Paris : Les voleurs du petit matin (Vidéo)

Ils sont la cible privilégiée des pickpockets : des voyageurs fatigués ou ivres après une nuit de fête qui prennent le métro à l’aube. Profitant de leur somnolence, des voleurs leur font discrètement les poches.

Cette délinquance prend une telle ampleur que des brigades spécialisées ont été mises en place pour la combattre dans les dédales du métro et du RER parisien. Vidéosurveillance, courses poursuites et flagrants délits.

Kalachnikov, fusils à pompe : Le trafic d’armes en France (Vidéo)

Braquages au fusil à pompe à Paris, règlements de compte à l’arme de guerre à Marseille, manifestement l’armurerie des malfaiteurs connaît une évolution radicale. Et la célèbre Kalachnikov semble de plus en plus prisée chez les truands, ce qui inquiète les policiers.

Rencontre avec des dealers, adeptes de ce type d’armes, mais aussi avec des trafiquants afin de comprendre comment ces armes passent les frontières et à quel prix il est possible de s’en procurer. Internet permettrait également de se procurer des armes à feu en quelques clics.

Partie 1:

Partie 2:

Lampedusa : 850 clandestins secourus dans le Canal de Sicile ce samedi

Près de 850 clandestins ont été secourus ce samedi dans le Canal de Sicile par deux navires de la Marine dans le cadre de l’opération « Mare Nostrum ».


Le navire «Hesperus» est intervenu au sud de Lampedusa pour sauver 400 personnes. Dans la même zone, l’intervention du navire «Cassiopeia» a permis de sauver 450 personnes. Cela a été annoncé par la Marine elle-même.

Agi.it

La Ciotat : Un cambrioleur entre la vie et la mort. Des débordements redoutés de la part de sa famille

Un homme de 28 ans se trouve entre la vie et la mort à l’hôpital de la Timone à Marseille après avoir reçu une décharge de chevrotine lors d’un braquage « qui a mal tourné » à La Ciotat, la nuit dernière. Aux environs de minuit, le blessé et un complice s’étaient introduits dans la villa d’une famille, armés et encagoulés. Le père les avaient découverts alors qu’ils allaient pénétrer à l’intérieur de son logement.

Dans des circonstances que l’enquête va devoir préciser, des coups de feu ont d’abord été tirés par les malfaiteurs avant que le propriétaire des lieux ne s’empare d’un fusil de chasse et n’ouvre le feu sur l’un des intrus. Son complice s’est alors enfui. Les forces de l’ordre redoutent des débordements à l’hôpital de la Timone où la famille et les proches du braqueur se sont rassemblés.

Le Provence (Merci à DANY)

Maroc : Les autorités arrêtent et emprisonnent les jihadistes de retour de Syrie

Cela fait plusieurs mois que le Maroc surveille comme du lait sur le feu les jihadistes qui reviennent de Syrie. Une fois de retour des champs de bataille, ils sont aussitôt interpellés pour des raisons de sécurité. Certains ont déjà écopé des peines d’emprisonnement allant de 2 à 6 ans et Rabat songerait à un projet de loi pour criminaliser ces voyages de manière systématique.

Les estimations du gouvernement, des médias marocains et syriens, indiquent que plus d’un millier de Marocains se sont rendus en Syrie pour prendre part aux combats opposant les partisans de Bachar Al Assad aux rebelles et qu’une centaine aurait été tuée.

Décidément les opérations de démantèlement des cellules de recrutement de combattants jihadistes ne suffisent plus pour contrer la menace terroriste. Le Maroc est passé à la vitesse supérieure. Depuis plusieurs semaines, une véritable campagne est lancée contre les jihadistes qui reviennent des zones de conflit en Syrie. Selon des sources espagnoles, plus de 120 Marocains ont été arrêtés ces derniers mois à leur retour du pays de Bachar Al Assad. Certains ont été déjà condamnés et croupissent en prison. «Tous ces prisonniers ont été arrêtés ces derniers mois à l’arrivée à l’aéroport Mohammed V de Casablanca», explique à Efe, Abderrahim Ghazali, porte-parole de la Commission pour la défense des prisonniers islamistes.

