Plein ecran

Canada: un professeur d’université critiqué pour sa conférence « It’s OK to be (against) white(ness) »

13/03

Quelques mois après que des affiches portant l’inscription « It’s OK to be white » ont été placardées sur le campus de l’Université de Regina, un professeur adjoint de l’établissement est critiqué pour la conférence qu’il donnera lundi soir à l’Université Trent, en Ontario, intitulée « It’s OK to be (against) white(ness) ».

Plusieurs étudiants de l’Université Trent estiment que le titre de la conférence incite à la haine contre les Blancs.

Le professeur adjoint à la faculté de l’Éducation de l’Université de Regina Mike Cappello affirme que sa conférence vise à encourager la discussion autour des questions comme les privilèges et les inégalités raciales et non pas à dénoncer le fait d’être Blanc.

M. Cappello dit avoir reçu des douzaines de courriels à caractère haineux ainsi que des appels injurieux et menaçants. L’une des personnes lui aurait même dit : « Je sais où vous habitez. »

« Ces personnes refusent de prendre part à une discussion sur le sujet, convaincues que la conférence s’inscrit dans un mouvement « anti-Blancs ». »
Mike Cappello, professeur adjoint à l’Université de Regina

La commissaire aux normes éthiques de l’Association étudiante centrale de l’Université Trent (TCSA), Lindsay Yates, a déclaré par courriel : « Cet événement ne discute pas de problèmes liés aux Blancs. Il discute de l’appartenance à la race blanche en tant qu’idée. C’est l’ensemble des privilèges auxquels nous, qui nous présentons comme Blancs, avons accès. »

« L’objectif de cette conférence est d’amener les étudiants à penser au privilège et à la façon dont il contribue à l’injustice raciale. »
Lindsay Yates, commissaire aux normes éthiques du TCSA

Lindsay Yates a reconnu être submergée par les réponses négatives du public à l’approche de la conférence, que plusieurs qualifient de « raciste et offensante ».

La commissaire aux normes éthiques du TCSA a indiqué que des policiers seraient présents durant la conférence.

Radio-Canada

Volkswagen avait licencié Samir B., un islamiste suspecté de terrorisme. Des juges allemands ordonnent sa réintégration.
"Le plus grand scandale de viols collectifs sur mineurs de l'histoire du Royaume-Uni" : les autorités ont-elles fermé les yeux ? l'ouverture d'une enquête indépendante demandée

Commentaires

Accueil
Menu
X