Européennes : UMP et FN au coude à coude. Jeunes pour le FN, retraités pour l’UMP

D’après l’enquête Eurorolling Paris Match-Ifop-Fiducial-Sud Radio, le Front national n’a plus qu’un demi-point d’avance sur l’UMP. Autre enseignement : 60% des sondés affirment qu’ils prendront position en fonction d’enjeux nationaux.

L’Ifop précise également «que ces deux formations font l’objet d’un soutien plus important auprès de segments très différenciés et conformes à leur coeur de cible : le Front National obtient des scores particulièrement élevés chez les jeunes de moins de 35 ans et les catégories populaires tandis que l’UMP surperforme chez les personnes âgées de plus de 65 ans et parmi les retraités».

Le Front national restera-t-il encore longtemps en tête des intentions de vote? La question se pose, ce vendredi, alors que la dernière vague de notre enquête en continu Eurorolling Paris Match-Ifop-Fiducial-Sud Radio témoigne d’un léger recul du parti d’extrême droite, à 23% d’intentions de vote (-0,5% par rapport à jeudi, -1% en une semaine). L’UMP talonne le FN, avec 22,5% d’intentions de vote (stable).

Dans sa note d’étape, l’Ifop souligne que «l’avantage dont bénéficient les listes FN sur les listes de l’UMP ne dépasse pas 1 à 1,5 point voire 0,5 point pour la vague d’enquête du vendredi 18 avril. Ce faible écart, situé dans la marge d’erreur, traduit une forte incertitude s’agissant de l’ordre d’arrivée au soir du 25 mai entre le FN et l’UMP».

Paris Match

François Hollande : «Aucune raison d’être candidat si le chômage ne baisse pas d’ici à 2017»

Selon des propos rapportés par l’Agence France-Presse, François Hollande a déclaré vendredi, lors d’un déjeuner avec des salariés de Michelin, ne pas vouloir signer pour un deuxième mandat si le chômage ne baisse pas d’ici à 2017.

C’est la première fois que le président évoque ouvertement les élections de 2017 et la possibilité de se représenter. Lors de sa conférence de presse du 16 janvier dernier, François Hollande avait tout de même évoqué l’année de la prochaine présidentielle à cinq reprises, ce qui avait été interprété comme un signal, et une volonté de se représenter. La promesse d’inverser la courbe du chômage avant la fin 2013 avait été faite par François Hollande lors de ses vœux aux Français le 31 décembre 2012. Une promesse qui n’avait pas pu être tenue. […]

A noter que cette promesse n’est pas sans rappeler celle faite par Nicolas Sarkozy en janvier 2007, lors d’un entretien avec Arlette Chabot. La journaliste interroge: «Vous dites: objectif 5% pour le chômage. Si vous êtes élu, au bout de votre mandat, au bout de cinq ans, vous n’arrivez pas à ce chiffre, vous dites : Je ne peux pas me représenter ?» Nicolas Sarkozy répond alors: «Je dis aux Français: «C’est un échec et j’ai échoué. Et c’est aux Français d’en tirer les conséquences». […]

Le Figaro

Algérie : Bouteflika réélu avec 81,53% des voix

Le président algérien Abdelaziz Bouteflika a été réélu pour un quatrième mandat avec 81,53% des voix, a annoncé aujourd’hui le ministre de l’Intérieur, Tayeb Belaïz. Son principal rival Ali Benflis a recueilli 12,18% des suffrages, a déclaré le ministre, tandis que le taux de participation a été de 51,7%.

Hebergeur d'imageLe plus jeune candidat, Abdelaziz Bélaïd, est arrivé en 3e position avec 3,03% des voix, suivi de la députée trotskyste Louisa Hanoune avec 1,37% des voix, puis de Ali Fawzi Rebaïne avec 0,99% et Moussa Touati avec 0,56%. [...]

Le Figaro

Un conseiller de Hollande mis en cause pour conflit d’intérêts et ses goûts très luxueux démissionne sans quitter Hollande (maj 4)(vidéo)

Addendum 18/04/2014 à 18h38 :

Dans un nouvel article, l’indulgence initiale de Bruno Roger-Petit semble s’être émoussée après la démission d’ Aquilino Morelle :

Aquilino Morelle a fait cirer ses chaussures dans une annexe de l’Élysée, c’est le symbole que l’histoire retiendra. Un symbole promis à un bel avenir. Et il est bien embarrassant pour François Hollande, si discret depuis que Manuel Valls a été installé par lui à Matignon.

