Plein ecran

Gilles-William Goldnadel sur l’Affaire Telford : «Le racisme anti-blanc impose l’omerta médiatique»

19/03

Gilles-William Goldnadel évoque le racisme anti-blanc, dont très peu de médias ou d’associations osent parler. Selon l’avocat, c’est ce tabou qui explique le silence médiatique autour du scandale d’abus sexuels révélé à Telford.

Le racisme antiblanc est le trou le plus noir de l’information comme de la réflexion. Si vous aimez la tranquillité, évitez donc de le nommer. Ou utilisez si possible une circonlocution. Essayez plutôt «détestation anti-occidentale».

Vous éviterez ainsi le chromatisme gênant. On peut parler des noirs, davantage encore du racisme qui les frappe. Mais évoquer le blanc, sauf de manière négative, voilà qui est gênant. Et très inélégant. En parler le moins possible. J’ai connu une époque, pas très lointaine, où les organisations antiracistes autoproclamées contestaient l’existence même de l’aversion du blanc. Lorsqu’on la leur mettait juste dessous leurs yeux, elles la reconnaissaient du bout des lèvres pincées en alléguant le fait que seules des organisations «d’extrême droite» se souciaient de cette question très secondaire. Bref, une pirouette assez primaire. De nos jours, lorsque le temps est clair, certaines condescendent toutefois à se saisir de cas emblématiques, pourvu que le traitement soit discret et homéopathique.

L’actualité récente me permet, à travers deux exemples, l’un en creux, l’autre en plein, de faire sonder du doigt le trou noir maudit.

Prenez Mayotte. On a tout dit sur les dernières manifestations d’exaspération de la colère populaire des Mahorais à propos de l’immigration massive et invasive.

On a dit que cette colère était légitime. On a dit que cette immigration était insupportable pour la population autochtone. On a reconnu sans barguigner le lien entre immigration excessive, illégale et criminalité. On a convenu également qu’elle était facteur de misère sociale, médicale et d’appauvrissement. On a accepté sans pousser de hauts cris de questionner la légitimité du droit du sol. On a reconnu qu’il existait effectivement «des Français de papier» qui avaient indûment instrumentalisé le droit du sol français pour devenir nos concitoyens pour de pures questions d’opportunité financière. On a tout dit, sauf que les Mahorais qui se plaignaient légitimement mais parfois violemment seraient des racistes, des xénophobes ou des populistes extrémistes.

(…)

Mais il y a peut-être encore pire: l’incroyable omerta qui couvre pour l’heure en France les crimes sexuels autour des filles blanches ayant été découverts dans la commune anglaise de Telford.

Près de mille jeunes filles ont fait l’objet de viols collectifs et de trafic de proxénétisme violent de la part d’hommes issus principalement de la communauté pakistanaise. L’affaire connue depuis plusieurs mois, vient de prendre désormais une dimension extravagante et met en cause la police et les médias.

À l’époque de «Balance ton porc», où les violences faites aux femmes font l’objet d’une attention obsessionnelle permanente, le silence qui entoure ce drame immonde prend un tour invraisemblablement obscène et scandaleux.

(…)

«La journaliste Johanna Williams du magazine Spiked, s’émeut que ce qui semble être le pire scandale d’abus sexuels sur des enfants de Grande-Bretagne ait reçu relativement peu de couverture et ne fasse pas la une de journaux tels que le Guardian ou le Times, alors que depuis plusieurs mois, le harcèlement des femmes est dénoncé comme par exemple par le mouvement Me Too dont elle dénonce l’hypocrisie et le silence assourdissant».

(…)

«Comme dans les autres affaires similaires, les auteurs étaient très majoritairement d’origine pakistanaise et bangladaise et de religion musulmane. Par crainte d’être considérées comme racistes, les autorités ont longtemps refusé d’enquêter» (Steve Bird The Télégraph du 9 décembre 2017).

Pendant ce temps, les pseudo-antiracistes hystériques et les néo-féministes frénétiques à moralisme chromatiquement variable restent calmes.

La souffrance, quand elle est blanche, demeure une zone noire interdite de visite.

Article intégral (Le Figaro)

Nouveau plan antiraciste : des délinquants condamnés à des travaux d’intérêt général pourraient être affectées à des tâches de modération et de signalement de propos haineux
Lutte contre le racisme et l’antisémitisme : «Un grand plan national de formation dans les trois fonctions publiques»

Soutenir Fdesouche

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire




Solution 2 : S'abonner avec paypal


Option A : paiement mensuel



Option B : paiement hedomadaire




Solution 3 : Faire un don par chèque


Chèque à l'ordre d'Esprit de Clocher
Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France



Solution 4 : Faire un don en Bitcoin


Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4



Commentaires

Accueil
Menu
X