France : Contre les djihadistes, ouverture d’une page d’accueil sur Internet et d’un Numéro Vert. Une diversion pour Esther Benbassa (MàJ)

Addendum 24.04.2014 :

La sénatrice EELV, Esther Benbassa, juge que le plan pour lutter contre le départ de Français radicalisés pour la Syrie.

«On nous éloigne de la gravité des répercussions de la baisse des dépenses publiques sur les retraites», juge la parlementaire, qui souhaiterait qu’on parle d’avantage des 50 milliards d’économies. Elle remet en cause le casting de la Place Beauvau, estimant que Bernard Cazeneuve «s’emmêle les pattes».

Le Figaro

Bernard Cazeneuve, mercredi midi, place Beauvau, après avoir dévoilé en Conseil des ministres le détail d’un plan gouvernemental articulé sur trois axes. Un Numéro Vert et une page d’accueil sur Internet seront ouverts d’ici jeudi pour prévenir les départs de plus en plus nombreux de djihadistes vers la Syrie.

«L’idée d’empêcher le retour des djihadistes sur le sol français est inapplicable car contraire à toutes les règles du droit international, objecte aussi Bernard Cazeneuve. En revanche, les criminels qui ont décapité et torturé sur place seront traduits de manière intraitable en justice…»

L’hémorragie des combattants volontaires français prenant la route de Damas n’a jamais été aussi forte. Selon un dernier état des lieux établi par les services de renseignements, près de 300 de nos compatriotes mènent aujourd’hui le djihad en Syrie. Parmi eux figurent désormais une quinzaine de mineurs, mais aussi une centaine de femmes. Le fléau fait tache d’huile pour toucher, selon le ministère de l’Intérieur, des profils assez variés dans 70 départements. Il a coûté la vie à 25 Français engagés dans les rangs de rebelles cherchant à faire trébucher le régime de Bachar el-Assad. Au total, 740 personnes ont été détectées comme appartenant à ces filières, sachant que 130 combattants sont en transit et 130 autres sont de retour après «un ou plusieurs séjours» dans les rangs islamistes.

Pour venir d’abord en aide aux familles démunies face à la radicalisation brutale d’un enfant, une page d’accueil sur Internet et un Numéro Vert seront ouverts d’ici jeudi afin d’alimenter une plate-forme de signalements. Chaque message sera traité avec la «garantie de la plus grande confidentialité, au plus près du terrain», par la préfecture des départements concernés. […]

Si le risque d’exode d’un candidat à la guerre sainte est avéré, son nom sera aussitôt inscrit au Fichier des personnes recherchées (FPR) et intégré dans le Système d’information Schengen (SIS), qui permettrait de tirer la sonnette d’alarme dès que le suspect signalé se présente aux portes de l’Europe. Les adultes «fléchés» pourraient quant à eux se faire confisquer leur passeport. Ce qui, en théorie, ne dissuadera pas les plus endurcis de tenter de rejoindre la frontière syro-turque par le bus, sachant que les cartes d’identité ne peuvent être retirées qu’à l’occasion d’un contrôle mené dans le cadre d’une procédure judiciaire. […]

Le Figaro

Européennes/circonscription Est : FN en tête à 26%, PS-PRG à 15,5%. (Ajout débat vidéo)

Addendum 23.04.2014 :

Trois invités pour la circonscription Est des européennes étaient réunis mercredi pour un débat organisé par Europe 1, LCI et Le Figaro: les têtes de liste UMP et FN, Nadine Morano et Florian Philippot, et la numéro deux de la liste PS et eurodéputée sortante, Catherine Trautmann. À un mois du scrutin, la campagne est lancée pour les candidats qui sollicitent les suffrages des électeurs de Champagne-Ardenne, Bourgogne, Lorraine, Franche-Comté et Alsace.

En l’absence de la tête de liste PS Édouard Martin, Catherine Trautmann a mis en avant la «chance» de voir un ancien leader syndicaliste «représenter les ouvriers et les artisans au Parlement européen». «Édouard Martin est un traître à sa cause», a répondu Nadine Morano.