En 2014, il n’est plus possible de ne pas faire ce que l’on dit, ne pas dire ce que l’on fait, et surtout, faire (ou laisser faire) le contraire de ce que l’on dit.

Nouvel Obs

Addendum du 18/04/14 à 13h30 :

Le conseiller de François Hollande est au centre de l’attention médiatico-politique. On vous résume l’affaire.

Le conseiller de l’ombre n’aura pas tenu 24 heures après les révélations de Mediapart dénonçant ses relations avec l’industrie pharmaceutique alors qu’il était rattaché à l’Igas (l’inspection générale des affaires sociales). Aquilino Morelle, le conseiller politique du président a démenti tout conflit d’intérêts, mais l’Igas assure qu’elle n’avait pas été mise au courant. Et la démission du conseiller politique de François Hollande n’a pas tardé. Aquilino Morelle l’a annoncée vendredi dans un communiqué à l’AFP.

Ce que dit Aquilino Morelle après sa démission. « Je veux redire que je n’ai commis aucune faute. Je n’ai jamais été en situation de conflit d’intérêts« , affirme M. Morel qui souhaite toutefois « mettre fin à (ses) fonctions » de conseiller du président à l’Elysée pour « être entièrement libre de répondre (aux) attaques »…

Ce que dit l’Igas. Le grand corps de l’Etat qui supervise les politiques sanitaires et sociales a très vite pris ses distances avec Aquilino Morelle. Et, vendredi dans un mail adressé au Monde, elle a confirmé ce qu’elle avait laissé entendre dans la journée de jeudi : « il n’y a pas eu de demande d’autorisation portant sur les activités d’expertise ou bien de consultation au bénéfice de l’industrie pharmaceutique dans les années récentes« , et « dans le cas particulier des activités extérieures de Monsieur Aquilino Morelle, le service n’a retrouvé dans les archives que les autorisations portant sur une activité d’enseignement à l’université Paris I. » Un coup dur pour la défense d’Aquilino Morelle.

Ce qu’on en disait à l’Elysée. Pour l’heure, il n’est pas question pour François Hollande de lâcher ou de se séparer de sa plume. Il a d’ailleurs passé lui même les consignes sur ce sujet sensible : pas de condamnation a priori…

                                                      

mise à jour du 18 avril 2014 à 12H00 :


source : On ne va pas se mentir – ITélé – 17 04 2014


mise à jour du 18 avril 2014 à 7H00 :

Le portrait d’Aquilino Morelle par Mediapart s’ouvre par cette anecdote, dévastatrice et destructrice pour un homme de gauche qui se présente comme un intransigeant :

« La première fois que David Ysebaert a ciré les chaussures d’Aquilino Morelle, c’était au Bon marché, dans le VIIe arrondissement de Paris. Il lui a laissé sa carte. Et quelques semaines plus tard, raconte le cireur, une femme, probablement sa secrétaire, m’a appelé pour prendre rendez-vous ». Au Palais même. Depuis, tous les deux mois environ, « le temps de garantie pour un glaçage », il revient à l’Élysée s’occuper des souliers du conseiller politique de François Hollande, également directeur de sa communication. « Aquilino Morelle a 30 paires de souliers de luxe faites sur-mesure, pour son pied qui a une forme particulière. Des Davison, des Weston… »

Bruno Roger-Petit est assez indulgent envers le conseiller : «Considérées comme telles, ces anecdotes ne valent rien, et, si l’on veut bien prendre un peu de distance adéquate, elles n’ont aucune portée publique. Elles ne disent que le caractère privé d’un homme, ses petites faiblesses, ses petits travers, ses petits abus… Ni plus, ni moins. Elles n’engagent en rien le destin du pays. Elles ne sont rien.»

Nouvel Obs

Une enquête de Médiapart révèle que le conseiller du président de la République Aquilino Morelle, né d’une famille d’immigrés espagnols, aurait notamment travaillé pour des laboratoires pharmaceutiques alors qu’il était rattaché à l’Inspection générale des affaires sociales (Igas). Sur son profil Facebook, Aquilino Morelle a publié jeudi après-midi une longue réponse à Mediapart. Il reprend en détail les faits énoncés et réfute toute situation de conflit d’intérêts.

Inspecteur de l’Igas et conseil pour des laboratoires privés, «ça n’a pas de sens. C’est comme si on accordait le droit à un directeur d’hôpital entré à l’Igas de travailler pour une clinique privée, comme si un inspecteur du travail conseillait une entreprise privée.»

