Le comte de Paris : « Sommes-nous encore en démocratie et pour combien de temps ??? »

Dans un communiqué, le Comte de Paris (dont un lointain ancêtre, rappelons-le, fût guillotiné lors de la Révolution française), s’interroge: « Sommes-nous encore en démocratie et pour combien de temps ??? ». C’est ainsi qu’il titre sa lettre. Le prince Henri de France (c’est son nom) s’appuie d’ailleurs sur des éléments historiques pour appuyer son raisonnement, et fait référence à une période noire de l’histoire de la Révolution française: la Terreur.

Lorsqu’on ose faire voter à main levée, comme sous la terreur, lors de la révolution de 1792, des lois d’exceptions pour arracher au bulldozer les racines de notre civilisation judéo-chrétienne, il y a violence faite à la démocratie mais aussi à l’âme et au coeur des Français, à leur culture millénaire.

Le vote à main levée auquel il fait référence est celui des sénateurs, qui avait déclenché une polémique pour une loi de cette importance. Chef de file des royalistes de France, et roi potentiel si jamais la France redevenait une monarchie, va encore plus loin :

Nous ne sommes pas homophobes pour la plupart d’entre nous. Mais certains médias , serviteurs zélés du pouvoir, font volontiers l’amalgame opposant leurs certitudes artificielles dans un politiquement correct, avec nos sources vitales et notre croyance en la « royauté de l’homme ». [...]

Chacun a le droit de mener sa vie comme il l’entend et comme cela s’est fait de puis des temps immémoriaux jusqu’à nos jours, sans tambours ni trompettes. Oui, nous respectons le choix de vie de nos amis. C’est leur droit et il faut le protéger. Mais nous ne souhaitons pas que nos principes soient déviés, qu’ils soient totalement et officiellement inversés, condamnés sans référendum.

Et le Comte de Paris de citer Paul Valéry pour justifier sa célèbre phrase « la liberté des uns s’arrête où commence celle des autres ». (…)

Europe 1

Grégory Pons : Pas un ministre français n’a déclaré posséder une montre suisse…

Ce qui suscite une interrogation : pas une seule montre suisse, d’une marque de luxe ou de prestige, n’a été déclarée dans le patrimoine des ministres socialistes français, même les plus riches. Pas même une Rolex, ni la moindre Patek Philippe, ni la plus petite Cartier, ni aucune Chanel pour des gens qui se disaient volontiers collectionneurs avant d’être aux « affaires » (désolé pour ce mot qui fâche).

On pense ici, notamment, à Pierre Moscovici, le ministre de l’Economie, dont on sait qu’il a fini par réaliser son rêve de posséder une Patek Philippe (révélations Business Montres).

Pour ceux qui l’auraient oublié, Richard Mille était aussi la marque préférée du socialiste Julien Dray, rendu célèbre pour ses achats de Patek Philippe en liquide… Hypothèse pour cette désertification radicale des poignets ministériels : les montres de luxe ne sont pas considérées par l’administration socialiste comme des biens mobiliers (comme le pensaient naïvement les assureurs, qui ont dû indemniser Jérôme Cahuzac des 100 000 euros de montres cambriolées à son domicile), mais des… oeuvres d’art, exonérées comme telle de l’impôt sur la fortune et, par extension, de toute déclaration patrimoniale. (…)

Tribune de Genève

Dati demande le retrait d’une BD la mettant en scène

L’ex-Garde des Sceaux va demander mardi à la l’interdiction de la publication d’une bande dessinée, à paraître vendredi, la mettant en scène ainsi que sa fille Zohra, selon une assignation consultée par l’AFP. L’ancienne ministre de la Justice et actuelle députée européenne a assigné, lundi, devant le juge des référés de Versailles (Yvelines) 12Bis, éditeur de la BD «Rachida, au nom des pères». (…)

Le Parisien

« Manif pour tous » : élus UMP et FN marchent d’un même pas. Réaction de Copé (MàJ)

Gilbert Collard, Christine Boutin, Jean-Christophe Fromantin, Hervé Mariton… partagent la même banderole contre le mariage homosexuel. 

