Strasbourg (67) : une jeune femme poignardée à mort en pleine rue par une ado de 15 ans. (Màj)

Addendum : L’adolescente de 15 ans, suspectée d’être l’auteur des coups mortels portés à une jeune femme de 19 ans, a été hospitalisée après son interpellation pour recevoir des soins. Elle était blessée à la main. Selon les premiers éléments communiqués, elle n’a pas d’antécédent judiciaire.

(…) DNA

—————————

Une jeune femme de 20 ans a été tuée à l’arme blanche lundi soir dans une rue de Strasbourg (Bas-Rhin). La victime, morte sur place, présentait « de multiples plaies au niveau de la gorge », selon les pompiers. Les faits se sont produits vers 20 heures 30, dans le quartier de la gare. Peu après, la police a interpellé une adolescente d’une quinzaine d’années, soupçonnée du meurtre. Le mobile et les circonstances sont pour l’heure encore indéterminés.

(…) Le Parisien

Valls ira au Vatican pour la canonisation de Jean-Paul II

Le nouveau Premier ministre Manuel Valls se rendra au Vatican le 27 avril pour assister à la double canonisation des papes Jean XXIII et Jean-Paul II, selon une information de l’Opinion.

Le nouveau locataire de Matignon « s’était déjà rendu au Vatican le 21 octobre 2012, pour la canonisation d’un missionnaire jésuite » rappelle le quotidien. Mais à l’époque, il occupait la place Beauvau, en tant que ministre de l’Intérieur… et des cultes.

(…) Lorsque François Fillon avait assisté à la béatification de Jean-Paul II le 1er mai 2011, le Parti socialiste avait jugé cette présence « particulièrement choquante », faisant valoir que la France était une « République indivisible, laïque, démocratique et sociale ».

(…) Le Parisien

Marseille (13) : un homme tué par balles sur l’autoroute A7

Le décompte macabre continue à Marseille. Un homme a été tué par balles ce lundi après-midi sur l’autoroute A7 qui dessert la ville. Selon les premiers éléments, l’homme, dont l’identité n’était pas connue à ce stade, a été pris pour cible par trois ou quatre hommes cagoulés qui ont pris la fuite à bord de leur véhicule. Ils auraient fait usage d’armes de guerre Ils auraient fait usage d’armes de guerre.

(…) « C’est une chance qu’il n’y ait pas eu de victime collatérale », a réagi le délégué zonal du syndicat Alliance, David-Olivier Reverdy. « Peu importe l’heure, les circonstances, le lieu, quand des individus ont décidé de commettre un règlement de comptes, rien ne les arrête », a-t-il souligné.

(…) Le Parisien

« Les zoos reflètent encore un inconscient colonial »

Énorme succès populaire, la réouverture du jardin zoologique de Vincennes témoigne de l’attrait pour les parcs animaliers. Un lieu qui, selon le géographe Jean Estebanez, en dit long sur les relations « humanimales » et sur l’impensé colonial des sociétés occidentales. Entretien.

L’Humanité : Vous parlez des zoos comme d’un « théâtre » de la relation de l’homme à l’animal. Qu’entendez-vous par là ?

Jean Estebanez : Le zoo consiste à construire un discours, ou plutôt un récit, sur ce qu’on estime être la nature sauvage et exotique. On y met en scène, à travers la gestion de l’enfermement et du choix des animaux, une certaine conception culturelle du vivant, avec toutes ses caractéristiques et ses impensés… Ainsi, ce fut ma première surprise lorsque j’ai commencé à travailler sur cette question : il y a une grande stabilité des collections. Quel que soit le lieu du jardin zoologique, vous retrouvez toujours les mêmes animaux charismatiques. Lions, singes ou encore girafes synthétisent à eux seuls l’idée du zoo, que l’on soit au Zimbabwe ou en France. On aurait pu penser, pourtant, que ce type de lieu servirait à rencontrer des animaux qui s’écartent de ceux qu’on a l’habitude de fréquenter dans son contexte culturel. Mais pas du tout : au zoo de Vincennes comme à celui de Niamey, vous trouverez des lions, mais pas de vaches normandes…

Les zoos ne sont donc que la vision exportée de ce que l’Occident considère être l’exotisme…

Jean Estebanez : Exactement. L’exotisme tel qu’il existe est une construction occidentale. Regardez : quand vous parlez de fruits exotiques, ils viennent toujours d’un même endroit, alors que les pommes ne seront pas exotiques, même pour des gens qui habitent le Sénégal… L’exotisme ne relève pas d’un écart avec ce qui est produit localement mais d’un écart avec une norme implicite qui se présente comme ayant valeur d’absolu, en l’occurrence le modèle occidental. Le zoo, avec le choix de ses collections animales ou de ses décors, est un lieu d’impensé politique très fort. L’Afrique y est surreprésentée, ce continent apparaissant, dans le découpage symbolique du monde, comme le lieu du sauvage et de l’exotisme par excellence, en opposition à l’Occident civilisé. (…) Ce n’est pas pour rien, d’ailleurs, que les singes y ont toujours une place de choix…

Lire l’interview dans son intégralité sur le site de L’Humanité

 

Marseille : trois policiers de la BAC blessés dans une course-poursuite

Trois fonctionnaires de police ont été blessés sur l’A55 à hauteur des Pennes-Mirabeau, cette nuit, après une course-poursuite entamée à Marseille, mais un seul d’entre eux est toujours hospitalisé. Il souffre de quatre fractures sur la colonne vertébrale et devrait être opéré rapidement. C’est lui qui conduisait la voiture qui a été percutée vers une heure du matin, par un Renault Scénic signalé volé.

(…) Le véhicule de la Bac s’était donc arrêté à quelques mètres derrière lui. Soudain, le conducteur a violemment accéléré en marché arrière et percuté de plein fouet les policiers. C’est le fonctionnaire au volant qui a subi les plus graves blessures, perdant même connaissance. Son passager a été touché à la cheville et le dernier homme, à l’arrière, a été projeté dans l’habitacle. Il souffre d’un traumatisme facial très sérieux, mais a pu quitter l’hôpital en fin de matinée.

Juste après le choc, le suspect, âgé de 22 ans, est sorti de la voiture, a traversé toutes les voies de l’autoroute, pour tenter de s’enfuir dans la garrigue environnante.

(…) La Provence

Les « touristes » des pays de l’Est sous surveillance en Languedoc-Roussillon ?

Dans un mail, le SRPJ de Montpellier demande aux professionnels de la restauration et de l’hôtellerie du Languedoc-Roussillon de « signaler l’arrivée d’individus originaires d’Europe de l’Est, en groupe ou en famille ». Les policiers se défendent de toute discrimination. Mais la profession s’insurge.

(…) France 3 Languedoc Roussillon

Émotion chez les professionnels de l’hôtellerie et de la restauration du Languedoc-Roussillon. Il y a un mois, tous ont reçu un mail du Service régional de la police judiciaire (SRPJ) de Montpellier leur demandant de garder un oeil sur toutes les personnes issues des pays de l’Est passant dans leur établissement et qui pourraient avoir un comportement suspect.

Dans ce document intitulé «Anticiper les faits de délinquance organisée», la police appelle les hôteliers à lui «signaler l’arrivée dans (vos) établissements d’individus originaires d’Europe de l’Est, en groupe ou en famille», avec si possible le numéro de leurs plaques d’immatriculation, selon France 3 Languedoc-Roussillon qui s’est procurée le texte.

Un procédé qui a mis mal à l’aise les hôteliers, qui y voient une forme de délation. Jacques Mestre, le président régional de l’UMIH (Union des Métiers et des Industries de l’Hôtellerie), pointe du doigt le risque de «discrimination» et de «délit de faciès». [...]

Du côté de la police, on dément toute forme de discrimination. «Nous disposons de mails d’hôtels de Montpellier pour diffuser les signalements de personnes suspectes ou recherchées. Ça fait partie de notre travail d’enquête et ça nous a déjà permis d’interpeller de dangereux malfaiteurs», se défend le SRPJ de Montpellier dans le Midi Libre . Dans le cas présent, la police entend lutter contre la «recrudescence» à Montpellier «de la prostitution organisée par des proxénètes venus de certains pays d’Europe de l’Est, Bulgarie ou Roumanie notamment». Ces réseaux amènent les filles pendant une semaine dans un hôtel, «où elles sont livrées aux clients, avant de les changer de ville. C’est un phénomène de criminalité organisée, contre lequel nous devons lutter», insiste le SRPJ, pour qui les hôteliers savent repérer ce type de clientèle. [...]

Le Figaro

Italie : elle porte les jumeaux d’une autre par erreur

Collision de cigognes. En Italie, une femme porte depuis décembre les jumeaux d’une autre après un malencontreux échange d’embryons dans le cadre d’un processus de fécondation assistée. A Rome, le centre médical à l’origine de la terrible erreur est actuellement sous surveillance et l’activité puériculture y est suspendue. Ce dimanche, le ministère de la Santé a envoyé des inspecteurs à l’hôpital Sandro Pertini afin de faire la lumière sur le cas.

Le 4 décembre dernier, quatre couples ont été traités dans ce centre spécialisé pour une procréation médicalement assistée (PMA) par fécondation in vitro. Trois des femmes sont effectivement tombées enceintes après l’opération. Or, sans que l’on connaisse encore exactement les circonstances, un échange irréparable s’est produit entre au moins deux patientes. Les médecins s’en sont rendu compte au moment de faire des tests sur les jumeaux que portent l’une des mères. Ces derniers ne sont visiblement pas compatibles avec le profil génétique de leurs parents. Mais impossible désormais de revenir en arrière.

Ce cas suscite de nombreux débats en Italie, notamment sur les conséquences juridiques de cette dramatique erreur. Qui sont véritablement les parents de ces jumeaux qui vont bientôt naître ? Lundi, une commission d’enquête se réunira en urgence pour évoquer toutes les questions à régler avant la naissance des petits.