Au journaliste de Mediapart , l’ancien chef de service d’Aquilino Morelle, André Nutte, certifie qu’il ne se souvient pas avoir signé d’autorisation. Ce que confirment les archives de l’Inspection générale des affaires sociales.

Les faits révélés par le journal en ligne remontent à 2007. La plume de François Hollande vient de réintégrer l’Inspection générale des affaires sociales, un service interministériel de contrôle, d’audit et d’évaluation des politiques sociales et sanitaires, destiné à «éclairer la décision publique». À ce titre, il est fonctionnaire et tenu de se consacrer pleinement à sa fonction.

Pourtant, Aquilino Morelle cherche alors à offrir ses services et à ouvrir ses réseaux à l’industrie pharmaceutique. Il y parvient auprès du laboratoire Lundbeck, selon Mediapart. Il permet aux cadres du laboratoire privé d’entrer directement en contact avec les bons interlocuteurs au sein du comité économique des produits de santé. Une mission pour laquelle il aurait perçu 12.500 euros hors taxes. […]

Selon les informations du Scan, les accusations décrites par Mediapart auraient été lancées par les laboratoires Servier dès le printemps 2011 pour discréditer Morelle. Ce dernier avait alors confié au Figaro qu’il avait hésité à porter plainte. En réalité, Aquilino Morelle travaillait à l’époque pour l’agence de conseil en communication Euro-RSCG/Havas et aurait par ailleurs offert ses services à d’autres laboratoires privés que Lundbeck.

Selon le Code pénal, ces activités pourraient s’apparenter à une prise illégale d’intérêts. Selon les archives de l’Igas, le conseiller du président n’aurait jamais reçu d’autorisation pour exercer une telle activité. S’il est inquiété par la justice, Aquilino Morelle risque au minimum de devoir rembourser les sommes perçues, au pire 75.000 euros d’amende et cinq ans de prison. […]

Le Figaro

Cannes : Le député UMP Brochand inaugure la mosquée wahhabite entre drapeaux algérien et saoudien (maj)

Le député UMP Bernard Brochand inaugure la mosquée wahhabite de Cannes, entre drapeaux algérien et saoudien

Le terrain a été offert gracieusement par la mairie UMP de Bernard Brochand. Le terrain municipal est attribué pour 1 euro de loyer, bail de 99 ans.

« C’est un cheik Saoudien, le principal financier qui désignera l’imam » apprenait-on sur France3 Côte d’azur en juillet 2013. (…)

Lire la suite sur Observatoire de l’islamisation

——– ci dessous article du 11 avril ——-

Ce vendredi à midi, la grande Mosquée de la Bocca a été inaugurée en présence de la communauté musulmane, des représentants de la mairie et des autres cultes.

Un projet financé par un donateur saoudien qui aboutit au terme de dix ans de procédure dont la mairie de Cannes a été un vrai artisan.

Depuis l’ouverture le 7 février, les 7000 musulmans du bassin cannois disposent d’un lieu de culte géré par l’Association des Musulmans de Cannes la Bocca. Pour y officier, Saïd Nait Ouaziz, un jeune imam de 34 ans, qui prône un islam modéré, tolérant et axé sur le savoir.

Nice Matin

Concurrence des mémoires, dites-vous ?

Papier d’Alain Jakubowicz, président de la Licra

Vendredi 4 avril 2014, j’assiste, à l’invitation du Maire du 7ème arrondissement de Lyon et de l’association des fils et filles des déportés juifs de France, à la commémoration du 70ème anniversaire de la rafle des enfants d’Izieu sur le square des 44 enfants, situé à une encablure du centre d’histoire et de la résistance et de la déportation.

Hebergeur d'image

A cette commémoration, point d’officiels ni de grands discours, que des mots justes, prononcés par des écoliers, des collégiens et des lycéens d’établissements de l’arrondissement, représentatifs de la France d’aujourd’hui, multiculturelle, multi-religieuse et multiraciale. [...]

Dans le climat délétère que nous connaissons aujourd’hui, cette cérémonie simple, ponctuée par le chant des partisans et la « Marseillaise » chantée à l’unisson, est signe d’espoir. Elle témoigne de l’utilité des actions conduites depuis des années par les militants de la Licra dans les établissements scolaires et rend hommage au travail réalisé par des enseignants dans des conditions parfois extrêmement difficiles. [...]

