Racisme : « Les noirs sont devenus les Roms du Maghreb »

J’accuse!

Très loin de moi l’idée de me prendre pour l’auteur de la célèbre adresse. Seulement, être Noir au Maroc aujourd’hui c’est prendre conscience que cette acception du terme est devenue comme un destin commun. Que l’on vive à Douala ou dans la région de Doukkala, au Togo ou à Fogo, nul ne peut ignorer la détestable situation des migrants subsahariens. 

Ils sont devenus, et je pèse mes mots sur une balance pour quintaux, les Roms du Maghreb et les Dreyfus sacrifiés sur l’autel des bienséances diplomatiques « sans aucune forme de procès ». Ces femmes et ces hommes ont quitté leur patrie, c’est le déshonneur de leur nation qui n’a pas pu les retenir et leur offrir la dignité derrière laquelle ils courent. Ils ont choisi le Maroc, en lorgnant plus loin peut-être, ce devrait être l’honneur du royaume chérifien. Hélas, les dérives, bavures et manquements aux droits fondamentaux de la part des institutions du pays elles-mêmes deviennent légion.

Quatre exemples pour éclairer ces propos

1)  Il y a quelques semaines, les habitants de la ville de Casablanca découvraient avec effarement que des syndics de copropriété plaquaient dans leurs parties communes de leurs immeubles, au vu et au su de tout le monde, des messages interdisant aux propriétaires de louer les appartements à des « Africains ». Passons sur l’ineptie qui consiste à distinguer les Marocains des autres Africains: le Maroc ce pays du sud de l’Europe! Dans tout autre pays de droit, un procureur se serait saisi de l’affaire ne serait-ce que pour ouvrir une information judiciaire ou intenter un procès pour discrimination raciale. Là, silence radio.

2) Au mois de juillet, des policiers jettent d’une fourgonnette en marche, un Congolais, Alex Toussaint Mianzoukouta. Il meurt quelques jours plus tard de ses blessures. Personne ne sait ce qui s’est passé lors de ce fameux contrôle d’identité. Le saura-t-on un jour? Silence radio.

3) le 1er août dernier, une jeune Ivoirienne, Tina Melon, rapporte qu’elle aurait été violée. Sous la pression et en plein « Daniel Gate », le wali de Tanger décide d’ouvrir une enquête. Avant même la fin de la procédure des expertises, contre/expertises et des auditions, il parle dans un communiqué « d’accusations sans fondements visant à ternir l’image des forces de l’ordre. » Comme si ces forces de l’ordre avaient attendu Tina melon pour entamer leur légendaire réputation. (…)

Yabiladi

Une plainte pour « discrimination et racisme » déposée contre Paul Giacobbi

La proposition de Paul Giacobbi sur l’accès à la propriété et le statut de résident n’en finit pas de faire des vagues. Cette semaine, elle a pris une tournure inattendue avec une plainte déposée par Hubert Souillard qui se qualifie de « citoyen français, sans ascendance corse, résident sur le Continent et n’ayant aucun intérêt dans l’île ». (…)

Hubert Souillard dit apprécier « énormément » la Corse et les Corses qu’il a côtoyés, il y a plusieurs années, au Maroc.

« J’ai notamment connu le père de Jean-Guy Talamoni, le leader de Corsica Libera. Il était instituteur dans le même village que moi, à Khouribga, à 120 kilomètres de Casablanca, dans les années 1950 »,explique le retraité qui affirme n’avoir « aucun intérêt et aucun terrain dans l’île ».

« Je comprends parfaitement que les Corses défendent leur terre, mais ce n’est pas une raison pour empêcher l’accès à la propriété aux non-Corses. On peut défendre son identité régionale tout en restant dans le cadre de la République ».

Pour lui, la proposition de Paul Giacobbi est « scandaleuse ». « Qu’entendrait-on si, par exemple, M. Huchon, président du conseil régional de l’Île de France, déclarait vouloir interdire aux non-Franciliens d’acheter du foncier ou de l’immobilier en région parisienne, sous prétexte que la crise du logement y est très sévère, et certainement davantage qu’en Corse ? » (…)

L’homme qui se présente ni de droite, ni de gauche, mais pour la défense de la France et des intérêts des Français et des Corses, saisit donc aujourd’hui la justice pour « discrimination et racisme ».

