Plein ecran

Israël : des employés consulaires français arrêtés pour trafic d’armes depuis Gaza (MàJ : plus d’infos sur l’accusé)

19/03

19/03/18

Deux employés du consulat français à Jérusalem-Est – un chauffeur et son garde de sécurité – ont été arrêtés par les autorités israéliennes le mois dernier pour avoir utilisé un véhicule avec des plaques diplomatiques pour transporter des armes du Hamas à Gaza en Cisjordanie, a annoncé lundi le Shin Bet. .
Le chauffeur du consulat, Romain Franck, ressortissant français, est soupçonné d’avoir utilisé son véhicule diplomatique pour transporter quelque 70 armes de poing et deux fusils d’assaut.
Un garde palestinien employé par les autorités françaises, un résident de Jérusalem-Est, a également été arrêté dans l’affaire, ainsi que plusieurs Palestiniens de la bande de Gaza qui séjournaient illégalement en Cisjordanie.
Franck faisait partie d’un réseau palestinien dans la bande de Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, qui avait fait passer clandestinement des armes de Gaza vers la Cisjordanie en passant par le poste frontalier d’Erez.

Le conducteur français a passé plusieurs fois les bras en contrebande au cours des derniers mois, tout en profitant de son véhicule diplomatique, qui était soumis à des contrôles de sécurité moins stricts au passage à niveau.
Franck a reçu les armes d’un habitant palestinien de Gaza qui travaille pour le « centre culturel français » dans la bande. Franck a alors pris les armes à un Palestinien en Cisjordanie, qui à son tour les a vendus à des marchands d’armes.
L’enquête a conclu que Franck avait un motif financier et agissait de son propre gré et à l’insu de ses supérieurs. L’enquête a également révélé que plusieurs des Palestiniens arrêtés dans cette affaire étaient également impliqués dans le trafic d’argent de Gaza vers la Cisjordanie.
L’enquête a été menée en coordination avec le ministère israélien des Affaires étrangères et en gardant les autorités françaises constamment à jour.

Au total, neuf suspects ont été arrêtés dans l’affaire jusqu’à présent. Des actes d’accusation seront déposés contre six d’entre eux lundi.
L’ambassade de France en Israël a déclaré lundi qu’elle coopérait avec Israël dans le cadre de l’enquête. « Nous prenons très au sérieux cette affaire … et nous travaillons en étroite collaboration avec les autorités israéliennes à ce sujet », a déclaré un porte-parole de l’ambassade, qui a refusé de commenter davantage les allégations contre le membre du personnel, un citoyen français.
Selon sa page Facebook, Franck, originaire de Lambersart dans le nord de la France, est arrivé à Jérusalem en janvier 2017. « C’est le grand jour, début d’une nouvelle aventure .. Merci pour tout ce qui m’a accompagné et soutenu dans cette nouvelle expérience qui commence!  » il a écrit à l’époque.

Plus tard, il a posté de nombreuses photos de la région, notamment de Petra et Aqaba en Jordanie, de l’Autorité palestinienne et de la vallée du Jourdain.
Un responsable israélien a qualifié cet incident de « très grave », mais il a précisé que cela n’affecterait pas les liens d’Israël avec la France. « Nous remercions les autorités françaises pour leur coopération », a-t-il déclaré.

Un haut responsable du Shin Bet a dénoncé « l’exploitation cynique de l’immunité et des privilèges accordés aux représentants étrangers en Israël pour faire passer des armes … qui pourraient être utilisées dans des attaques terroristes contre les citoyens israéliens et les forces de sécurité ».
Le Coordonnateur des activités gouvernementales dans les territoires, le général de division Yoav Mordechai, a également critiqué « l’exploitation cynique et incessante de l’aide humanitaire et de l’aide internationale par l’infrastructure terroriste ».
« Cet événement ne fait que clarifier la nécessité d’une politique stricte d’octroi de permis (d’entrée) », a-t-il poursuivi. « Les organismes internationaux sont tenus d’effectuer des inspections internes pour s’assurer que l’aide va aux habitants de Gaza et non à la terreur. »

Le député français Meyer Habib, qui représente les ressortissants français vivant en Israël, en Cisjordanie et à Gaza, a déclaré: « Malheureusement, ce n’est pas la première affaire problématique à laquelle le Consulat de France à Jérusalem a participé. Malheureusement, le consulat est devenu l’ambassade de France auprès de l’Autorité palestinienne.  »
Ynetnews


18/03/18

Un chauffeur et un gardien du consulat général de France à Jérusalem seront présentés lundi à la justice pour avoir utilisé un véhicule diplomatique pour transférer des armes depuis le territoire tenu par le Hamas vers la Cisjordanie.

Au moins deux membres du personnel du Consulat général de France à Jérusalem ont été arrêtés le mois dernier par les autorités israéliennes pour avoir, selon nos informations, utilisé un véhicule diplomatique afin faire passer un chargement d’armes depuis Gaza vers la Cisjordanie.

Un chauffeur du consulat, ressortissant français, qui s’était ainsi prévalu de son passeport de service pour se soustraire aux fouilles du côté israélien au passage d’Erez, point de sortie de bande de Gaza vers Israël, sera ainsi présenté demain, lundi 19 mars, devant le tribunal de Beersheva, dans le sud du pays, pour décider de son maintien en détention.

Un gardien palestinien, employé par la représentation française et soupçonné d’être lié au même trafic, avait également été arrêté le 19 février dernier.

L’affaire est d’autant plus sensible que le Hamas qui contrôle la bande côtière palestinienne est considéré par la France comme une organisation terroriste. Les autorités judiciaires de l’Etat hébreu ont imposé un strict embargo à la presse sur les développements de l’enquête qui serait liée à la saisie, la semaine dernière, d’un stock d’armes à Jérusalem-est, conduisant à l’arrestation de plusieurs Palestiniens et Israéliens.

L’Obs

Merci à Dobsky

Bretagne: Peuplée d’irréductibles menhirs et dolmens, la région veut mettre en avant ses mégalithes
Edouard Philippe dévoile un nouveau plan antiraciste, qui se veut "plus efficace" contre la cyberhaine

Soutenez Fdesouche

Solution 1 : Faire un don avec paypal ou carte bancaire




Solution 2 : S'abonner avec paypal


Option A : paiement mensuel



Option B : paiement hedomadaire




Solution 3 : Faire un don par chèque


Chèque à l'ordre d'Esprit de Clocher
Esprit de Clocher 64, rue Anatole France 92300 Levallois-Perret France



Solution 4 : Faire un don en Bitcoin


Adresse bitcoin : 1KyyRyYGMMfxYi6qCGkFARQ1TcqcrumoC4



Commentaires

Accueil
Menu
X