À Orléans, le maire UMP veut chasser les clandestins

En découvrant la liste des délégations attribuées aux conseillers et adjoints de Serge Grouard, maire UMP d’Orléans réélu haut la main, les militants des associations d’aide aux sans-papiers se sont étranglés. Au même titre que la gestion des appels d’offres ou du tourisme, l’édile local aura désormais un bras armé à « la lutte contre l’immigration clandestine », qui demeure pourtant une prérogative des services de l’État. Et ceci au moment même où le Front national fait son entrée sur les bancs du conseil municipal. [...]

Hebergeur d'imageMilitant du Réseau Éducation sans frontières (RESF), Jean-Pierre Perrin-Martin voit s’écrouler plusieurs décennies d’avancées collectives :

« Dans les années 1990, des étrangers ont obtenu d’être régularisés après des grèves de la faim. Tous réussirent à être débarrassés du nom de clandestins pour prendre celui de sans-papiers. Et aujourd’hui, le maire d’Orléans nous ramène à ce qualificatif. »  [...]

Dans un communiqué transmis aux médias, la municipalité se justifie en dénonçant le « laxisme de l’État » en matière de chasse aux clandestins et précise que, grâce à ses « quelques compétences » (attestations d’accueil, regroupement familial, avis sur la délivrance de la carte de résident de 
dix ans…), elle pourra redresser la barre. [...]

L’Humanité

Une actrice kenyane oscarisée accusée de s’être « vendue aux Blancs »

La pop star aux origines nigérianes et camerounaises Dencia a attaqué Lupita Nyong’o sur Twitter. C’est son récent contrat avec Lancôme qui pose problème à la star africaine : elle reproche à Lupita de se plier à « une entreprise de Blancs ».

Hebergeur d'image

L’actrice Lupita Nyong’o récemment vue dans « 12 years a slave »

« Lupita ne peut pas parler des crèmes de blanchiment de la peau parce que l’homme blanc la paie. Elle leur appartient ! » [...]

« J’avais mal au coeur en lisant ces mots », avait confié l’actrice de « 12 years a slave », qui priait, petite, pour se réveiller un jour avec une peau plus claire.

Hebergeur d'image7sur7

Aux Etats-Unis, on expulse pour des délits mineurs

Les expulsions d’immigrés ont augmenté sous la présidence Obama, et contrairement à ses affirmations la plupart de ces immigrés avaient commis des infractions mineures, a rapporté lundi le New York Times.

Hebergeur d'imageSelon le quotidien, seulement 20% des près de 2 millions de personnes expulsées depuis l’arrivée de Barack Obama à la Maison Blanche en 2009 avaient été condamnées pour des faits graves, notamment pour trafic de drogue.

Les deux tiers « impliquaient des personnes ayant commis des infractions mineures, dont des infractions au code de la route, ou n’avaient aucun antécédent criminel », ajoute le quotidien. [...]

Barack Obama, dont la promesse d’une grande réforme de l’immigration est enlisé au Congrès, a affirmé que son administration s’occupait des « criminels, des violeurs en groupe, de ceux qui nuisent à la communauté, et non des étudiants, ou des gens qui sont là parce qu’ils essaient juste de trouver une solution pour nourrir leur famille ». [...]

Ces expulsions ont quadruplé, passant de 43.000 pendant les cinq dernières années de George W. Bush, à 193.000 durant les cinq premières de Barack Obama. Les expulsions de personnes étant revenues illégalement aux Etats-Unis ont triplé, passant à plus de 188.000. [...]

7sur7

Quatre figurants d’un clip de Booba condamnés pour avoir utilisé des armes à feu

Comme le rapporte Radio Caraïbes International (RCI) sur son site vendredi 4 avril, quatre figurants du clip « A4″ de Booba ont été condamnés par le tribunal de Pointe-à-Pitre pour « participation à une manifestation publique avec une arme ». Les peines prononcées vont de 200 euros d’amende à sept mois de prison ferme. [...]