Il sait que sa plainte n’aura pas « grand effet », mais il compte sur sa médiatisation pour que les Français prennent conscience de la gravité de la situation.

« De Gaulle disait« les Français sont des veaux ». Il avait raison. La société est devenue très individualiste, elle n’a plus aucun sens de l’intérêt général ». (…)

Corse Matin

Géraldine, voilée, convertie : « J’ai choisi l’islam, pas les musulmans »

Géraldine ne savait pas ce qu’étaient le rejet et le racisme avant de mettre le voile. Avec sa peau blanche et ses yeux bleus, elle est l’archétype de la française de souche.

Géraldine, la trentaine passée, s’est convertie à l’Islam il y a un peu plus de dix ans :

« Pour certains, je suis devenue une traîtresse. C’est comme si, de fait, j’avais perdu ma culture et ma patrie. »

Son frère lui a claqué la porte au nez quand il l’a vue la tête couverte, sa mère a mis du temps à accepter son choix.

« Forcément, certains pensent que je suis embrigadée », glisse-t-elle, tandis qu’elle égrène les anecdotes :

« Ma pharmacienne a changé d’attitude du jour au lendemain en me voyant changer d’apparence. Elle me parlait plus lentement, insistait sur chaque mot, un peu comme si j’avais aussi perdu mon cerveau. » (…)

Rue 89

Toulouse : huit copines agressées place du Capitole

«Ils ont gâché ma fête. Ils ont pourri ma soirée, mon week-end, mon mariage !» La femme qui s’exprime est en colère. «S’attaquer à un groupe de femmes, quel courage ! En plus à une dizaine. De quel droit ces gens m’insultent ? De quel droit frappent-ils ma sœur ? De quel droit tapent-ils sur une adolescente de 16 ans ? C’est une honte !»

Jeudi, avec un groupe de huit copines, Carole déambule dans Toulouse. À deux jours de son mariage, cette future maman de 29 ans  (enceinte de cinq mois) a l’intention de s’amuser. Alors elle se promène avec ses copines qui lui ont attaché un pénis gonflable sur la poitrine. Place du Capitole, de jeunes garçons s’approchent et commencent à lâcher des insultes sur fond de religion. «Il n’y a eu aucune provocation de notre part. Même, devant leur agressivité, nous nous sommes écartées pour enlever notre déguisement». Mais ce repli n’a pas eu l’effet escompté.

«Au départ, ils étaient cinq ou six mais bien plus nombreux après. Ils nous ont tiré les cheveux, arrachés nos perruques, traitées de salopes et de putes, de filles impures !» (…)

Huit suspects ont été interpellés. Des garçons âgés de 10 ans (!), 12, 15 et 21 ans. En garde à vue, tous ont expliqué être intervenus pour «séparer» agresseurs et victimes. Ils ont été laissés libres hier. L’enquête se poursuit. L’exploitation des vidéos permettra peut-être d’identifier les agresseurs. C’est le seul incident qui a marqué cette nuit d’après ramadan. Les quartiers sont notamment restés très calmes toute la nuit.

La Dépêche

Les « veilleurs » partent à la rencontre des Français. Màj : les veilleurs sont partis (vidéo)

Addendum vidéo :

————————————————

Opposants à la loi Taubira sur le mariage homosexuel, ils quittent Rochefort samedi pour arriver à Paris le 31 août.

Ils avaient l’habitude de veiller, le soir, assis à la lueur de bougies, autour de poèmes et de textes de grands auteurs. À partir de samedi et jusqu’au 31 août, ils marcheront désormais, au son de leur hymne, L’Espérance, à la rencontre des Français. Les «veilleurs» – ce mouvement pacifique né en marge de la contestation de la loi Taubira – «ne veulent pas refaire le monde, insiste Gaultier, l’un de leurs porte-parole. Ils veulent le comprendre pour mieux le protéger.»

Pour «mieux connaître les réalités diverses – économiques, sociales, culturelles, environnementales – qui tissent le quotidien des Français», ils longeront la côte atlantique, de Rochefort à Nantes, et termineront leur parcours en banlieue parisienne. (…)

Le Figaro

Le chef de l’opposition cambodgienne est français

Le chef de l’opposition cambodgienne est français. Sam Rainsy, 64 ans, a quitté son pays natal pour Paris à l’adolescence, après la disparition de son père, un ancien ministre du roi Sihanouk qui fut victime d’une conspiration politique jamais élucidée. Depuis, Sam Rainsy jouit de la double nationalité française et khmère.

Après trois ans d’exil en France, il est revenu le 19 juillet à Phnom Penh, neuf jours avant des élections qui ont vu sa formation, le Parti du sauvetage national du Cambodge (PSNC), menacer l’assise du Parti du peuple cambodgien (PPC) de Hun Sen, premier ministre depuis vingt-huit ans. (…)

Sam Rainsy n’a jamais hésité à jouer la carte anti-vietnamienne. Dans un pays où l’occupation de dix ans par le Vietnam a laissé des traces, cibler l’« immigration clandestine » des Vietnamiens et conspuer la relation privilégiée entre Phnom Penh et Hanoï, soutien de Hun Sen, est électoralement payant.

« Sam Rainsy joue un jeu dangereux avec sa propagande raciste contre les Vietnamiens. Un jeu dangereux non seulement pour la minorité vietnamienne du Cambodge , mais pour le Cambodge tout entier », accuse Chheang Vun, député du PPC et président de la commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale.

M. Rainsy, souvent taxé d’opportunisme par ses adversaires, se défend de toute accusation de racisme :

« Le Cambodge est coincé entre la Thaïlande et le Vietnam. Il faut défendre notre intégrité nationale. Mais je suis un patriote, pas un nationaliste. » (…)

Le Monde

Des Afro-Américains condamnent la vague montante de racisme en Israël

Nous, soussignés, condamnons avec la plus grande fermeté les récents propos racistes tenus par le nouveau grand rabbin ashkénaze nouvellement élu, David Lau, propos qui se réfèrent aux joueurs afro-américains de basket jouant en Israël comme à des « kushim », terme péjoratif équivalent à « nigger » (nègres, négresses).

Rabbi Lau, représentant du gouvernement, payé par l’État, et qui a un mandat prévu de dix ans comme l’un des deux grands rabbins officiels israéliens, a fait ces remarques offensantes à de jeunes étudiants religieux juifs alors qu’il les mettait en garde de ne pas regarder les sports télévisés comme le basket. Après qu’il ait été critiqué par des militants antiracistes, le rabbin Lau a été défendu par Natfali Bennet, ministre des Services religieux d’Israël et leader du parti Foyer juif.

Malheureusement, les sentiments exprimés par le rabbin Lau reflètent un problème plus large de racisme au sein de la société israélienne. Ces dernières années, Israël a connu une vague montante de tendances doctrinaires acceptées par la société, s’en prenant particulièrement aux demandeurs d’asile africains et aux Palestiniens, attisées par des personnalités religieuses et politiques marquantes. En juin 2012, le ministre de l’Intérieur israélien d’alors, Eli Yishai, a déclaré qu’Israël « appartient à nous, à l’homme blanc », réagissant à une question sur les demandeurs d’asile musulmans.

Le mois précédent, des politiciens israéliens, et parmi eux le Premier ministre Benjamin Netanyahu et des membres de son parti le Likoud, ont contribué à lancer une vague de violences contre les Africains avec des propos insufflant la peur et l’excitation contre les demandeurs d’asile. (…)

UJFP

États-Unis : Détroit mise sous tutelle, polémique raciale (Màj : la ville officiellement en faillite)

Addendum 18.07.2013:
La ville de Détroit, berceau de l’industrie automobile américaine, a engagé jeudi les démarches pour être considérée en état de faillite la plus importante banqueroute d’une ville dans l’histoire des États-Unis

En juin, cette ville du Michigan avait déjà dû faire défaut pour une partie de sa dette, d’un montant global de 18,5 milliards de dollars. »Il est clair que la situation financière exceptionnelle de Détroit ne peut être résolue en dehors du régime de faillite et c’est la seule option raisonnable possible », a estimé le gouverneur de l’Etat de Michigan, le républicain Rick Snyder, dans une lettre accompagnant les documents remis par la municipalité à un tribunal fédéral pour être reconnue en faillite.