Autre passe d’armes sur la question du traité de libre-échange transatlantique que l’Union est en train de négocier avec les États-Unis. Pour Trautmann, le Parlement européen sera très vigilant sur les conclusions de l’accord. «Nous avons conditionné le mandat de la Commission», explique-t-elle en rappelant les précédents de traités non adoptés par les eurodéputés. Philippot juge, lui, le traité «très inquiétant car il va faire sauter toutes les barrières». «Vous jetterez les ouvriers et les paysans dans le grand bain de la mondialisation», estime-t-il. «Philippot rime avec Maginot», lui répond Morano, qui rejette toute idée de protectionnisme, tout en souhaitant une «Europe qui protège». «Si nous ne mettons pas en place des règles de réciprocité, les Français ont de quoi être inquiets», dit-elle.

Le Figaro

Selon un sondage Ifop pour le Figaro, les intentions de vote dans la circonscription amplifient la tendance nationale, avec un Front national qui devance l’UMP et le PS.Avec 26% des intentions de vote, la liste FN conduite par Florian Philippot arrive en tête devant celle de l’UMP Nadine ­Morano, créditée de 24% des voix.

La liste PS-PRG, dont le numéro un est l’ex-syndicaliste Édouard Martin, ne recueillerait que 15,5% des suffrages et la liste EELV de Sandrine Bélier 12,5 %. […]

Selon ¬Frédéric Dabi, directeur du département Opinion de l’Ifop., cet écart s’explique par les spécificités de la circonscription: «Dans ces régions très touchées par la désindustrialisation, le vote frontiste a toujours été haut. Marine Le Pen y avait recueilli 22,4% des voix à la présidentielle, alors que son score national était de 18,3%. Elle obtiendrait 55% des suffrages des ouvriers, une catégorie où le FN est depuis longtemps en tête, mais rarement à ce point. »

L’extrême droite réalise aussi des performances inédites chez les 25-34 ans et les 35-49 ans, dont elle rafle 32% des voix. Dans l’Est, le Front national progresse donc bien au-delà de ses «segments» traditionnels, ce qui est logique étant donné le niveau qu’il atteint. En 2009, la liste de Bruno Gollnisch n’avait recueilli que 7,6 % des voix.[…]

Le Figaro

Flandre : A peine sorti de prison, un camerounais agresse sexuellement une femme de 87 ans dans un cimetière

Le tribunal correctionnel de Furnes (province de Flandre occidentale) a condamné camerounais âgé de 18 ans à une peine de 5 ans de prison effective pour avoir forcer une dame âgée de 87 ans à lui faire une fellation dans le cimetière de la ville.

Le prévenu sera, à l’issue des 5 années de détention, mis à disposition du tribunal de l’application des peines pour une durée de 10 ans. Il est également déchu de ses droits civils pour 5 ans.

Les faits remontent au 20 décembre dernier. Une habitante francophone de Furnes était allée se recueillir sur la tombe de son mari, au cimetière situé dans la Noordstraat. La dame avait alors été agressée par un jeune homme de 18 ans, qui l’a trainée jusqu’à une baraque de chantier pour ensuite la forcer à effectuer une fellation.

Nord Eclair (Merci à dasbidub59)

Le Progrès publie des statistiques de la délinquance par nationalité. Plainte de SOS Racisme. (MàJ N°3)

Addendum 23.04.2014 -20h44
Cette carte publiée par le journal Le Monde le 14 décembre 2013 ne semble pas avoir ému SOS racisme..
. Cliquer pour agrandir. Source [merci Solly+antibarbare]

Comparer avec l’infographie du Progrès à l’origine de la plainte de SOS Racisme. Cliquer pour agrandir.

Addendum 23.04.2014 -10h33

Un rapport de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) publié en décembre 2013 soulignait que 27% des vols avaient été commis en 2012 par des étrangers et précisait leur nationalité. Sans provoquer de plainte.

Parmi les 27 % d’étrangers mis en cause en 2012 pour vols, détaille l’étude, 9,5 % sont « soit de nationalité roumaine soit d’une nationalité d’Europe balkanique » Lire la suite

Jamel Debbouze : «Tous les jours, je suis marocain»

Dans une interview accordée au journal marocain Libération, Jamel Debbouze affirme qu’il ne saurait choisir entre le Maroc et la France tout comme on ne pourrait choisir entre son père et sa mère.