Hebergeur d'imageLe site explique aussi que Booba étant « reparti presque immédiatement », il a échappé à l’enquête « ouverte par les autorités les jours suivants ». Selon la présidente du tribunal, le natif de Boulogne s’est servi des jeunes figurants « comme de simples marionnettes pour faire sa publicité », sans jamais leur venir en aide dans le cadre de leurs poursuites. On a déjà vu plus courageux.

Huffington Post

Il fait du chantage à un responsable de chantier pour qu’il recrute des « jeunes » (vidéo)

Hier, M6 proposait le magazine  » 66 minutes « , présenté par Xavier de Moulins. L’un des sujets était intitulé « Vols, agressions, racket : chantiers en danger ».

Les caméras ont rencontré des ouvriers et des responsables de chantiers qui sont harcelés par des habitants de cités avoisinantes.

L’un d’entre eux a choisi de faire du chantage afin qu’un responsable de chantier recrute des jeunes issus des cités.

« Sérieux, vous venez ici, vous travaillez chez nous. On ne travaille pas. Et, en plus, vous nous prenez pour des cons. Alors ça, c’est le monde à l’envers. Il n’y a personne des cités. Il y a que des Portugais et des Noirs », lâche-t-il. [...]

Et d’ajouter : « C’est soit il paie maintenant une amende de 15.000 euros par mois. Ou il me fait travailler dix jeunes des cités ».

Morandini

Nicolas Bedos jugé aujourd’hui pour avoir traité Marine Le Pen de « salope fascisante »

Humour ou injure? L’humoriste Nicolas Bedos était jugé lundi par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris pour avoir traité la présidente du Front national, Marine Le Pen , de « salope fascisante » dans l’hebdomadaire Marianne .

Hebergeur d'imageDans cette chronique parue le 14 janvier 2012, Nicolas Bedos évoque les expulsions menées l’année précédente, sous la présidence Sarkozy, alors que Claude Guéant était ministre de l’Intérieur: « la droite entend ainsi lutter contre la montée de l’extrême droite. +Ne laissons pas le terrain à Marine, la VRAIE méchante+ (…) Sauf que personne n’empêchera quelques idéalistes rigides de penser qu’à force de singer la salope fascisante celle-ci est déjà au pouvoir: (…) on l’appelle Claude Guéant », affirmait l’humoriste.

Le directeur de publication de Marianne, Maurice Szafran, était poursuivi pour « injure » et Nicolas Bedos, auteur de la chronique, pour « complicité ». « Le mot +salope+ est bien une injure, c’est une expression outrageante, objectivement », a fait valoir l’avocat de Marine Le Pen, Wallerand de Saint-Just. [...]

« Marine Le Pen a décidé de donner des cours d’humour aux humoristes », a moqué Me Nicolas Benoit, conseil de Nicolas Bedos et de Maurice Szafran. « On peut ou on ne peut pas apprécier cet humour mais c’est parfaitement subjectif », a-t-il poursuivi. [...]

La procureure, Aurore Chauvelot, a reconnu que Nicolas Bedos « manie les deux casquettes », celle d’humoriste et celle de chroniqueur politique mais a estimé que la phrase litigieuse se situait « dans le registre de l’humour, de la caricature qui autorise l’outrance » et a requis la relaxe. [...]

Morandini

Temps de parole FN/BFMTV : algarade entre Jean-Luc Mélenchon et Jean-Jacques Bourdin (RMC)

Jean-Luc Mélenchon s’en prend vivement à Jean-Jacques Bourdin et BFMTV, épinglés par le CSA. Le journaliste se défend.