L’Intérieur est plus que décidé à faire disparaître les cellules de recrutements. Des combattants ont déjà écopé de peines de prison allant de 2 à 6 ans après avoir été accusés d’avoir des « intentions destructrices » pour le pays, ajoute le journal. […]

Alors que Casablanca, certaines villes du nord du pays, ainsi que les enclaves de Ceuta et Melilla, abritent des cellules jihadites, le Maroc surveille de très près les mouvements. Quelques cellules ont été déjà démantelées ces dernirs mois. Rabat pourrait également voter un projet de loi pour criminaliser le voyage à l’étranger en vue de participer à des conflits armés. Mais malgré toutes ces mesures, certains observateurs critiquent «le laxisme» des autorités marocaines lorsque les jihadistes quittent le territoire pour se rendre en Syrie, et leur détermination à les arrêter à leur retour.

yabiladi

Pourquoi l’État aime tant les délinquants ? (rediff)

 « Si un pays rétribuait 10% des gens pour détruire des biens, faire des trous dans les routes, endommager des véhicules, etc., et 10% pour réparer, boucher les trous etc., il aurait le même PIB qu’un pays où ces 20% d’emplois seraient consacrés à améliorer l’espérance de vie, les niveaux d’éducation, la participation aux activités culturelles et de loisir. »
Un tel exemple permet de comprendre l’intérêt économique majeur qu’il y a, d’un point de vue libéral, à maintenir un taux de délinquance élevé.
Non seulement la pratique délinquante est généralement très productive (incendier quelques milliers de voitures chaque année, par exemple, ne demande qu’un apport matériel et humain très réduit, et sans commune mesure avec les bénéfices dégagés pour l’industrie automobile). Mais de plus, elle n’exige pas d’investissement éducatif particulier.
De sorte que la participation du délinquant à la croissance du PIB est immédiatement rentable, même s’il commence très jeune.
Naturellement, dans la mesure où cette pratique est assez peu appréciée des classes populaires, sous le prétexte égoïste qu’elles en sont les premières victimes, il est indispensable d’en améliorer l’image, en mettant en place toute une industrie de l’excuse, voire de la légitimation politique.

C’est le travail habituellement confié aux rappeurs, aux cinéastes « citoyens » et aux idiots utiles de la sociologie d’État.

Jean-Claude Michéa, L’empire du moindre mal, essai sur la civilisation libérale, Climats, 2007

Sur le même thème, lire :

• Le billet de Father Mac : insécurité et contrôle des masses
«L’insécurité est un instrument efficace de contrôle so­cial»
Anarcho-tyrannie

Aldo Stérone. France: Le Role des Racailles

Roubaix: le centre social incendié, le quartier sous tension

Le centre social du quartier des Trois-Ponts a été incendié. Un incendie d’origine criminelle. Le quartier sous tension est actuellement quadrillé par les forces de l’ordre.

Dans ce quartier sensible™ où les poussées de fièvre sont régulières, d’importants effectifs de police ont été déployés dans la soirée pour sécuriser l’intervention des pompiers et prévenir tout débordement.

Mais vers minuit, à peine le feu était-il éteint que plusieurs groupes de jeunes cherchaient déjà à en découdre avec les effectifs policiers quadrillant la zone et les premières détonations de flash-ball retentissaient pour disperser les assaillants.

L’origine de cette flambée de violence n’était pas clairement identifiée hier soir. Une chose est sûre, un incident se serait produit un peu plus tôt dans la journée dans le quartier. Un quartier une nouvelle fois sous tension.

