président aura été au rendez-vous de l’Histoire. Il aura honoré la pensée du député du Tarn. Mais il aura aussi montré qu’on peut se demander si, aujourd’hui, Jean Jaurès serait socialiste…

Le Figaro

François Hollande oublie Pâques mais pas l’Aïd. Deux poids, deux mesures ?

Se retranchant derrière la laïcité, François Hollande n’a pas souhaité une bonne fête de Pâques aux catholiques français. On se souvient pourtant qu’il avait adressé ses vœux aux musulmans de France pour la fête de l’Aïd. Deux poids, deux mesures ? Gérard Leclerc journaliste, philosophe, essayiste et est éditorialiste à France catholique et à Radio Notre-Dame est interrogé par Le Figaro.

Le premier à avoir manifesté son hostilité à la mention des «racines chrétiennes de l’Europe», c’est Jacques Chirac, dans la lignée du radical-socialisme plutôt que dans celle du gaullisme.

Que vous inspire ce deux poids, deux mesures ?

Le salut aux musulmans de François Hollande est de nature opportuniste et politique. C’est une clientèle électorale essentielle au Parti socialiste, qui est en train de lui échapper à cause des réformes sociétales, et qu’il s’agit de bien soigner. […]

Cela témoigne-t-il d’une hostilité particulière que vouerait le président aux catholiques suite à l’affaire du mariage pour tous, ou plus généralement une indifférence de la classe politique française à l’égard des catholiques ?

Je pense qu’il s’agit d’un problème propre à François Hollande, mais qui rejoint également une tradition et une culture française. Comme l’a souligné Samuel Pruvot dans son livre François, Hollande, Dieu et la République (Salvator, 2013), François Hollande s’est éloigné du catholicisme, pourtant prégnant dans sa famille, et retranché dans un agnosticisme fermé à l’égard de toute inquiétude religieuse.

Il rejoint ainsi une tradition française positiviste née avec les Lumières qui ont eu en France une tonalité bien particulière par rapport à d’autres pays européens, celle d’une philosophie antichrétienne et anticatholique qui a débouché sur la déchristianisation entreprise par la Révolution française. De là provient l’ambiguïté fondamentale de la notion de laïcité dont on ne sait pas si elle traduit une neutralité du pouvoir ou la promotion délibérée d’un athéisme d’État. […]

Sans nier les évolutions de l’histoire et la pluralité de nos appartenances, on ne peut ignorer une histoire chrétienne qui a profondément marqué les mentalités, la culture et jusqu’aux paysages de notre pays. Il y a quelque chose de malsain dans cette amnésie de l’Europe à l’égard de son passé religieux.

Nous sommes à la veille des élections européennes. L’Union européenne devrait-elle, selon vous, faire référence à ces «racines chrétiennes de l’Europe» ?

Je pense que c’est une évidence. Malheureusement, ce n’est pas la direction que prend l’Europe, noyée dans des préoccupations économiques et technocratiques. […]

Le Figaro

A Saint-Ouen (93), 165 réfugiés syriens en quête d’asile et d’hébergement (Ajout Vidéo)

165 réfugiés syriens, regroupés depuis plusieurs semaines dans un square de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) s’apprêtent à déposer une demande d’asile et attendent un « hébergement durable ».

Le préfet à l’égalité des chances admet qu’il ne peut pas les loger illico. Leurs «parcours difficiles» butent sur les propres problèmes du département avec ses centres d’hébergement bondés et ses «8000 personnes logées à l’hôtel chaque nuit». «Il est probable qu’on trouve des solutions un peu loin, dans un peu de temps», soupire Didier Leschi.

Kassem, 45 ans, est parti il y a un an, lui aussi. Vendeur sur les marchés en France depuis une dizaine d’années, il est allé chercher sa femme et ses cinq enfants, reclus dans leur maison de Banias, au bord de la Méditerranée, sans eau ni électricité. Lui a une carte de séjour, pas eux, encore coincés à Melilla. Kassem assure que «la mosquée a aidé» le groupe de réfugiés syriens, finançant quelques chambres d’hôtel et de la nourriture. Les riverains aussi sont solidaires.

Cette nuit, les Syriens, réfugiés dans un square de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), ne savent pasencore où ils dormiront. Mardi soir, la mairie a débloqué in extremis une enveloppe de 1200 euros pour les loger à l’hôtel, sous la pression des associations qui ne pouvaient plus financer l’hébergement. Ce soir, ils verront bien. L’hôtel de nouveau, peut-être un local que la mairie mettrait à disposition, les banquettes de voitures pour certains. Des solutions bricolées au jour le jour.

