Plein ecran

« On cache les choses pour ne pas affoler les gens » : pour les gardiens de la prison de Borgo, l’agression contre deux des leurs est un attentat islamiste (MĂ J)

22/01

21/01/2018


20/01/2018

Le syndicat FO pĂ©nitentiaire contredit la version officielle: l’attaque au couteau commise vendredi par un dĂ©tenu contre deux surveillants revĂȘt un caractĂšre terroriste. L’agresseur aurait criĂ© « Allah Akbar ».

En une semaine, les agressions de dĂ©tenus contre des surveillants se sont multipliĂ©es dans les prisons de France. Sans pour autant que les motivations et les profils des auteurs se ressemblent. A Vendin-le-Vieil (Pas-de-Calais), la justice a estimĂ© qu’il s’agissait d’un acte terroriste, commis par un dĂ©tenu armĂ© et dĂ©jĂ  condamnĂ© pour terrorisme. A Mont-de-Marsan (Landes) et Tarascon (Bouches-du-RhĂŽne), Ă  l’inverse, les agressions ont Ă©tĂ© qualifiĂ©es d’infractions de droit commun: les auteurs Ă©taient « seulement » suivis pour radicalisation, ils ont agi Ă  mains nus et ils cherchaient Ă  obtenir un transfert vers un autre centre de dĂ©tention.

L’attaque vendredi Ă  la prison de Borgo (Haute-Corse) fait beaucoup plus dĂ©bat. ÂgĂ© de 28 ans, Morad A. a agressĂ© au couteau deux gardiens, blessant griĂšvement l’un Ă  la gorge et l’autre plus lĂ©gĂšrement. Cet homme signalĂ© pour radicalisation s’est ensuite retranchĂ© dans une cellule et a Ă©tĂ© interpellĂ© en compagnie de trois autres dĂ©tenus, possiblement des complices. Tous les quatre sont toujours en garde Ă  vue ce samedi.

« On essaye de cacher les choses pour ne pas affoler les gens »

L’enquĂȘte est pour l’heure menĂ©e sous le rĂ©gime du droit commun par le parquet de Bastia. Ce qui irrite le syndicat FO pĂ©nitentiaire qui y voit, au contraire, « un attentat de dĂ©tenu radicalisé », et non une simple « agression ». « Je crois qu’on essaye de cacher les choses pour ne pas affoler les gens mais il faut informer les gens », s’est indignĂ© ce samedi RaphaĂ«l Barallini, son dĂ©lĂ©guĂ© rĂ©gional Ă  Borgo, au micro de France Info. Le syndicaliste s’appuie sur plusieurs Ă©lĂ©ments: l’agresseur aurait criĂ© « Allah Akbar » au moment de se jeter sur les surveillants, aurait nouĂ© autour de ses Ă©paules « un drapeau » et aurait reçu des « embrassades sur le front » de ses complices une fois le forfait accompli. En clair, le syndicat voit une prĂ©mĂ©ditation certaine et un contexte religieux dans cette attaque.

L’Express

Merci Ă  valdorf

Le parti travailliste britannique fait payer plus cher les Blancs que les minorités ethniques pour assister à un meeting
Chùteauroux (36) : un détenu a agressé un surveillant pénitentiaire en criant "Allah Akbar" (MàJ)

Commentaires

Accueil
Menu
X