Plein ecran

Gelos (64) : la tradition d’accueil du sud-ouest profite aux migrants

J-4
Deux Soudanais et un Afghan en plein cœur du Béarn (Pyrénées-Atlantiques). Arrivés au terme de leur exil, interminable et périlleux, ils ont enfin en poche le statut de réfugiés et un titre de séjour de dix ans. Leur nouvelle famille, ce sont les Machu. Ce couple d’enseignants à la retraite les accompagne depuis maintenant plus d’un an, depuis leur arrivée dans les environs de Pau. Cours de français, aides dans les déplacements, visites de la région : dans toutes leurs démarches, ils sont avec eux.

Elles sont loin, les montagnes d’Afghanistan. Aimal a, lui aussi, un statut de réfugié, et beaucoup de gratitude pour les bénévoles qui ont changé son destin. Ces réfugiés vivent aujourd’hui en colocation dans des appartements de l’agglomération de Pau. Et leurs anges gardiens ne sont jamais loin, comme ces retraités, les Campgrandessus, qui veillent sur des Soudanais et des Afghans. Les aider à poursuivre leurs études, à trouver du travail : c’est la dernière marche avant l’autonomie. Le centre de Béterette, à Gelos, dans la banlieue de Pau : c’est là qu’en octobre 2016 sont arrivés de la jungle de Calais 40 migrants, désormais réfugiés pour la plupart. C’est là aussi que s’est constitué le réseau d’une cinquantaine de bénévoles. Aujourd’hui, le centre est officiellement fermé, mais d’autres migrants se battent à leur tour pour obtenir l’asile en France et les bénévoles sont toujours là, à leurs côtés.

Beauvais (60) : un homme condamné pour avoir déclaré à la police qu'il allait "faire péter le Super U, Allah Akbar"
Mathieu Bock-Côté : "Les adeptes de la diversité veulent anéantir un monde qu'ils jugent trop blanc, trop masculin, trop occidental"

Commentaires

Accueil
Menu
X