Addendum 22 04 : Le président de l’UMP Jean-François Copé a affirmé lundi sur RTL qu’il n’accepterait «aucune collusion» avec l’extrême droite, au lendemain de la manifestation contre le mariage homosexuel qui a vu le député FN Gilbert Collard défiler aux côtés d’élus UMP.

Pour Jean-François Copé, la manifestation nationale contre le mariage homosexuel prévue le 26 mai « sera certainement l’occasion pour beaucoup de Français d’exprimer un mécontentement encore plus global sur l’ensemble de la politique de François Hollande […]. «Le rendez-vous ultime, ce sera les urnes [...], les élections municipales de 2014», a aussi dit Jean-François Copé.

Le Point

Ils défilent ensemble, dans les premiers rangs de la « Manif pour tous ». Des élus de la droite et de l’extrême-droite font front commun contre le mariage des couples homosexuels. « Tous gardiens du code civil », clame leur banderole blanche. Il y a là Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen pour le FN, Christine Boutin et Jean-Frédéric Poisson (Parti chrétien démocrate), Jean-Christophe Fromantin (UDI) ainsi que Patrick Ollier, Hervé Mariton, Patrick Balkany, Jean-François Legaret et Philippe Goujon (UMP). Les députés portent l’écharpe tricolore. Henri Guaino (UMP) est également présent, un peu plus loin.

Frigide Barjot, la porte-parole du collectif « La Manif pour tous », est allée saluer les élus. Elle a notamment fait la bise à Gilbert Collard. (…)

Le nouvel Observateur

Didier Lestrade : Beaucoup de gays et de lesbiennes en ont marre de Caroline Fourest (rediff)

24/02/12

(…) Lechat: Vous affirmez que les gays sont passés à droite. Pouvez-vous fournir des éléments concrets et sérieux pour soutenir votre propos sachant qu’une récente étude tend à démontrer le contraire?

Didier Lestrade: L’étude du Cevipof confirme bien qu’il y a une nette proportion de personnes gays et bis et qui envisagent de voter pour le FN. «En revanche, la tentation de l’extrême droite est aussi forte dans les rangs des personnes affirmant une part d’homosexualité (17% chez les homosexuels, 20% chez les bisexuels) que chez l’ensemble des Français (19,5%): Marine Le Pen recueillant le même nombre de suffrages chez les hétérosexuels (19,5%) que chez les non-hétérosexuels (19%).» Ce qui veut dire que les gays ont envie de voter pour un parti qui n’a rien à leur offrir. Le taux reste élevé.

chris et cyril,turin: Selon vous, pourquoi les gays ont-ils envie de voter pour un parti qui n’offre rien?

DL: Ah. Bonne question. Je donne quelques options dans le livre. Il y a une nouvelle manière du FN de s’adresser aux gays, avec beaucoup moins de complexes. Et c’est assez nouveau pour marquer cet événement d’un livre, non? C’est la première fois que le FN s’adresse aux gays de cette manière et je pense que le FN joue sur la crainte provoquée par la banlieue envers les personnes LGBT. Or je ne crois pas qu’on doit se liguer avec le FN dans ce combat-là. Et je crois que la place du racisme dans notre communauté n’est pas assez combattue. Il ne faut pas oublier que le FN nous TAPE DESSUS. Donc je trouve assez anormal que 20% des gays aient envie de voter pour un parti qui leur tape dessus. Je dis ça, je ne dis rien d’autre.

Nique Drake: Peut-on, selon vous, être athée et anti-religieux sans être islamophobe? Et, si votre réponse est oui, en quoi votre fourestophobie est-elle plus présentable que le racisme que vous prétendez, à juste titre, condamner? Quelle que soit votre réponse je continuerai à lire avec plaisir le militant pédé et le jardinier.

DL: Bien sûr, on peut être athée, anti-religieux sans être islamophobe, HEUREUSEMENT. En revanche, mon affrontement contre Fourest n’est pas une forestophobie, et puis il faudrait se calmer sur le suffixe «phobe» parce que ça commence à devenir un tel cliché. On peut s’affronter et insister sans que ça soit une phobie. Ça va, ça fait plus de 10 ans que Fourest me met hors de moi, on ne m’a pas entendu pendant 10 ans sur ça, je m’occupais du sida.