Jamel Debbouze est entre deux cultures. Le franco-marocain est certes né en France, le 18 juin 1975, mais il est le fils aîné d’une famille originaire de Taza , au Maroc.

Questionné au sujet de cette dualité, l’humoriste réponds : «Je ne pourrais me définir concrètement, mais ce qui est certain, c’est que tous les jours je suis marocain. Quand je suis sur scène ou au cinéma, je glisse des mots d’arabe et cela peut paraître anodin, mais ce sont des choses qui ponctuent mon phrasé. Le Maroc est ma culture, elle fait partie intégrante de moi, je ne peux quantifier ce que j’ai de marocain ou de français. On ne choisit pas entre son père et sa mère, je ne pourrais choisir entre le Maroc et la France».

Par ailleurs, l’on pourrait croire que c’est la France qui lui a donné sa chance pour devenir ce qu’il est aujourd’hui, mais il n’en est rien. Jamel Debbouze est catégorique à ce sujet : « ce sont les Marocains qui m’ont donné l’opportunité de jouer mon spectacle, qui ont construit ma carrière, et ce sont les Marocains qui continuent à nous soutenir avec le Marrakech du rire. Je suis fier d’être marocain ; à chaque fois que j’ai l’occasion de venir ici, je viens avec beaucoup de joie». […]

bladi

Mali : Un groupe djihadiste annonce la mort de l’otage français Gilberto Rodrigues Leal. La famille en colère (MàJ)

Addendum 23.04.2014 :

La famille de l’otage français Gilberto Rodrigues Leal a exprimé mercredi sa colère contre les autorités françaises et les médias qui ont oublié «les deux otages du Mali».

«Pendant huit mois, on n’a parlé que des journalistes en Syrie, on a oublié qu’il y avait deux otages au Mali», a déclaré David Rodrigues Leal, le frère de Gilberto, ajoutant : «On est un peu en colère.» «J’ai l’impression que si mon frère avait eu plus de valeur, s’il n’avait pas été un simple retraité, peut-être, ça se serait passé autrement», a-t-il ajouté.

Le Point

Le Mouvement pour l’unicité et le jihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) a annoncé aujourd’hui la mort de l’otage français Gilberto Rodrigues Leal, enlevé en novembre 2012 dans l’ouest du Mali par ce même groupe djihadiste.

«Nous annonçons la mort de Rodrigues, il est mort, parce que la France est notre ennemie», a déclaré dans une brève communication téléphonique Yoro Abdoul Salam, un responsable du Mujao qui n’a pas précisé quand et dans quelles circonstances l’otage était mort.

Le Figaro

Un «comité de vigilance» anti-FN à Mantes-la-Ville : «Cette ville n’aurait jamais dû tomber dans les mains du FN»

Un «comité de vigilance et d’action contre le Front national» à Mantes-la-Ville (Yvelines), seule commune francilienne conquise par le FN lors des municipales, doit être lancé mercredi soir, ont indiqué ses animateurs dans un communiqué.

«Après le choc de l’élection municipale à Mantes-la-Ville, (…) de nombreux citoyens et plus de 40 organisations (associations culturelles, citoyennes et politiques) ont décidé de se rassembler au sein d’un comité de vigilance et d’action mantevillois», indiquait la semaine dernière le communiqué de ce comité qui sera officiellement créé mercredi soir lors d’une assemblée générale à Magnanville (Yvelines).

«Cette ville n’aurait jamais dû tomber dans les mains du FN», affirme Saïd Benmouffok, élu d’opposition PS, regrettant «les divisions à gauche et chez les républicains».

Said Benmouffok est un franco-algérien né à Alger. (mantes-actu)

Manifestation lors du premier conseil municipal le vendredi 4 avril

«Si la victoire de l’extrême droite est une catastrophe (…) elle doit être l’occasion pour les républicains d’une réaction constructive, afin d’en atténuer les effets sur les habitants», précisait-il.

Ce comité auquel participeront également des élus d’opposition de gauche entend former un «rassemblement le plus large possible, dépassant les étiquettes partisanes» et avec l’objectif de « mettre le FN sous surveillance », a expliqué à l’AFP Said Benmouffok, membre de l’organisme et élu d’opposition PS.

