Plein ecran

Policiers agressés à Champigny (94) : quatorze personnes interpellées

10/04

Tôt mardi matin, les enquêteurs ont mené une vaste opération policière en Île-de-France. Le fruit de quatre mois d’enquête minutieuse.

Un peu plus de quatre mois après la violente agression dont ont été victimes deux policiers le soir du réveillon du Nouvel an à Champigny-sur-Marne, en Seine-et-Marne, les forces de l’ordre pensent avoir retrouvé les agresseurs. Tôt mardi matin, les enquêteurs ont mené une vaste opération policière dans six départements d’Île-de-France – Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Seine-et-Marne, Val-de-Marne et Yvelines – pour interpeller et placer en garde à vue quatorze suspects potentiels, dont plusieurs mineurs. Le fruit de quatre mois d’une enquête minutieuse menée par les policiers de la sûreté du Val-de-Marne.

Images décortiquées et retravaillées. Les vidéos de l’agression où l’on voit une policière frappée à terre, largement relayées sur les réseaux sociaux et qui avaient suscité l’indignation, ont servi de point de départ aux enquêteurs. Ils ont décortiqué et retravaillé ces images pour isoler des visages d’agresseurs ou des éléments reconnaissables sur leurs vêtements. Ils ont aussi mené un très long travail sur la vidéosurveillance, sur le bornage téléphonique des personnes présentes ce soir-là et ont également épluché les réseaux sociaux, où des messages pouvaient trahir la participation de certains. Une multitude d’indices qui leur ont permis de cibler cette quinzaine de jeunes suspects qu’il a fallu identifier puis localiser. Des perquisitions étaient en cours mardi matin à leur domicile. Les interrogatoires doivent, eux, débuter dans la journée.

Des policiers isolés et tabassés. Appelés sur le site d’une fête illégale dans un hangar qui avait pris une énorme ampleur durant la nuit du 31 décembre, deux policiers, un homme et une femme, avaient été séparés et roués de coups. Les scènes de l’agression avaient largement été partagées sur internet. On y voyait notamment une femme en tenue de police, recroquevillée au sol, et des jeunes qui la frappent à coups de pieds, certains en passant, d’autres en s’acharnant. Ses blessures avaient donné lieu à sept jours d’ITT. Son collègue capitaine, isolé lui aussi durant la rixe, avait été frappé au visage. Le nez cassé, il avait écopé de dix jours d’interruption de travail.

Emmanuel Macron devant les évêques : "Nous savons que les afflux de populations nouvelles plongent la population locale dans l’incertitude, la pousse vers des options politiques extrêmes, déclenche souvent un repli qui tient du réflexe de protection."
Philippe Nemo : « Nous sommes dans un régime socialiste. »

Soutenez Fdesouche

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire




Solution 2 : S'abonner avec paypal


Option A : paiement mensuel



Option B : paiement hedomadaire




Solution 3 : Faire un don par chèque


Chèque à l'ordre d'Esprit de Clocher
Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France



Solution 4 : Faire un don en Bitcoin


Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4



Commentaires

Accueil
Menu
X