Mais maintenant je vois son effet néfaste et il y a beaucoup de gays et de lesbiennes qui en ont marre d’elle. Elle s’est fait du fric sur sa réputation, on ne va pas commencer à la plaindre, la pauvre.

Et puis, si elle a quelque chose à me dire, elle peut venir sur un plateau-télé et on s’explique. (…)

Yagg

 

« La communauté gay est la même dans sa majorité : raciste, xénophobe » (rediff)

3/05/12

Ryan a fui l’Algérie car il ne pouvait y vivre librement son homosexualité. Arrivé en Europe, puis au Canada, il s’est retrouvé confronté à un autre problème, celui du racisme, et ce même au sein de la communauté LGBT. Très en colère, il raconte son histoire. Ou le sentiment d’être exclu parmis les exclus. (…)

Oui je suis arabe, d’origine algérienne, et j’ai vécu la moitié de ma vie avec l’épée de Damoclès sous la gorge.

Vous allez dire que la loi concernant les gays en Algérie n’est pas appliquée. Oui elle ne l’est pas mais, un grand mais, celle-ci permet à un agent de pénétrer chez moi à tout moment, de m’insulter, de justifier les agressions et viols dont je fus victime. Oui cette loi permet aux agents de se protéger d’une quelconque poursuite, et donne exemple à la population. Vous n’êtes pas sans savoir qu’il est d’adage qu’une lesbienne peut être «guérie» en lui donnant le goût du sexe opposé et ce quelque soit les moyens utilisés, en outre dans notre cas, le viol. (…)

Sachant que là où je me suis rendu, France, Grande Bretagne, Belgique, Canada, la communauté gay est la même dans sa majorité : raciste, xénophobe. (…)

Aujourd’hui je constate que même les LGBT jouent le politiquement correct, car en dénonçant sur la scène internationale la situation de certaines communautés gay dans le monde, ils ne cherchent pas à améliorer leur sort mais jouent à conforter la position de leurs gouvernements consécutifs : aucune action ni répercussion médiatique n’est prise sérieusement par les mouvements LGBT et je peux citer des cas en France en Angleterre ou d’autres encore où les représentants ont tout simplement refusé de prendre position.

En résumé les mouvements LGBT ont été créés par et pour les communautés gays et lesbiennes européennes et nord-américaines (…)

Têtu

Manif pour tous : Manuel Valls évoque Vichy, la manif lui répond « point Godwin »

Venu assister au départ de la manifestation contre le mariage homosexuel ce dimanche 21 avril, à Paris, Manuel Valls a assuré devant les caméras que certains des opposants à cette loi faisaient « référence à l’idéologie de Vichy ». Les organisateurs de la manifestation se sont immédiatement fendus d’un communiqué dénonçant, en substance, un amalgame, une forme de point godwin (qui désigne aujourd’hui une tendance à introduire des références à Hitler et au nazisme dans un débat qui n’a rien à voir). (…)

Europe 1

Ils croyaient en François Hollande… et ils ont voté FN! (MàJ vidéo)

———————–

Dans l’Oise, lors de la récente législative partielle, de nombreux électeurs de gauche ont choisi l’extrême droite. Rencontre avec des déçus qui sont devenus des révoltés.  (…)

Le cas de Pierre n’est pas un cas isolé. Dans le canton de Grandvilliers où il a grandi et où il vit, Florence Italiani, la candidate FN, a recueilli 58% des suffrages. Dans certaines communes, elle a flirté avec les 70%!