«Nous veillerons à ce que l’égalité de traitement entre tous les Mantevillois soit respectée», a ajouté Bénédicte Bauret, élue d’opposition Front de gauche et présidente de la section locale de la Ligue des droits de l’homme, association qui adhère à ce comité.

Eric Visintainer, élu d’opposition DVD, a décliné l’invitation à rallier ce comité anti-FN la semaine dernière: sur son blog, Mantes en mouvement, il a raillé «les gesticulations de la gauche mantevilloise» et l’a exhortée à faire son «autocritique».

Le Figaro

Des banlieues au djihad : Itinéraire d’une certaine jeunesse française, «Français, nés en France»

Qu’est-ce qui pousse de jeunes français à partir combattre en Syrie ? Pour le sociologue Tarik Yildiz, le succès du djihad islamique en France témoigne d’une crise profonde de l’intégration. Il est sociologue, président du think tank l’IRPAM et notamment auteur de Le racisme anti-blanc. Il propose de «renforcer l’idée d’une appartenance commune à travers, par exemple, l’instauration d’un service civique»…

En guerre depuis plus de trois ans, la Syrie attire des jeunes du monde entier rêvant de mourir au combat et ainsi trouver la paix éternelle promise aux martyrs. Si certains jeunes Français ont franchi le pas -ils sont a priori moins de 1000-, les candidats au départ sont de toute évidence bien plus nombreux. […]

Ils abandonnent la petite délinquance pour se consacrer à cette «nouvelle» religion apprise en prison, au sein du quartier, ou même sur certains sites internet spécialisés, appelant à la guerre sainte contre le «mal»: l’Occident décadent, les chrétiens, les juifs, les courants minoritaires au sein de l’islam comme le chiisme…

Français, nés en France, ces jeunes sont généralement des hommes issus des quartiers populaires en périphérie des grandes agglomérations. Enfants des banlieues, ils ont parfois connu la petite délinquance: vols, agressions, petits trafics… Certains d’entre eux ont séjourné en prison après la réitération de nombreux délits. D’autres n’ont jamais été inquiétés par la justice, mais tous ont généralement un point commun: leur pratique religieuse a fortement évolué en l’espace de quelques mois.

Superficiellement religieux pendant leur adolescence et leur éventuel parcours délinquant, ces jeunes se sont radicalisés et ont adopté une autre vision de l’islam sunnite, dite «littéraliste». […]

Lorsqu’ils concrétisent leur rêve de djihad, le processus de radicalisation est finalisé: s’ils ne sont pas tués sur le champ de bataille, le retour dans leur pays d’origine, la France, semble inéluctable. Dans leurs bagages, ils ramènent avec eux une formation, un prestige certain et la conviction renforcée d’un nécessaire affrontement entre leur idéologie et les autres.

La dimension radicale séduit des jeunes en manque de repères et d’autorité, désireux, consciemment ou inconsciemment, de tester les limites de la société. Il convient donc de réfléchir collectivement à la manière d’imposer des repères à cette jeunesse. […].

Le Figaro

Yvelines : Une femme handicapée agressée sexuellement dans un photomaton. Un jeune de 19 ans interpellé

Une femme handicapée a été agressée sexuellement dans une cabine de photo instantanée le 15 avril en gare de Houilles (Yvelines). Identifié grâce aux caméras de vidéosurveillance, le suspect a été déféré lundi dernier devant le parquet de Versailles.

Sans les caméras, l’agresseur présumé n’aurait sans doute jamais été retrouvé. Lundi dernier, un jeune de 19 ans originaire des Mureaux a été déféré devant le parquet de Versailles (Yvelines). Ce dernier est soupçonné d’avoir agressé sexuellement une femme handicapée âgée de 21 ans le mardi 15 avril dans un photomaton de la gare de Houilles.

C’est la victime qui est allée voir la police pour porter plainte après les faits. La jeune femme, dont le handicap n’a pas été indiqué, est parvenue, selon Le Parisien qui révèle l’information, à faire une description précise de son agresseur. Grâce à l’exploitation des images extraites des bandes des caméras de vidéosurveillance, les fonctionnaires de police sont parvenus à identifier le suspect avant de procéder à son interpellation le jeudi 17 avril.

