Christian Estrosi en campagne à Nice : Police, Roms….(vidéo)

« Hey les Blancs, est-ce que le racisme anti-blanc existe ? »

Le concept de « racisme anti-Blanc » est devenu l’un des thèmes favoris des médias et hommes politiques de droite depuis le milieu des années 2000. D’après un sondage mené en 2008 par l’Institut national d’études démographiques (INED), il semblerait qu’une partie de la population de souche européenne vivant en France ait déjà été victime d’une forme de racisme dirigé contre elle en tant que Blanche. Les résultats de ce sondage montraient qu’environ 16% des Blancs interrogés avaient déjà été victimes de « situation raciste », tandis que 23% d’entre eux déclaraient y avoir été « exposés ». En 2012, un nouveau sondage de l’INED rapportait que 18% des Blancs interrogés avaient été « la cible d’insultes, de propos ou d’attitudes racistes ».

Bien qu’on puisse légitimement penser qu’il s’agisse de conneries émanant d’une modeste partie des Blancs interrogés – des victimes, en gros –, l’idée d’un racisme anti-Blancs s’est vite répandue dans la sphère publique via le mouvement d’ultra-droite Jeunesses Identitaires (dès 2003), le Front National, l’UMP avec Jean-François Copé et même quelques hommes politiques de gauche, type Bernard Kouchner. Ces dernières semaines, le Bloc Identitaire ranimait le débat en organisant un grotesque appel à témoins pour dénoncer le racisme anti-Blancs intitulé « Racisme anti-Blancs ordinaire : les mots qui font mal », remettant au goût du jour le ridicule hashtag #racismeordinaire.

On a envoyé nos stagiaires demander à des Blancs si eux aussi avaient subi le joug de l’oppression, la lame tranchante du racisme anti-Blanc.

(…) Vice

 

 

« Aymeric Caron ne supporte plus les idées de Polony et la considère quasiment comme une facho.

On se souvient de l’accrochage qui s’est produit à l’antenne, la semaine dernière dans « On n’est pas couché » entre Natacha Pollony et Aymeric Caron.


Le Parisien revient ce matin sur cet incident et affirme que le malaise est beaucoup plus profond que ce qui a pu apparaitre à l’antenne.
Le Parisien écrit:

« En coulisses, le divorce est consommé.
Si, depuis sa formation en septembre 2012, le tandem n’avait jamais noué, comme ses prédécesseurs Zemmour-Nalleau ou même Polony-Pulvar, une complicité transcendant ses divergences idéologiques, le torchon brûle surtout depuis le début de l’année.
A l’initiative, dit-on, d’Aymeric Caron.
« Il ne supporte plus ses idées et la considère quasiment comme une facho.
Et elle, elle a du mal à se contenir quand il l’attaque », murmure-t-on en coulisses de l’émission.

Une animosité postérieure à la décision, par Natacha Polony, de quitter «ONPC» à la fin de la saison.

JeanMarcMorandini

Jean Zay – Le Drapeau (1924) (MàJ : des associations de militaires choquées)

Le transfert des cendres de Jean Zay au Panthéon choque des associations militaires :

Co-auteur d’une biographie à son sujet, Roger Karoutchi, conseil régional UMP d’Ile-de-France et ancien ministre, s’est réjouit de l’annonce du président Hollande. et cela d’autant qu’il fait partie du comité pour la “panthéonisation” de Jean Zay. “Lui reconnaître une place au Panthéon, c’est lui reconnaître son rôle de grand républicain mais aussi un signe fort par rapport à la façon dont il a été tué”, a-t-il dit, sur France3.

Seulement, le Comité national d’entente, qui fédére une trentaine d’associations d’anciens militaires, de vétérans et de réservistes, dont, excusez du peu, la Saint-Cyrienne, le Souvenir Français, la Société des Membres de la Légion d’Honneur, la Société Nationale des Médaillés Militaires, la Fédération Nationale André Maginot ou encore l’Union Nationale des Combattants, a dénoncé le transfert des cendres de Jean Zay au Panthéon, sur le fronton duquel il est écrit “Aux grands hommes, la Patrie reconnaissante”.

“Les trois premiers sont des résistants et répondent à l’objet de cet hommage, il n’en est pas de même pour Jean Zay. Certes il a été interné avant d’être lâchement assassiné en juin 44 mais tant d’inconnus et de célébrités sont morts les armes à la main ou dans des camps d’extermination, après des faits de résistance, que cela ne fait pas de lui un héros”, est-il écrit dans le communiqué diffusé le 13 mars par le Comité national d’entente, qui estime que ce ministre du Front populaire n’a été qu’une victime parmi d’autres.

opex360.com

———————–

Le poème qui suit a été écrit en 1924 par Jean Zay que François Hollande va faire entrer au Panthéon.

Ils sont quinze cent mille qui sont morts pour cette saloperie-là.
Quinze cent mille dans mon pays, Quinze millions dans tout les pays.
Quinze cent mille morts, mon Dieu !
Quinze cent mille hommes morts pour cette saloperie tricolore…
Quinze cent mille dont chacun avait une mère, une maîtresse,
Des enfants, une maison, une vie un espoir, un cœur…
Qu’est ce que c’est que cette loque pour laquelle ils sont morts ?
Quinze cent mille morts, mon Dieu !
Quinze cent mille morts pour cette saloperie.
Quinze cent mille éventrés, déchiquetés,
Anéantis dans le fumier d’un champ de bataille,
Quinze cent mille qui n’entendront plus JAMAIS,
Que leurs amours ne reverront plus JAMAIS.
Quinze cent mille pourris dans quelques cimetières
Sans planches et sans prières…
Est-ce que vous ne voyez pas comme ils étaient beaux, résolus, heureux
De vivre, comme leurs regards brillaient, comme leurs femmes les aimaient ?
Ils ne sont plus que des pourritures…
Pour cette immonde petite guenille !
Terrible morceau de drap coulé à ta hampe, je te hais férocement,
Oui, je te hais dans l’âme, je te hais pour toutes les misères que tu représentes
Pour le sang frais, le sang humain aux odeurs âpres qui gicle sous tes plis
Je te hais au nom des squelettes… Ils étaient Quinze cent mille
Je te hais pour tous ceux qui te saluent,
Je te hais a cause des peigne-culs, des couillons, des putains,
Qui traînent dans la boue leur chapeau devant ton ombre,
Je hais en toi toute la vieille oppression séculaire, le dieu bestial,
Le défi aux hommes que nous ne savons pas être.
Je hais tes sales couleurs, le rouge de leur sang, le sang bleu que tu voles au ciel,
Le blanc livide de tes remords.

Laisse-moi, ignoble symbole, pleurer tout seul, pleurer à grand coup
Les quinze cent mille jeunes hommes qui sont morts.
Et n’oublie pas, malgré tes généraux, ton fer doré et tes victoires,
Que tu es pour moi de la race vile des torche-culs.

 

« Christiane Taubira «mariée» à un « terroriste » : «l’intox de Marine Le Pen»

Comparez le titre et le contenu de l’article.

____________________________________

Dans une interview accordée jeudi à Lor’Actu, Marine Le Pen récidive et remet en cause la légitimité de Christiane Taubira au sein du gouvernement. La présidente frontiste accuse même la garde des Sceaux de « prendre des cours de terrorisme ».

(…) « Cette ministre de la Justice n’a aucune compétence. Ce n’est pas dans sa formation d’être chargée de la Justice au sein de ce gouvernement », déclare-t-elle à propos de la polémique sur les écoutes de Nicolas Sarkozy. La présidente frontiste en profite pour accuser une nouvelle fois la ministre d’être liée au terrorisme : « Christiane Taubira est contraire à sa fonction républicaine. Elle est mariée à un homme qui a été condamné pour terrorisme. Elle a pris des cours avec lui… « .

Marine Le Pen confond « mari » et « ex-mari »

Mais d’où viennent ces accusations ? L’information sur le passé terroriste du mari de Christiane Taubira a déjà été relayée par de nombreux sites d’extrême droite. Elle s’appuie également sur un entretien accordé par la garde des Sceaux à Paris Match. « Je suis toujours amoureuse de mon mari. Sauf que, dans mon mental, il n’est pas concevable que je revive avec lui », déclarait-elle à l’hebdomadaire.

La ministre évoquait ainsi son passé avec Roland Delannon, ex-leader indépendantiste guyanais avec qui elle a eu quatre enfants. Cet homme a en effet été condamné dans les années 80 à 18 mois de prison (qu’il a purgés à la prison de la Santé à Paris) pour avoir préparé un attentat – qui a échoué – contre une installation pétrolière. Mais, contrairement à ce qu’affirme Marine Le Pen, Roland Delannon, resté vivre en Guyanne, n’est plus marié à Christiane Taubira. Il lui en voudrait d’ailleurs toujours et l’appellerait « Madame Taubira », selon l’Express. Interrogée au Grand Journal de Canal + jeudi, la garde des Sceaux a dit ne « pas avoir de temps à perdre » à porter plainte contre Marine Le Pen. Une chance pour l’élue frontiste qui aurait bien du mal à prouver « ces cours de terrorisme ».

Metronews

L’UMP distribue-t-elle des tracts homophobes en arabe à la sortie de la mosquée de Corbeil-Essonnes ?

 

Philippe Vardon Vs « Imam Estrosi » (vidéo)

Philippe Vardon, chef de file de Nissa Rebela, est interviewé à propos de son dernier livre  » L’imam Estrosi  » dans lequel il attaque la politique du maire de Nice à l’égard des lieux de culte musulmans et ses relations avec l’UOIF.

L’Intrus

Le meilleur documentaire sur le Qatar ?

Nous rediffusons ce documentaire passé inaperçu et pourtant incontournable…. Y participe d’ailleurs Pierre Péan;

Qatar, la puissance et la gloire – 18/02/14

Le Qatar est un cas unique. Grand comme la Corse, il est dirigé par un émir qui se prend pour Napoléon. Mais un Napoléon moderne, qui gagne sa puissance sans invasions ni batailles rangées…

L’entrée du Qatar dans la cour des grands s’est faite soudainement, en 1995. Cette année-là, un jeune homme inconnu renversait son père, un émir discret assis sur les plus grandes réserves de gaz du monde, dont il avait décidé de ne rien faire pour ne pas gêner ses encombrants voisins saoudiens et iraniens.

Partie 1/2 : La puissance et la gloire (1995-2008)

Partie 2/2 : Trahisons et double jeu (2008-2013)

Réalisé par Christophe Bouquet et Clarisse Feletin (2013)