Plein ecran

Essonne (91) : la ville d’Athis-Mons condamnée à scolariser 28 enfants migrants syriens (MàJ : la mairie contre-attaque et refuse de les scolariser)

26/03

(26/03)

La mairie a annoncé lundi qu’elle ne se conformerait pas pour l’heure au jugement du tribunal administratif de Versailles, qui avait donné jusqu’à fin mars à la commune pour procéder à l’inscription d’une cinquantaine d’enfants.

Le Figaro


(16/03)

Le tribunal administratif (TA) de Versailles a tranché. Dans un jugement rendu ce jeudi, la juridiction a enjoint la commune d’Athis-Mons (Essonne) de scolariser 28 enfants de réfugiés syriens installés depuis plusieurs mois à la Cité de l’Air. La ville dispose de 15 jours pour se plier à cette décision à compter de la notification du jugement.

Le tribunal avait été saisi par les associations Droit au Logement (DAL), AJAR (Association juvisienne pour l’accueil des demandeurs d’asile et des réfugiés) et le Réseau éducation sans frontières , suite aux multiples refus de la maire Christine Rodier (LR) d’ouvrir les portes de ses écoles maternelles et élémentaires à ces enfants.

« Nous regrettons qu’il ait fallu entamer la bataille sur le terrain juridique pour obtenir une telle décision, commente Marie-Renée Couty, présidente de l’AJAR. Il y a longtemps que nous nous battons aux côtés d’autres personnes pour obtenir cette scolarisation. En août 2017, la sous-préfète de Palaiseau avait ainsi demandé en vain à la maire d’Athis-Mons d’intégrer ces enfants dans ses écoles. La ville dispose de quinze jours pour s’exécuter et j’espère sincèrement qu’elle le fera. » […]

Le Parisien

Merci à yabonlaseku

Montmorency (95) : des habitants mobilisés pour les sangliers
Témoignage de "Myriam", violenté par son ex-compagnon, un joueur de foot professionnel encore en activité

Commentaires

Accueil
Menu
X