Plein ecran

L’Australie prête à accueillir des fermiers blancs persécutés en Afrique du Sud, « ils ont besoin de l’aide d’un pays civilisé » déclare le ministre de l’Immigration (MàJ: rétractation)

02/04

02/04/2018

Le gouvernement de Pretoria a « salué » lundi la décision de l’Australie de « retirer » les propos de son ministre de l’Intérieur qui avait suscité une vive polémique en affirmant que les agriculteurs sud-africains blancs étaient « persécutés ».

Mi-mars, Peter Dutton avait déclaré que les fermiers blancs sud-africains devaient fuir les « conditions atroces » provoquées par les violences criminelles et la politique de redistribution des terres de Pretoria pour gagner « un pays civilisé ». Il avait proposé de faciliter la délivrance de visas pour cette catégorie de population. Le gouvernement sud-africain avait jugé ces propos « offensants » et convoqué immédiatement l’ambassadeur australien pour exiger « le retrait des commentaires » de Peter Dutton. Pretoria vient d’obtenir gain de cause.

Dans un communiqué lundi, la chef de la diplomatie sud-africaine, Lindiwe Sisulu, « a salué le fait que le Premier ministre australien, Malcolm Turnbull, et la ministre des Affaires étrangères, Jullie Bishop, aient retiré les commentaires du ministre de l’Intérieur, Peter Dutton, sur le processus de redistribution des terres en Afrique du Sud ». « Nous avons reçu une lettre du ministère australien des Affaires étrangères » expliquant que les propos de Peter Dutton « ne reflétaient pas la position du gouvernement australien », a expliqué lundi le porte-parole du ministère sud-africain des Affaires étrangères, Ndivhuwo Mabaya.

500.000 Sud-Africains blancs sont partis depuis 30 ans

Lindiwe Sisulu a de nouveau assuré lundi que « personne n’était persécuté en Afrique du Sud ». « L’Afrique du Sud est un pays de droit, et via un processus constitutionnel, parviendra à des solutions pour redistribuer la terre (…) sans violer les droits de quiconque », a assuré la ministre.

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa compte « accélérer » la réforme agraire destinée à redistribuer des terres de la minorité blanche au profit de la majorité noire pour « corriger les injustices » passées.

L’écrasante majorité des fermes (72%) appartient toujours à la minorité blanche (8%), près d’un quart de siècle après la chute officielle du régime raciste. La très délicate question de la réforme agraire inquiète nombre d’agriculteurs blancs qui craignent que l’Afrique du Sud ne suive la voie du Zimbabwe voisin, où la réforme agraire et la saisie brutale des terres ont plongé le pays dans une crise économique sans précédent. Selon des statistiques officielles, jusqu’à 500.000 Sud-Africains blancs ont quitté leur pays ces trente dernières années, et l’Australie est la destination numéro un.


14/03/2018

L’Australie est prête à envisager de délivrer des visas spéciaux à des fermiers sud-africains principalement blancs, en raison des « circonstances horribles » des saisies de terres, de la violence et des meurtre auxquels ils sont confrontés.

Peter Dutton, le ministre australien des Affaires intérieures, a déclaré mercredi au Sydney Daily Telegraph que son département examinait une série de méthodes pour faciliter leur chemin vers l’Australie via des programmes de visas humanitaires ou autres.

« Je pense que ces gens ont besoin d’aide, et ils ont besoin de l’aide d’un pays civilisé comme le nôtre », a déclaré M. Dutton.

Le ministre a dit qu’il était clair que les agriculteurs en question voulaient travailler dur et contribuer à la richesse de pays comme l’Australie.

« Nous voulons que les gens qui viennent chez nous respectent nos lois, s’intègrent dans notre société, travaillent dur. Nous ne voulons pas d’immigrés vivant uniquement d’aides sociales », a-t-il dit.

« Et je pense que ces fermiers méritent une attention particulière »

Sydney Herald

Allemagne : Pour le président CDU du Bundestag, il y a les musulmans et "le reste de la population"
Présidence de Radio-France: les dés sont-ils jetés ?

Commentaires

Accueil
Menu
X