Lundi 7 avril 2014, je suis invité à participer au 20ème anniversaire du génocide des Tutsi sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris. J’y retrouve le président et les membres de l’association Ibuka, mais aussi les présidents de l’UEJF, de SOS Racisme, du CRIF et les représentants de la Fondation pour la mémoire de la Shoah et du Mémorial de la Shoah. J’y rencontre aussi la présidente du collectif VAN qui lutte pour la reconnaissance du génocide arménien. Je suis en revanche déçu par le faible nombre de participants à cette commémoration et par l’absence de personnalités du monde politique, culturel et médiatique. Pourquoi nos concitoyens se sentent-ils si peu concernés par le génocide des Tutsi ?

S’agit-il d’un vieux fond de racisme post-colonial ou, triste bégaiement de l’histoire, du refus d’assumer notre part de responsabilité dans les atrocités commises au Rwanda en 1994 ? [...]

Les crimes contre l’humanité ne sont en effet pas des crimes qui visent telle ou telle communauté mais des crimes qui attentent à l’humanité tout entière. Toute appropriation communautaire conduit à la concurrence mémorielle et fait le jeu du négationnisme, ce cancer post mortem consubstantiel au crime contre l’humanité. Il est heureux que les associations l’aient compris.

Huffington Post

Pays-Bas : Geert Wilders en tête des sondages pour les européennes

Le parti anti-européen de Geert Wilders (PVV) est en tête des sondages pour les élections européennes aux Pays-Bas, avec 18,1% d’intentions de vote. Les libéraux du VVD du Premier ministre Mark Rutte et D66 suivent avec respectivement 16,2% et 15,7%, ressort-il jeudi d’un sondage de TNS NIPO. Le scrutin aura lieu le 22 mai aux Pays-Bas. [...]

Hebergeur d'image

7sur7

Des «activistes d’extrême-gauche» revendiquent la dégradation de 367 Vélib’

Les pneus de 367 Vélib ont été crevés à Paris et à Montreuil (Seine-Saint-Denis) dans la nuit de lundi à mardi. Une action revendiquée sur Internet par un mystérieux groupe qui entend protester contre les partenariats noués entre JCDecaux, le gérant du système de libre-service, et le ministère de la Justice.

La dégradation de Vélib’ comme acte politique. C’est l’action de masse menée dans la nuit de lundi à mardi par un mystérieux groupe d’extrême-gauche qui a crevé les pneus de 367 vélos dans la capitale et en Seine-Saint-Denis. «Dix-sept stations ont été touchées dans les 10e, 11e et 12e arrondissement et à Montreuil ». confirme JCDecaux, l’entreprise qui gère le système de libre-service depuis son lancement en 2007. RTL a révélé l’information jeudi matin.

Les dégradations avaient été revendiquées mardi sur le réseau alternatif Indymedia qui recense sur Internet des actions anti-capitalistes et anti-fascistes «directes» menées en France. Un groupe anonyme y comparait JCDecaux avec des «esclavagistes» en raison des partenariats que la société a noués avec le ministère de la Justice.

Selon une convention signée en 2012, les mineurs responsables d’actes de vandalisme sur les Vélib’ peuvent se voir proposer par le procureur de la République de « réparer les conséquences de leurs actes» pour éviter de passer devant le juge pour enfants. Les ateliers de la filiale de JCDecaux ont ainsi accueilli l’année dernière pendant les vacances scolaires 38 mineurs. Ce mystérieux groupe fait aussi référence dans son communiqué posté sur Internet à l’atelier de réparation installé à la maison d’arrêt de Villepinte où les détenus ont l’occasion de fabriquer des pièces détachées pour Vélib ‘. JCDecaux a annoncé son intention de porter plainte contre X. Le montant des dégâts n’a pas encore été évalué.

Après une décrue en 2010 et 2011, les actes de vandalisme sont repartis à la hausse l’an dernier avec près de 9 000 Vélib’ endommagés ou disparus. Et c’est la collectivité qui paye. Pour chacun vélo dégradé ou volé, la Ville de Paris doit verser à JCDecaux une indemnisation de 450 euros.

Metronews/a

Paris : Ian Brossat (PC) veut «du logement social partout, y compris dans le 16ème arrondissement».

Ian Brossat, adjoint au maire PCF d’Anne Hidalgo en charge du logement, entend s’attaquer aux prix de l’immobilier trop élevés dans la capitale et veut atteindre l’objectif des 30% de logements sociaux dans Paris.