La ville a vu sa population fondre, passant de 1,8 million d’habitants en 1950 à 700.000 aujourd’hui. La municipalité a été ébranlée par des affaires de corruption au fil des années. Le manque de financement pour l’éclairage public et les services d’urgence a entraîné une hausse de l’insécurité dans les rues de la ville.

Capital

A voir : Détroit la faillite d un symbole Reportage complet 2013

——————–
Les habitants de Détroit, une ville du nord des États-Unis devenue un symbole de pauvreté et violence urbaine, pourrait se retrouver sous tutelle, ultime solution pour éviter la faillite.
http://img94.imageshack.us/img94/4365/07d1b864229011e2a86bbed.jpg

Le gouverneur de l’Etat du Michigan Rick Snyder devrait nommer un tuteur dans les jours qui viennent afin d’empêcher une faillite du berceau de l’industrie automobile américaine, surnommée « Motor City« .

Cette décision d’un gouverneur républicain et blanc de prendre le contrôle d’une ville essentiellement noire et démocrate a généré d’intenses critiques. (…)

La ville, jadis la quatrième aux États-Unis, a vu sa population chuter d’1,8 million de personnes en 1950 à 713 000 personnes actuellement.
Lire la suite

Manifestation contre le projet d’abattoir halal de Guéret. Màj : le porteur du projet s’exprime pour la première fois

Addendum 4 juillet : le porteur du projet s’exprime pour la première fois

C’est le principal acteur de ce dossier, resté très discret jusqu’ici, Mustapha Masri, président de la Société des viandes du Limousin (Sovialim) a accepté d’expliquer le fonctionnement du futur abattoir.

(…) France 3 Limousin

—————————————————————–

Addendum : JT France 3 Limousin du 13/04/13

13/04/13 – La société Sovialim maintient son projet de construction d’un abattoir halal à Guéret, alors que les opposants se préparent, eux, à manifester.

La société Sovialim l’affirme, elle maintient son projet de construction d’un abbatoir halal à Guéret. On parle désormais de cinq millions d’euros investis, et de la création de 45 emplois. Des arguments qui ne convainquent pas tout le monde.

Cet après-midi, le Collectif NARG (Non à l’abattoir rituel de Guéret) sera à nouveau dans les rues de la cité creusoise. Ils dénoncent ce procédé, consistant à trancher la gorge des animaux. Selon eux, la bête souffrirait davantage qu’au cours des autres formes d’abbatage.

L’opposition, très active, est soutenue par l’ancien député creusois, Jean Auclair qui espère voir ce projet enterré une bonne fois pour toute. Cet après-midi dans le cortège, se trouvera également Vincent Turpinat, adhérent au NARG et maire de Jarnages.

 France 3 - Merci Milou

——————
[ Ci-dessous : article publié le 30 juin 2012 ]

L’abattoir rituel qui pourrait être construit sur la commune de Guéret fait l’actualité sans le vouloir. Le collectif, Non à l’abattoir rituel de Guéret, veut sensibiliser la population aux risques encourus, sur le plan sanitaire notamment.
http://img832.imageshack.us/img832/5739/738529.jpg

Pas encore né, déjà vilipendé ! Le projet de construction d’un abattoir rituel envisagé sur la commune de Guéret, entendez par là un abattoir qui proposera de la viande halal, passe déjà à la moulinette désapprobatrice d’un certain nombre de Creusois constitués en collectif.

Ce collectif, Non à l’abattoir rituel de Guéret (NARG), explique que cette opposition ne prend aucunement sa source dans un éventuel racisme de bas étage. Bien au contraire, comme l’explique volontiers Aurore Lenoir, coordonnatrice du NARG, présente ce mercredi sur la place Bonnyaud, à Guéret (*) : « Dans un abattoir rituel, les animaux sont saignés. Il n’y a pas d’endormissement préalable comme dans un abattoir dit classique. Ils souffrent donc plus que dans un abattoir classique. »

L’opposition du collectif a cependant d’autres fondements. Ainsi, selon le NARG, la viande provenant d’un abattage rituel comporte des risques sanitaires très importants. (…)

La Montagne