Le maire UMP du petit bourg de Grandvilliers, Jacques Larcher, soupire: « Dans le bureau de vote n°2, elle a obtenu 202 suffrages sur 319 exprimés. C’est étonnant car, en général, ces électeurs, qui habitent en partie dans des logements sociaux, votent à gauche. »  (…)

L’Express

Daniel Cohn-Bendit : « La gauche est démoralisée »

Pendant la campagne présidentielle de 2007, Nicolas Sarkozy avait lancé une violente charge contre l’héritage de Mai 68, accusant ce mouvement « d’avoir imposé le relativisme intellectuel et moral, introduit le cynisme dans la société, abaissé le niveau moral de la politique« . Six ans plus tard, la droite est à l’offensive contre le mariage pour tous dans un climat très tendu. Est-elle en train de parvenir à ses fins, de gagner la bataille sur les valeurs, de liquider l’héritage ? Réponse de Daniel Cohn-Bendit, ancien leader du mouvement, aujourd’hui député écologiste au Parlement européen. (…)

Jean-Pierre Raffarin dénonçait le 17 avril un risque de « chienlit ». Est-on à la veille d’un nouveau Mai 68, ou plutôt d’un contre-Mai 68 ?

Déjà à l’époque, je trouvais ce genre d’expression ridicule. Parler de chienlit n’explique rien. Il y a dans la société française une opposition à l’élargissement du mariage qui se cristallise autour d’un noyau dur conservateur. En marge de ce mouvement, des groupes plus extrémistes essaient de radicaliser le mouvement. Je ne vois pas pourquoi il faudrait agiter tout de suite le fantasme du « printemps français ». N’oublions pas que, dans le passé, la droite a réussi de fortes mobilisations, notamment contre la réforme de l’enseignement privé en 1984. Cela n’empêche pas une majorité de Français de soutenir la réforme.

N’y a-t-il pas un durcissement de la droite ?

Si, et c’est la nouveauté. Il y a un fort durcissement de la droite dure qui est contagieux pour toute la droite. Le phénomène ne touche pas que la France. Aux Etats-Unis, la droite républicaine est prise à la gorge par le Tea Party qui tire les républicains vers un néolibéralisme conservateur anti-étatiste et anti-impôt. Aux Pays-Bas, la radicalisation se fait autour de l’immigration et de l’islam. Au Royaume-Uni, elle se cristallise sur le rejet de l’Europe. En France, elle s’opère autour de la défense de la famille traditionnelle. La droite républicaine est sous pression. Elle est tentée de retrouver une légitimité en durcissant son discours. Cela correspond à une démoralisation de la gauche. (…)

Le Monde

Hollande,Trierweiler et la moralisation : Que Mediapart montre l’exemple !

Bravo le buzz de Mediapart ! Sauf que l’objet du buzz en question, je l’avais publié sur mon blog à l’automne 2012, puis réactualisé et republié depuis presqu’un mois… et pourtant il semble que récemment, nos amis de Mediapart s’en soient largement inspirés sans me citer. (…)

Economie Matin

Le rap, SOS Racisme et le Parti socialiste vus par Cardet

Cela fait des années que certaines stations de radio matraquent du rap pour capter l’auditoire des jeunes des banlieues, mais aussi des jeunes bourgeois qui ont ainsi l’impression de s’encanailler… Tout le monde s’accorde à reconnaître que, sauf de très rares exceptions, le rap a pour effet d’entraîner un appauvrissement du langage, fait l’apologie de la drogue, de la violence, de la prostitution et véhicule des concepts qui contribuent à la haine de la France. (…)

Dans un livre-choc, un jeune essayiste d’origine camerounaise, qui a grandi en banlieue parisienne, dénonce cette effroyable imposture du rap. Pour rédiger cet ouvrage, Cardet est remonté aux origines du rap en France et il a découvert un véritable plan initié par le Parti socialiste, visant à stigmatiser les pauvres entre eux. Ainsi, en empêchant toute cohésion dans la contestation populaire et en divisant les jeunes des banlieues, le PS a déconscientisé les classes populaires afin de masquer son incapacité à résoudre les problèmes économiques.

À cela s’ajoutent les discours de haine contre la France pour diviser la population. Cardet est le premier à pouvoir écrire cela, car il est d’origine africaine et il estime que ce qui empêche toute critique du rap, c’est la peur de passer pour raciste… (…)

Vous expliquez que lorsque le Parti socialiste est arrivé au pouvoir en 1981, il s’est retrouvé dans l’incapacité de gérer la question de l’immigration. Alors que le discours officiel était celui de l’intégration, les dirigeants du PS se doutaient, dès le départ, qu’ils n’y arriveraient pas et ils ont préféré cloisonner ces jeunes dans une sous-culture… C’est terrible comme constat !