Voix du Nord - merci antibarbare

Complément :  en ce moment à Roubaix

• Relire :
« Quand vous regardez la courbe démographique, dans deux ou trois générations, toute la France ressemblera à Roubaix »
A Roubaix, les « jeunes » font exploser les chatons à coups de pétards

Evry (91) : Une jeune femme torturée et violée. « Toutes les Françaises sont des putes » (MàJ #3)

[mise à jour 18 avril]

Le Parisien en a fait quelques lignes. Et ça a été relayé un peu par Valeurs Actuelles. Une jeune fille de dix huit ans sort du RER. Sous la menace d’un couteau elle est entraînée dans un terrain vague. Et pendant deux heures elle est violée et re-violée. Torturée. Battue jusqu’au sang. Il faut bien que jeunesse se passe…

Les auteurs ont été arrêtés. Des mineurs dont un multirécidiviste déjà condamné pour viol. Ils vivent dans un foyer de la région. Ils sont âgés de 11 (11 ans !) à 17 ans. Un juge les a mis en examen pour viol avec « actes de barbarie ». Interrogé par lui ils ont invoqué une circonstance atténuante : « toutes les Françaises sont des putes. » Ce qui leur a valu une inculpation supplémentaire pour « racisme ».

Alors parlons-en. Pourquoi ? Non pas pour eux : ils sont déjà perdus. Mais pour leurs copains, leurs familles, leurs amis. Pour des milliers d’autres qui doivent savoir que ce genre de sauvagerie ne sera ni accepté ni impuni. Pour des millions d’autres qui, eux, ont besoin de savoir qu’ils seront protégés et que les criminels seront punis. C’est ce qui se passerait si les journaux faisaient leur travail au lieu de s’intéresser uniquement à un notaire escroc, un conseiller municipal corrompu, ou un banquier indélicat.

On vérifiera au moment du procès des jeunes barbares la publicité accordée au verdict. Quant à Marseille un voyou tue un autre voyou à la kalachnikov ça fait du bruit. Beaucoup de bruit. Les ministres défilent les uns après les autres dans la citée phocéenne. Et même le premier d’entre eux. Mais il semblerait qu’une jeune fille violée ne vaut pas un dealer abattu…

Atlantico

Addendum du 09/04/14 : Les voyous l’ont agressée parce qu’elle était française et que « les Français sont tous des fils de pute »

Les quatre voyous sont mineurs : deux de 13 ans, un de 15, le quatrième de 17. Trois frères turcs, un Marocain. Signes particuliers : l’aîné, 17 ans, a été rendu à la liberté six mois plus tôt après avoir purgé les deux tiers d’une peine de deux ans d’emprisonnement à la suite d’un viol commis sur le fils d’un sous-officier de gendarmerie. Libéré sans contrôle. Le voilà récidiviste. Deux autres ont déjà été interpellés pour vol avec violences. Quatre agresseurs, trois récidivistes — mineurs !

Lors de leurs interrogatoires, et sur ce que l’on a pu savoir de l’enquête, les mineurs n’auraient pas formulé le moindre remords. Au contraire, ils ont exprimé leur haine : oui, ils n’auraient pas touché la jeune fille si elle avait été turque ; oui, ils l’ont agressée parce qu’elle était française et que « les Français sont tous des fils de pute ».

Le juge qui les a fait incarcérer les a mis en examen pour viol en réunion et barbarie, mais aussi, plus rare, pour racisme.

Valeurs actuelles


Addendum 01.04.2014 :

Les enquêteurs de la PJ d’Evry ont arrêté ce lundi quatre suspects. Ils seraient âgés de seulement 17, 15, 13 et 11 ans.

Le Parisien


Dans la nuit de samedi à dimanche, une jeune femme a été agressé et « violemment agressée sexuellement » à Courcouronnes.

C’est un automobiliste qui découvre, quelques heures plus tard, la femme de 18 ans, toujours en vie, à moitié dénudée, le corps couvert d’ecchymoses. La victime a expliqué aux enquêteurs avoir été abordée par quatre individus devant la gare d’Evry-Courcouronnes. La menaçant avec un couteau, ils lui auraient volé son téléphone portable et ses bijoux, avant de l’entraîner dans le parc des Coquibus à Courcouronnes. A cet endroit, les agresseurs l’auraient frappé à coups de bâton et violé.