Trois jours après l’alerte lancée par Europe-Ecologie les Verts et les associations France Terre d’Asile et Revivre, les réfugiés syriens – 165 selon les associations, dont 82 enfants – ont reçu la visite, mardi, du directeur général de l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) et du préfet de l’égalité des chances. Celui-ci leur a demandé d’établir une liste des familles en exil et de monter, avec l’aide des ONG, les dossiers de demandes d’asile. Pascal Brice, de l’Ofpra, s’engage à ce que leurs cas soient traités en urgence: «En moyenne, le délai est de six mois, déjà raccourci à trois pour les Syriens. Leurs demandes, quand nous les aurons reçues, seront examinées sous quinze jours.» […]

Leur périple, épuisant, chaotique, se ressemble pour beaucoup d’entre eux: passé la frontière libanaise, un vol de Beyrouth pour l’Egypte puis l’Algérie. Ensuite le Maroc, l’enclave de Melilla, l’Espagne à remonter, et la France. «En voiture, en bus, en car», «un bakchich» à toutes les étapes, sourit Mohammed, 45 ans. Cet ancien garagiste «a sorti tous [ses] sous de la banque». Il doit encore faire venir sa femme et ses trois enfants qui patientent à Alger. […]

Libération

Création du Parti Sioniste Pan-Européen « des soluSions pour l’Europe ! »

Au regard de l’atmosphère partiale et délétère régnant en France et en Europe, incarnée par :

• un antisémitisme et un anti-sionisme démesurés,
• une crise économique indomptable,
• une crise financière plus que tenace,
• et un taux de chômage historique qui sabote la croissance des Etats Européens,

Plusieurs acteurs de la société civile ont décidé de s’unir pour créer le Parti Sioniste Pan-Européen, dans le but d’offrir aux citoyens Européens une recette politique, économique et sociale qui fonctionne de l’autre côté de la Méditerranée, dans l’Etat Juif et Sioniste d’Israël crée il y 65 ans….

Jonathan-Simon SELLEM, 31 ans, fondateur du principal site Internet israélien en français JSSNews.com, journaliste, entrepreneur, il était candidat aux élections législatives partielles en 2013, dans la 8ème circonscription des français de l’étranger, et avait jusqu’en milieu de campagne, la comédienne Véronique Genest comme suppléante. Il est l’actuel candidat UMP – UDI – Parti Libéral Démocrate et Union des Français de l’Etranger pour les élections Consulaires du 25 mai prochain (2ème circonscription d’Israël).

Sur le plan journalistique, il est considéré comme celui qui a fait éclater toute l’affaire Dieudonné et ses informations sur ce leader politique raciste ont été reprises par toute la presse française.

Le Secrétaire général et Vice-président du parti est

• Marah Pinhas SADAY, 32 ans, Congolais de naissance converti au Judaïsme orthodoxe, Doctorant en Sciences Humaines à l’université de Tel Aviv, Fondateur du Mouvement Sioniste Africain, Ecrivain, auteur de « Tu seras juif mon fils » Ed. Biblieurope, et entrepreneur. Il est candidat aux Elections Européennes (Région Paris IDF pour laquelle votent aussi les français vivant en Israël)

Notre parti prend pour modèle l’Etat Sioniste d’Israël et ses réussites innombrables et souhaite offrir à l’Europe des solutions viables ! Ainsi, nos axes prioritaires sont à l’image de ce que l’on trouve au sein de l’Etat Juif:

- L’éducation

L’Etat Sioniste a le plus grand nombre de diplômés universitaires par habitant,

- L’économie

Avec moins de 6% de chômeurs, l’Etat Sioniste connait le plein emploi

- L’intégration

Par rapport à sa population, l’Etat Sioniste est celui qui présente la plus grande diversité ethnique et culturelle

- L’écologie

L’Etat Sioniste est le seul Etat au monde qui, au 31 décembre, a plus d’arbres qu’au 1er Janvier précédant,

L’Etat Sioniste est celui qui recycle le plus ses eaux usées (70%), l’Espagne suit seulement avec 12%

- L’aide humanitaire

Nous voulons que l’Union Européenne adopte la politique Israélienne en matière d’aide internationale. “Apprendre à pêcher” plutôt que de “donner du poisson.” Par exemple, quand Israël finance la construction d’un hôpital en Afrique, Jérusalem n’envoie pas d’argent, mais du matériel, des architectes, mais aussi des médecins et des infirmiers.

Nous comprenons donc aisément pourquoi le plus grand pays au monde « démographiquement parlant » s’inspire de l’économie sioniste pour une application locale.

JSSNews