On ignorait ce mercredi si l’auteur présumé des faits avait reconnu ou non les faits au cours de sa garde à vue. Selon les déclarations de la victime, le jeune de 19 ans aurait abusé d’elle à plusieurs reprises dans la cabine de photo instantanée installée dans le hall de la gare.

Metronews

Progrès social, religion et identité européenne : Jaurès serait-il socialiste aujourd’hui ?

Alors que François Hollande se rend mercredi 23 avril à Albi et Carmaux pour rendre hommage à Jean Jaurès, le philosophe Claude Obadia combat les idées préconçues à l’égard du député du Tarn, notamment sur le progrès social, la religion et l’identité européenne.

Le 31 juillet 1914, Jean Jaurès était assassiné. On ne s’étonnera donc guère que le Président de la République ait décidé, à l’occasion du centenaire de la mort du député de Carmaux, de rendre hommage à la figure tutélaire du socialisme français. […]

Si le député du Tarn ne croit pas aux vertus de la révolution et de la violence, c’est qu’il est convaincu qu’il n’y a de société que dans l’unité de ses composantes. Et c’est exactement la raison pour laquelle, contre Auguste Comte pour qui la religion n’est que l’enfance de la raison, Jaurès affirme qu’il n’y a «pas de société sans religion»,c’est-à-dire sans la reconnaissance d’un infini, dit-il, dont toutes les âmes procèdent et qui puisse conférer à la société la solidité lui permettant d’être solidaire. De fait, s’il faut une nouvelle fois rendre à Jaurès ce qui est à Jaurès, alors il convient, non pas seulement de dénoncer le cléricalisme, mais de rendre à la religion ce qui est à la religion et à l’Europe ce qui est à l’Europe.

Cela veut dire trois choses. Premièrement, qu’on ne peut réduire la religion chrétienne à l’histoire de l’Église catholique romaine. Deuxièmement, et comme Jaurès l’écrit dans l’ouvrage déjà cité, que «la vocation du socialisme est d’accomplir l’histoire de l’Europe chrétienne», donc que l’histoire de l’Europe est bien liée à l’influence dominante de la spiritualité religieuse. Troisièmement, aujourd’hui contre Ulrich Beck (4)et les partisans du cosmopolitisme, que l’Europe a une identité propre, et qu’elle est davantage une culture et une histoire qu’un territoire.

François Hollande va rendre hommage à Jean Jaurès? Puisse-t-il d’abord lui rendre ce qui lui appartient. Contre les marxistes, une certaine idée du progrès social et de la société. Contre les positivistes, une certaine idée de la religion et du christianisme. Contre ceux pour qui le “vieux continent” ne doit pas avoir d’identité, une certaine idée de l’Europe en marche.

S’il y parvient, le Président aura été au rendez-vous de l’Histoire. Il aura honoré la pensée du député du Tarn. Mais il aura aussi montré qu’on peut se demander si, aujourd’hui, Jean Jaurès serait socialiste…

Le Figaro

François Hollande oublie Pâques mais pas l’Aïd. Deux poids, deux mesures ?

Se retranchant derrière la laïcité, François Hollande n’a pas souhaité une bonne fête de Pâques aux catholiques français. On se souvient pourtant qu’il avait adressé ses vœux aux musulmans de France pour la fête de l’Aïd. Deux poids, deux mesures ? Gérard Leclerc journaliste, philosophe, essayiste et est éditorialiste à France catholique et à Radio Notre-Dame est interrogé par Le Figaro.

Le premier à avoir manifesté son hostilité à la mention des «racines chrétiennes de l’Europe», c’est Jacques Chirac, dans la lignée du radical-socialisme plutôt que dans celle du gaullisme.

Que vous inspire ce deux poids, deux mesures ?

Le salut aux musulmans de François Hollande est de nature opportuniste et politique. C’est une clientèle électorale essentielle au Parti socialiste, qui est en train de lui échapper à cause des réformes sociétales, et qu’il s’agit de bien soigner. […]

Cela témoigne-t-il d’une hostilité particulière que vouerait le président aux catholiques suite à l’affaire du mariage pour tous, ou plus généralement une indifférence de la classe politique française à l’égard des catholiques ?