Vers 4h45 du matin, la victime est prise en charge par un automobiliste qui s’arrête la voyant errer à proximité du lac de Courcouronnes. Il la conduit directement à l’hôpital où les médecins diagnostiquent une fracture du nez et de la mâchoire ainsi que de multiples contusions sur le corps.

Les agresseurs sont toujours en fuite.

M6 (Merci à Joe le Rassis)

Montreuil : un couple agressé à l’arme blanche

Un couple a été agressé par trois hommes la nuit dernière à Montreuil (Seine-Saint-Denis), selon RTL. Alors que les agresseurs tentaient de s’emparer des téléphones portables du couple, la jeune femme âgée de 17 ans a été poignardée au ventre. Son compagnon a été aspergé de gaz lacrymogène. [...]

Le Figaro

Bavures, corruption, dérapages : Quand les flics enquêtent sur les flics (Vidéo)

Corruption, violences illégitimes, « bavures » et incompétences: les policiers eux-mêmes ne sont pas au-dessus de tout soupçon. Lorsqu’ils dérapent, c’est l’affaire des « bœufs-carottes », le surnom donné à l’Inspection Générale de la Police Nationale. Pour la première fois, l’IGPN a accepté que des journalistes suivent ses investigations. Habituellement ces super-flics enquêtent sur leurs collègues dans le plus grand secret, loin des caméras.

Du simple blâme à l’exclusion définitive, chaque année, 3.000 fonctionnaires de police sont sanctionnés. La police des polices a à son actif des affaires retentissantes comme la chute de Michel Neyret, l’ancien numéro 2 de la PJ de Lyon ou celle des policiers ripoux de la BAC Nord de Marseille.

Comment ces limiers chevronnés mènent-ils leurs recherches ? Comment parviennent-ils à faire craquer des collègues rompus aux techniques d’investigation et aux interrogatoires ? Pourquoi sont-ils détestés par leurs confrères ? Arrestation de policiers corrompus, gestion délicate des émeutes urbaines, et même contrôles surprises dans les commissariats : un document exceptionnel au cœur de la police des polices.

Partie 1:

Partie 2:

Belgique : deux à trois vols par jour dans les églises

De deux à trois vols sont commis quotidiennement dans des églises ou des chapelles situées en Belgique, a indiqué jeudi le sénateur Guido De Padt en citant des chiffres qui lui ont été fournis par la ministre l’Intérieur, Joëlle Milquet (cdH).

Hebergeur d'imageLes églises sont aussi touchées par des actes de vandalisme plus d’un fois par jour en moyenne, selon M. De Padt (Open Vld). Les chiffres les plus récents fournis par Mme Milquet (cdH) dans une réponse parlementaire écrite remontent à 2012. [...]

7sur7

Nice (06) : une transsexuelle tente de contaminer des policiers avec le virus du sida. Màj : 18 mois de prison

Addendum 17 avril : Une personne transsexuelle a été condamnée ce jeudi à 18 mois de prison ferme et écrouée pour avoir voulu transmettre le virus du sida à des agents de la police des frontières.

(…) Le Parisien

—————————————

Une transsexuelle, placée mercredi en cellule de dégrisement à l’aéroport de Nice, a tenté délibérément de contaminer des policiers avec le virus du sida. La personne de nationalité péruvienne et vivant à Nice s’était fait remarquer mercredi matin au cours d’une altercation en enregistrant ses bagages pour un vol à destination de Madrid, a précisé Delphine Allemand, directrice départementale adjointe de la la police de l’air et des frontières (PAF).

Sous l’emprise de l’alcool et extrêmement agitée après avoir été placée en cellule de dégrisement par la police de l’air et des frontières, «elle s’est tailladée au niveau des bras avec un verre en plastique découpé et a annoncé qu’elle avait le sida». «Des collègues ont été griffés avec la volonté délibérée de les contaminer», a précisé la commissaire.

(…) Le Parisien