Plein ecran

Mayotte : 192 clandestins « éloignés du territoire » en 2 jours, d’autres demandent à être reconduits à la frontière par peur des violences

Mar
2018

A Mayotte, « 192 personnes » en situation irrégulière « ont été éloignées du territoire » en deux jours au cours d’opérations menées par les forces de l’ordre, a annoncé la préfecture, trois jours après les annonces du gouvernement contre l’immigration clandestine.

« Conformément aux engagements pris par l’État, plusieurs opérations d’ampleur ont été menées par les forces de sécurité intérieure au cours des dernières 48h« , explique la préfecture dans un communiqué, indiquant que 103 personnes ont été interpellées hier, et 53 aujourd’hui, lors d’opérations de lutte contre l’immigration clandestine.

Par ailleurs, « d’importantes opérations de sécurisation » ont été menées durant les deux jours à M’Tsapéré, où des troubles avaient éclaté mardi soir, lors de la négociation entre la ministre et l’intersyndicale qui mène le mouvement de contestation populaire depuis près de quatre semaines. « Neuf interpellations ont eu lieu, et cinq individus ont été déférés« , ajoute le communiqué. « Ces opérations, dont l’efficacité dépend de la capacité des forces de l’ordre à circuler sur le territoire, sont appelées à se poursuivre et s’amplifier dans les jours à venir« , insiste la préfecture.

Par ailleurs, une vingtaine d’étrangers en situation irrégulière se sont spontanément rendus aux forces de l’ordre jeudi à Mtsamboro (Nord de l’île), a déclaré vendredi la gendarmerie à l’AFP, en raison d’un climat communautaire tendu dans l’ile. Ils étaient une vingtaine dans ce cas de figure jeudi, hommes, femmes et enfants. D’autres Comoriens auraient demandé à être reconduits à la frontière vendredi. Selon une source proche du dossier, ils étaient une cinquantaine à la mi-journée. « Vu la situation, ils préfèrent partir (…) Ils ont peur de la violence« , indique la gendarmerie de Mayotte qui a précisé que ces individus auraient subi des menaces de la part de villageois.

L’intersyndicale à l’origine du mouvement contre l’insécurité qui paralyse l’île depuis le 20 février a déclaré ne pas « cautionner ces dérives » et se « dissocier » de ces exactions. Mayotte subit une forte pression migratoire des îles voisines des Comores, dont la plus proche est à 70 km de ses côtes. Chaque année, ce sont quelque 20.000 personnes qui sont reconduites à la frontière.

Le Figaro

Loi anti-circoncision en Islande : deux organisations chrétiennes solidaires des musulmans et juifs
Olivet (45) : ravitaillement des migrants, la solution des repas gratuits chez Flunch ?

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu