Plein ecran

Jean-Vincent Placé nie les insultes sexistes et racistes avant de s’épancher sur son enfance difficile

11/04

 

L’ancien secrétaire d’Etat Jean-Vincent Placé passera en jugement pour une soirée arrosée qui a mal tourné. Il fait son mea culpa en exclusivité dans Paris Match. (…)

« Une chose est de boire trop, une autre d’être pris pour un pervers et un raciste. Je n’ai jamais insulté cette jeune femme. Elle l’a confirmé lors de la confrontation. Je n’ai jamais proféré d’insultes racistes. Encore moins avec ce videur qui se fait appeler Vladimir et se prétend serbe. Lui m’a mis une gifle, mes lunettes sont tombées, elles se sont cassées en deux. L’outrage aux policiers est à replacer dans ce contexte d’énervement.», se défend l’ancien homme politique, qui a écrit une lettre d’excuses au préfet de police. Il ne pourra cacher quelques sanglots quand il évoquera son enfance difficile quand il est arrivé en France, à l’âge de 7 ans. Aujourd’hui, il veut, dit-il «solder le temps d’avant, présenter (ses) excuses, arrêter de boire.» «Mais après, je veux qu’on me laisse tranquille.», conclut-il.

Facebook: Zuckerberg pense que l'IA pourra distinguer les discours de haine d'ici 5-10 ans mais ne peut définir ce qu'est un discours de haine
Contrôles au faciès: Les jeunes hommes perçus comme noirs ou maghrébins ont 20 fois plus de risque d'être contrôlés

Commentaires

Accueil
Menu
X