Je pense qu’il s’agit d’un problème propre à François Hollande, mais qui rejoint également une tradition et une culture française. Comme l’a souligné Samuel Pruvot dans son livre François, Hollande, Dieu et la République (Salvator, 2013), François Hollande s’est éloigné du catholicisme, pourtant prégnant dans sa famille, et retranché dans un agnosticisme fermé à l’égard de toute inquiétude religieuse.

Il rejoint ainsi une tradition française positiviste née avec les Lumières qui ont eu en France une tonalité bien particulière par rapport à d’autres pays européens, celle d’une philosophie antichrétienne et anticatholique qui a débouché sur la déchristianisation entreprise par la Révolution française. De là provient l’ambiguïté fondamentale de la notion de laïcité dont on ne sait pas si elle traduit une neutralité du pouvoir ou la promotion délibérée d’un athéisme d’État. […]

Sans nier les évolutions de l’histoire et la pluralité de nos appartenances, on ne peut ignorer une histoire chrétienne qui a profondément marqué les mentalités, la culture et jusqu’aux paysages de notre pays. Il y a quelque chose de malsain dans cette amnésie de l’Europe à l’égard de son passé religieux.

Nous sommes à la veille des élections européennes. L’Union européenne devrait-elle, selon vous, faire référence à ces «racines chrétiennes de l’Europe» ?

Je pense que c’est une évidence. Malheureusement, ce n’est pas la direction que prend l’Europe, noyée dans des préoccupations économiques et technocratiques. […]

Le Figaro

A Saint-Ouen (93), 165 réfugiés syriens en quête d’asile et d’hébergement (Ajout Vidéo)

165 réfugiés syriens, regroupés depuis plusieurs semaines dans un square de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis) s’apprêtent à déposer une demande d’asile et attendent un « hébergement durable ».

Le préfet à l’égalité des chances admet qu’il ne peut pas les loger illico. Leurs «parcours difficiles» butent sur les propres problèmes du département avec ses centres d’hébergement bondés et ses «8000 personnes logées à l’hôtel chaque nuit». «Il est probable qu’on trouve des solutions un peu loin, dans un peu de temps», soupire Didier Leschi.

Kassem, 45 ans, est parti il y a un an, lui aussi. Vendeur sur les marchés en France depuis une dizaine d’années, il est allé chercher sa femme et ses cinq enfants, reclus dans leur maison de Banias, au bord de la Méditerranée, sans eau ni électricité. Lui a une carte de séjour, pas eux, encore coincés à Melilla. Kassem assure que «la mosquée a aidé» le groupe de réfugiés syriens, finançant quelques chambres d’hôtel et de la nourriture. Les riverains aussi sont solidaires.

Cette nuit, les Syriens, réfugiés dans un square de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), ne savent pasencore où ils dormiront. Mardi soir, la mairie a débloqué in extremis une enveloppe de 1200 euros pour les loger à l’hôtel, sous la pression des associations qui ne pouvaient plus financer l’hébergement. Ce soir, ils verront bien. L’hôtel de nouveau, peut-être un local que la mairie mettrait à disposition, les banquettes de voitures pour certains. Des solutions bricolées au jour le jour.

Trois jours après l’alerte lancée par Europe-Ecologie les Verts et les associations France Terre d’Asile et Revivre, les réfugiés syriens – 165 selon les associations, dont 82 enfants – ont reçu la visite, mardi, du directeur général de l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides) et du préfet de l’égalité des chances. Celui-ci leur a demandé d’établir une liste des familles en exil et de monter, avec l’aide des ONG, les dossiers de demandes d’asile. Pascal Brice, de l’Ofpra, s’engage à ce que leurs cas soient traités en urgence: «En moyenne, le délai est de six mois, déjà raccourci à trois pour les Syriens. Leurs demandes, quand nous les aurons reçues, seront examinées sous quinze jours.» […]

Leur périple, épuisant, chaotique, se ressemble pour beaucoup d’entre eux: passé la frontière libanaise, un vol de Beyrouth pour l’Egypte puis l’Algérie. Ensuite le Maroc, l’enclave de Melilla, l’Espagne à remonter, et la France. «En voiture, en bus, en car», «un bakchich» à toutes les étapes, sourit Mohammed, 45 ans. Cet ancien garagiste «a sorti tous [ses] sous de la banque». Il doit encore faire venir sa femme et ses trois enfants qui patientent à Alger. […]

Libération