Hebergeur d'image

« La parole qu’on a donné au Front National, c’était une parole critique ! Les reportages qu’on a faits, c’était pour justement critiquer (le FN) ! C’était des enquêtes sur le Front National et son incapacité à trouver des candidats ! » – Jean-Jacques Bourdin



Hérault : un ado suspecté du viol et du meurtre d’une fillette de 12 ans (màj)

Addendum

Le jeune garçon de 16 ans, en garde à vue dans le cadre du meurtre d’une fillette de 12 ans dans un centre thérapeutique de Lodève dans l’Hérault, va être déféré ce soir devant le parquet de Montpellier pour « meurtre précédé, accompagné ou suivi de viol ». [...]

Le Figaro

_______________________________

Un jeune de 16 ans devait être déféré dimanche devant la justice après la découverte vendredi soir du corps d’une fillette, morte par asphyxie, dans le centre thérapeutique dont tous deux étaient pensionnaires à Lodève. [...]

Selon les premiers éléments de l’autopsie, la jeune fille «est morte d’un syndrome asphyxique» pouvant résulter «d’une strangulation» ou d’un étouffement, a indiqué le parquet qui évoque des «signes de violences». Son corps a été retrouvé vendredi soir vers 22h30, dissimulé sous des vêtements, dans un local d’un pavillon désaffecté utilisé comme débarras. La jeune victime avait disparu le même jour en milieu de journée de cet institut pour enfants et jeunes en difficulté de Campestre, situé dans un écrin de verdure à l’écart de la ville.

Dans la foulée, l’adolescent avait été placé en garde à vue par les gendarmes de la section de recherches de Montpellier et de la brigade de recherches de Lodève. Il avait été aperçu vendredi avec la victime, selon des sources proches de l’enquête. Prudent, le procureur de la République Christophe Barret a assuré qu’il n’y a «pas de suspect identifié à ce jour». [...]

Il s’agit également de déterminer s’il y a eu agression sexuelle. Des examens complémentaires sont en cours. [...]

Le Figaro

La Manif pour tous défile place Vendôme : «Casse-toi, Taubira» (maj vidéo 3)

Maj vidéo 07/04/2014 : Sommations de dispersion face à une jeune fille seule.


(Merci à Christophe)


Article du 03/11/2014

(merci à MrLePatriote)

Des manifestants se sont rassemblés mercredi soir devant le ministère de la Justice pour protester contre la reconduction de la garde des Sceaux dans ses fonctions.

Hebergeur d'imageFurieux de voir Christiane Taubira reconduite au poste de garde des Sceaux, plus d’une centaine de manifestants réunis à l’appel de la Manif pour Tous se sont regroupés mercredi soir aux abords du ministère de la Justice. Cinq personnes ont été interpellées, indique la préfecture de police de Paris. «La manifestation était non déclarée», et les manifestants «empêchaient l’entrée et la sortie de la place Vendôme», a précisé un porte-parole de la PP. [...]

Les manifestants ont hué et entravé le passage de véhicules officiels qui quittaient la place Vendôme, scandant «Casse-toi, Taubira». La place est restée plus d’une heure bloquée à la circulation. [...]

Hebergeur d'imageLe Figaro

Insolite : un bébé de 9 mois accusé de meurtre au Pakistan (vidéo)

Un policier pakistanais a été suspendu pour avoir soupçonné de tentative de meurtre un bébé de neuf mois et entraîné sa comparution devant un tribunal, a annoncé vendredi l’avocat de la famille.

Le bébé, nommé Mohammad Musa, avait été arrêté début février avec d’autres membres de sa famille pour avoir lancé des pierres le 1er février à des représentants d’une compagnie du gaz. Ceux-ci menaient une opération pour traquer des personnes piratant des compteurs de gaz dans les faubourgs de Lahore, dans l’est du Pakistan.

Dans son rapport, le policier Kashif Muhammad avait qualifié ces gestes de tentative de meurtre, entraînant la comparution jeudi d’une trentaine de personnes, dont le bébé qui, perturbé, pleurait sur l’épaule de son grand-père, Muhammad Yasin (voir la vidéo ci-dessous). [...]

TF1 News