Exactement. En 1983, le gouvernement socialiste avait déjà trahi toutes ses promesses. Le prolétariat, voyant les trahisons socialistes, allait évidemment se rebeller contre le pouvoir en place. Face à cela, la seule solution qu’ils ont trouvée consistait à ethniciser les rapports sociaux.

Dans un premier temps, il y a eu SOS Racisme qui a eu pour effet de diviser les quartiers populaires entre eux, les noirs et les Arabes d’un côté, avec un discours victimaire du type : «Tout est de la faute du méchant blanc…» De l’autre, ils ont ostracisé les blancs des quartiers populaires en les traitant de fascistes ou de colonialistes.

Après le deuxième septennat de François Mitterrand, les mêmes qui étaient pour SOS Racisme en 1983 ont voté pour la loi anti voile en 1989. Les gentils beurs sont devenus les méchants barbus… A partir de ce moment, ce qui a pris le relais de SOS Racisme, toujours dans l’objectif d’ethniciser les conflits, c’est le rap. Le rap est devenu le nouvel SOS Racisme, toujours dans l’esprit de diviser pour mieux régner… La récupération totale du vote immigré est passée par le biais du rap. Le rap reprend tout le catéchisme de SOS Racisme sur la repentance, le discours victimaire et la critique totale des corps de métier, notamment la police. Petit à petit, on a assisté à une infiltration de la religion musulmane dans les textes de rap, ce qui me fait dire que le rap a aussi participé à une perversion de la pratique de l’islam. Tout cela a donné un gloubi-boulga idéologique qui a contribué à dépolitiser et à déconscientiser les gens des quartiers populaires. Cela a bénéficié au Parti socialiste, mais aussi aux autres partis car pour le Front National, s’il n’y avait pas eu le rap, il aurait fallu l’inventer ! Le rap regroupe en effet les pires clichés que l’on peut avoir sur les Français issus de l’immigration. Finalement, le rap bénéficie à tout le monde et, au milieu de tout cela, il y a les honnêtes gens, les blancs qui habitent en province et les noirs et les Arabes qui travaillent honnêtement dans les quartiers, qui se trouvent tous pris en otage par cette nouvelle idéologie de l’antiracisme sur disque. Je peux dénoncer cela facilement parce que je suis noir… Je sais, tout le monde pense cela, mais personne n’ose le dénoncer par crainte d’être catalogué comme raciste… (…)

Aux États-Unis, les noirs ont été considérés comme des «sous-hommes» pendant deux siècles, alors qu’en France l’échange avec l’Afrique a été permanent…

Oui, plutôt que de rappeler cela, on nous a divisés. Évidemment, il y a eu la colonisation. Mais les méchants ne sont jamais ceux que l’on croit. La personne qui a prôné la colonisation la plus raciste n’est autre que Jules Ferry, qui estimait qu’il était du devoir des races supérieures d’élever les races inférieures. Ce sont les socialistes qui ont initié cette colonisation et ce sont ces mêmes gens qui ont participé à la division des quartiers populaires, en prétendant ensuite parler au nom de cette communauté.

Il est important de regarder l’histoire. On nous a présenté les Français prolétaires comme des vrais méchants, alors qu’ils n’ont jamais rien demandé, alors que les élites qui sont responsables de cette situation, à l’origine des colonisations les plus horribles en Afrique, sont aujourd’hui responsables de la paupérisation des Français de souche.

Ce sont ces mêmes gens qui prétendent parler aujourd’hui au nom de l’antiracisme. Il faut prendre le temps d’analyser tout cela. Les Français de souche ne sont pas nos ennemis et j’affirme que la France est le pays le moins raciste du monde ! Je ne connais aucun autre pays où les choses se passent de cette manière. Il est temps que les gens des quartiers populaires s’affranchissent de ceux qui prétendent parler en leur nom. (…)

Kernews