(…) Le parisien

Le caprice immobilier de Fleur Pellerin au Quai d’Orsay

Fleur Pellerin ne goûte pas ses nouveaux bureaux au Quai d’Orsay. Jeudi, à peine nommée, les équipes de la secrétaire d’Etat au Commerce extérieur, au Tourisme et aux Français de l’étranger ont fait part de leur désarroi concernant les locaux qui leur ont été attribués.

Ces derniers se trouvent dans une aile du ministère des Affaires étrangères anciennement occupée par Yamina Benguigui, ex-ministre chargée de la Francophonie. Des bureaux loin de ceux de Laurent Fabius, qui ne conviennent pas, à en croire sa requête, à Fleur Pellerin.

La secrétaire d’Etat a alors fait demander aux services du ministère l’obtention d’un hôtel particulier dans le VIIème arrondissement pour y installer ses équipes.

(…) Le Parisien

Municipales. Pas de vote sanction contre le PS en outre-mer

Dans les départements et collectivités d’outre-mer, le vote sanction contre le gouvernement n’a pas eu lieu. Même si la droite progresse à La Réunion, elle n’arrive toujours pas à gagner de terrain dans les Antilles-Guyane et perd le chef-lieu de Mayotte. « Dans les outre-mer, c’est mieux qu’en métropole pour le PS. Ce soir, il y a un petit rayon de soleil qui brille pour le Parti socialiste », a déclaré dimanche le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, sur Guadeloupe 1ère, avant de regagner l’Hexagone. Globalement, les parlementaires soutenant la majorité de gouvernement ont quasiment tous été élus et deux sénateurs UMP cèdent leur fauteuil de maire à Mayotte et en Nouvelle-Calédonie au profit du PS et de l’UDI.

Hebergeur d'image

Mayotte : le chef-lieu Mamoudzou donne l’avantage à la gauche. (…)

Guadeloupe : les socialistes s’emparent de plusieurs villes. (…)

Martinique : l’ancrage à gauche confirmé. (…)

Guyane : victoire de la gauche à Cayenne. (…)

(…) Le parisien

Elections municipales en direct



Quand les symboles catholiques se retrouvent sur le banc des accusés

L’objet du scandale et de la discorde s’appelle Marie. La Vierge Marie. Outre que l’oxymore ne manque pas de sel, la reine du Ciel est aussi l’objet d’un drôle de paradoxe : elle se retrouve devant la justice des hommes. Sur les bancs du tribunal administratif de Grenoble, au cœur d’une bataille juridique ubuesque qui électrise les 6 266 âmes de Publier, en Haute-Savoie.

La fâcheuse, sise dans un parc de la commune depuis 2011, irrite la conscience des défenseurs de la laïcité. Il s’agit d’une « grave atteinte à la liberté de conscience des citoyens », « ce n’est pas dans les prérogatives d’un maire ou d’un élu de dire qu’un dieu ou une déesse existe ou n’existe pas », argumentent-ils. Un administré porte l’affaire en justice, suivi par une association de militants prônant la libre-pensée. Piqué au vif, le maire (DVG) vend la statue à une association cultuelle. Mais si elle n’est plus propriété du domaine public, la parcelle où elle est édifiée reste communale, elle. Qu’à cela ne tienne, l’élu décide de céder à la même association les 46 m² de terrain concernés. Au lieu de s’apaiser, les esprits s’enflamment. L’État, garant de cette grande valeur foncière, saisit la justice. «La manœuvre est impossible» puisque «le bien est toujours utilisé par le public ou affecté à un service public», juge la préfecture de Haute-Savoie qui se rend devant le tribunal administratif de Grenoble pour s’opposer à la cession de la parcelle. « Pour la vendre, il fallait d’abord qu’elle soit déplacée du domaine public », grince-t-elle.

(…) Le Figaro

Paris : ils foncent sur la police dans une rue de Bastille (vidéo)

Un acte qui aurait pu être lourd de conséquences. Samedi 22 mars, un automobiliste a foncé sur des policiers rue de Lappe, une rue très fréquentée près de Bastille (Paris, XIe). Deux fonctionnaires de police ont été légèrement blessés (de trois à cinq jours d’ITT, incapacité temporaire de travail).

Devant le refus d’obtempérer du conducteur, les policiers ont fait usage de gaz lacrymogène. La voiture, au bord de laquelle se trouvaient trois ou quatre personnes, a multiplié les marches arrière et avant pour s’échapper. Elle a renversé un des policiers et failli percuter plusieurs témoins de la scène.

L’automobiliste est parvenu à prendre la fuite. Il a finalement été arrêté plus tard dans la soirée dans le Val-de-Marne alors qu’il venait de percuter une voiture de la Brigade anti-criminalité. Quatre policiers ont été blessés dans cette colision. Le conducteur et le passager, déjà connus des services de police, ont été interpellés.


Ils foncent sur la police près de Bastille par leparisien

(…) Le Parisien