Plein ecran

Tentative d’assassinat de la famille Skripal : bataille d’experts russes autour de l’origine du poison (Màj)

21/03

Le scientifique russe Leonid Rink a déclaré à l’agence de presse russe RIA Novosti que la Grande-Bretagne et d’autres pays pouvaient facilement synthétiser Novichok après que l’expert en chimie Vil Mirzayanov a émigré aux États-Unis et a révélé sa formule. « Il est facilement accessible aux professionnels, et il n’y a aucun problème pour la Grande-Bretagne, les États-Unis et d’autres pays développés pour créer de telles armes« , a-t-il dit.

Rink a déclaré que Novichok portait un nom différent lorsqu’il a été conçu en Union soviétique, arguant que les fonctionnaires britanniques avaient utilisé le nom Novichok pour convaincre le public que la Russie était responsable de l’empoisonnement.

La Grande-Bretagne a rejeté les allégations selon lesquelles l’agent neurotoxique pourrait provenir du Royaume-Uni. Dimanche, l’ambassadeur de la Russie auprès de l’UE a laissé entendre que l’agent neurotoxique pourrait provenir de l’installation de recherche sur les armes chimiques de la Grande-Bretagne, Porton Down. Le gouvernement britannique a dit que c’était « absurde« . […]

La Russie a farouchement nié toute implication, affirmant qu’elle n’avait aucun motif de tuer Skripal, qui a été reconnu coupable d’espionnage pour le compte de la Grande-Bretagne, mais libéré lors d’un échange d’espionnage en 2010. Il a déclaré qu’il avait achevé la destruction de ses arsenaux chimiques l’année dernière sous contrôle international. […]

Le porte-parole de Poutine, Dmitry Peskov, a rejeté les demandes de la Grande-Bretagne et de ses alliés pour que la Russie prouve son innocence, en disant que c’est la Grande-Bretagne qui doit fournir des preuves. « Restons sobres et attendons tout d’abord la preuve de la Grande-Bretagne que la Russie est coupable« , a-t-il dit aux journalistes.

Rink a déclaré que la Grande-Bretagne a refusé de fournir un échantillon de l’agent qu’elle a dit avoir été utilisé dans l’empoisonnement parce que les tests révéleraient qu’il ne venait pas de Russie. Il a dit que chaque laboratoire a sa propre « signature » chimique, ce qui permet aux experts de retracer son origine. « Il serait immédiatement clair qu’il n’a pas été « fabriqué » en Russie« , a-t-il déclaré.

La Grande-Bretagne indique que des experts de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques prélèvent des échantillons de l’agent neurotoxique, qui seront testés dans des laboratoires internationaux. […]

Le ministère russe des Affaires étrangères a accusé la Grande-Bretagne et d’autres États membres de l’UE de développer des agents neurotoxiques similaires, et a déclaré que le gouvernement britannique est en train de déclencher une « hystérie médiatique » autour de l’affaire pour détourner l’attention des difficultés à négocier la sortie du pays de l’UE.

« Au lieu de coopérer avec nous…. ils nous traînent tout simplement de la boue« , a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Sergei Ryabkov. « Un grand pays qui est tombé si bas ne cause que de la pitié. » […]

L’armée et la police britanniques continuent de chercher des indices autour de Salisbury afin de comprendre ce qui s’est passé. Des experts internationaux en armes chimiques doivent prélever des échantillons de l’agent neurotoxique.

Les enquêteurs de la police britannique disent qu’il faudra peut-être des mois pour boucler l’enquête. L’accent est mis sur les déplacements des Skripals dans les heures qui ont précédé leur découverte, inconscients, sur un banc dans la ville, à 145 kilomètres au sud-ouest de Londres. Un policier qui leur a porté secours est toujours dans un état grave.

« Cela va être frustrant pour les gens« , a déclaré Neil Basu, chef du contre-terrorisme à la police métropolitaine. « Ça va prendre des semaines, voire des mois pour faire ça. »

ABC News


D’après Vil Mirzaïanov, un chimiste russe qui avait participé à l’élaboration en secret du poison Novitchok, seul le gouvernement russe peut avoir mené l’empoisonnement de la famille Skripal.

Le chimiste Mirzaïanov n’a aucun doute sur la responsabilité du gouvernement russe, car il maintenait un contrôle étroit sur le stock du poison Novitchok et parce qu’il est trop élaboré pour qu’un élément non étatique ait pu s’en doter.

Vidéo ABC (traduction FDS, activez les sous-titres)

Vil Mirzaïanov (wikipédia anglophone)

Mayotte : la crise empire
Manon Quérouil-Bruneel : « Aujourd'hui les jeunes de 20 ans veulent profiter de l'expérience et de l'argent qu'ils ont trouvés ici pour le faire fructifier au 'bled' »

Soutenez Fdesouche

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire




Solution 2 : S'abonner avec paypal


Option A : paiement mensuel



Option B : paiement hedomadaire




Solution 3 : Faire un don par chèque


Chèque à l'ordre d'Esprit de Clocher
Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France



Solution 4 : Faire un don en Bitcoin


Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4



Commentaires

Les commentaires n'engagent que leurs auteurs.

Accueil
Menu
X