Dans un entretien à l’Humanité mercredi, le compagnon de route communiste d’Anne Hidalgo lors de la campagne des municipales veut révolutionner le calvaire du logement dans la capitale, «premier poste de dépense dans le budget des parisiens».

«Les ghettos de Riches c’est terminé», lance Ian Brossat. À l’attention de ceux à droite, comme Claude Goasguen, qui avaient fait campagne sur ce thème le communiste avertit: «Nous aimerions que les mairies d’arrondissement tenues par la droite soient dans une position constructive. Mais si ce n’est pas le cas, les décisions seront prises souverainement par le conseil de Paris».

«Paris est une ville de locataires, nous l’assumons», explique l’élu de 33 ans. Avant les menaces, Le conseil de paris mise en premier lieu sur l’incitation, avec le dispositif «multiloc» destiné à débloquer des locaux vides, mis à disposition à des loyers abordables.

Pour atteindre l’objectif des 30% de logements sociaux dans Paris qu’exige la loi, l’adjoint au maire de Paris ne mise pas seulement sur la construction des 10.000 logements par an annoncés pendant la campagne. Il souhaite multiplier les préemptions et acquisitions de logements et entend batailler pour mettre la main sur les logements vacants.

Pour soulager la pression de l’immobilier dans une ville où la rareté fait flamber les tarifs, Ian Brossat dévoile sa stratégie: «Notre ambition est de transformer 200.000m2 (de bureaux) en logements (…) Les bureaux obsolètes doivent être transformés en habitats, d’autant qu’ils sont situés dans des arrondissements peu dotés en logements sociaux, au centre et dans l’ouest de la capitale (…) Tout le monde doit s’y mettre».

Le Figaro

«Tolérance, laïcité, vivre ensemble : l’Europe a perdu ses valeurs fondatrices»

À un peu moins d’un mois des élections européennes alors que l’abstention menace, Catherine Jeannin-Naltet, grande Maitresse de la Grande Loge Féminine de France s’inquiète de la montée des « extrémismes religieux» dont les femmes sont les «principales victimes»

Le « vivre ensemble » devrait être la devise des États européens « unis dans la diversité ». Dans ce contexte, seule la laïcité pourrait être le creuset où forger enfin, de façon apaisée et ouverte, l’identité européenne.

De traité en traité, d’élargissement en élargissement, mais aussi de crise en crise, les états membres qui constituent le Conseil européen ont privilégié les critères économiques en s’éloignant des valeurs fondatrices.

Ils ont fait naître chez les citoyens un euroscepticisme croissant qui se mue parfois en une franche hostilité qui les conduit à déserter les urnes, voire à plébisciter à travers les nationalismes, les populismes et les extrémismes, des partis anti-européens.

L’Europe manque de chair et de souffle. C’est un colosse aux pieds d’argile qui ne répond plus aux attentes de ses citoyennes et de ses citoyens. Pire, on assiste à une régression inquiétante, dans des domaines où elle s’était montrée particulièrement progressiste, comme le respect de la vie, de la dignité humaine, du refus de la violence et de la torture, de la liberté absolue de conscience, de l’égalité homme/femme. […]

À cet égard, l’initiative citoyenne européenne « One of Us » qui prône l’arrêt de la recherche sur les cellules souches et le refus de financer la contraception et l’IVG dans les pays en voie de développement, nous paraît particulièrement dangereuse. Nous ne pouvons accepter que des groupes de pression qui ont portes ouvertes dans les institutions européennes, forts de leurs croyances et de leurs dogmes, tentent d’y imposer des conceptions qui risquent d’entraver l’évolution scientifique et le progrès social.

Les droits des femmes seront les premiers à pâtir de cette montée d’un ordre moral que l’on croyait révolu. Les dernières semaines ont ainsi été marquées par le rejet au Parlement européen de textes d’initiatives qui concourraient précisément à garantir, sur tout le territoire de l’Union, le libre choix des femmes à la contraception et à l’IVG. […]

Appelons nos candidats aux élections européennes à :

- condamner toute remise en cause des droits fondamentaux, concernant en particulier, les droits des femmes et leurs droits à la contraception et à l’IVG,
- refuser l’ingérence des lobbies confessionnels dans les débats parlementaires,
- interdire l’affichage de références religieuses dans les locaux des institutions européennes.

Nouvel Obs