Plein ecran

Vrais migrants, faux homosexuels : La Cour européenne de justice dit non aux « expertises psychologiques » permettant de vérifier la véracité de l’orientation sexuelle

Jan
2018

La Cour européenne de justice a jugé que les États membres ne peuvent soumettre un demandeur d’asile à des tests psychologiques pour vérifier son orientation sexuelle

C’est la décision de la Cour de justice de l’Union européenne qui a établi que cette pratique constitue une ingérence disproportionnée dans la vie privée. L’homosexualité est l’une des raisons pour lesquelles le réfugié craint d’être persécuté dans son pays.

Nous sommes en 2015 quand un citoyen nigérian présente une demande d’asile en Hongrie déclarant être persécuté en raison de son homosexualité. Les autorités hongroises avaient rejeté la demande car l’expertise psychologique préparée pour examiner la personnalité du demandeur d’asile n’avait pas confirmé l’orientation sexuelle déclarée.

Selon les juges de Luxembourg, l’utilisation de l’expertise psychologique, ainsi que de représenter une ingérence dans le respect de la vie privée, il ne faut pas d’évaluer la fiabilité des déclarations du requérant au sujet de son orientation sexuelle et aurait une fiabilité limitée.

Le risque, maintenant, est que l’homosexualité soit également exploitée par des hétérosexuels pour obtenir automatiquement un crime pour la protection internationale.

Il Giornale

Merci à Andy

"Le CUP et Auteuil sont désormais tenus par la racaille" : Le «Kop of Boulogne» appelle à une «démonstration de force» en Coupe de la Ligue et inquiète le PSG
Tranche de vie : Ils forniquent devant tout le monde dans le RER

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu