Plein ecran

Des universitaires publient un dictionnaire du conservatisme

19/01

Entretien de Christophe Boutin de l’Université de Caen et de Frédéric Rouvillois, de Paris-Descartes sur Le Figaro Vox pour la publication du Dictionnaire du conservatisme aux Éditions du Cerf. 

FIGAROVOX. – «Le conservatisme est à la mode», écrivez-vous dans votre introduction. Comment expliquer le renouveau des idées conservatrices, et le succès des essais en librairie ?

CHRISTOPHE BOUTIN / FREDERIC ROUVILLOIS. – Nous faisons effectivement le constat de la multiplication, dans les deux dernières années, d’ouvrages traitant du conservatisme, ou mettant en valeur des thématiques conservatrices. Mais le terme de «mode» est peut-être ambigu, en ce qu’il évoque quelque chose de manipulé, de secondaire et de passager. Or notre hypothèse est que ce retour du conservatisme, dont nous constatons la vigueur, correspond à une demande profonde des populations concernées, porte sur des valeurs et des éléments essentiels de leurs sociétés, et qu’il est donc certainement destiné à s’ancrer dans la durée.

Notre hypothèse est que ce retour du conservatisme, dont nous constatons la vigueur, correspond à une demande profonde des populations concernées, porte sur des valeurs et des éléments essentiels de leurs sociétés, et qu’il est donc certainement destiné à s’ancrer dans la durée.

Derrière la diversité que peut recouvrir le terme de conservatisme, une diversité que notre Dictionnaire entend d’ailleurs traduire, on voit en effet se dessiner des lignes de force qui sont autant de réponses à des inquiétudes très profondément et largement ressenties. Tant que ces dernières persisteront, c’est-à-dire, tant que le problème de l’insécurité culturelle et identitaire ne sera pas résolu, il y aura une demande de réaffirmation d’un socle conservateur.

Emmanuel Macron a installé pendant la présidentielle l’idée d’un nouveau clivage entre conservateurs et progressistes. Ce clivage vous paraît-il plus pertinent que le clivage gauche/droite?

Rappelons le contexte: Emmanuel Macron fait cette distinction dans le but de créer un vaste parti centriste qui évacuerait sur ses extrêmes droite et gauche des partis ou des groupes stigmatisés par le soi-disant «repli», repli sur une identité fantasmée à droite, repli sur des privilèges dépassés à gauche, tous incapables de déceler dans la marche en avant mondialiste l’unique futur sérieux de l’humanité. Mais cette manœuvre politicienne, dont nul ne niera l’efficacité spectaculaire, n’a que peu de réalité au regard de l’histoire des idées. L’extrême-gauche a en effet toujours communié dans le culte du Progrès, et ce n’est pas sa crispation sur quelques privilèges exorbitants accordés à son ultime potentiel électoral, les fonctionnaires et assimilés, qui la métamorphose miraculeusement en force conservatrice.

En ce sens, le clivage gauche/droite perdure bien derrière la distinction conservateurs/progressistes, avec simplement une gauche qui retrouve une part d’elle-même qui s’était égarée à droite, c’est-à-dire un centre libéral et libertaire. Ce dernier, qui avait été décalé à droite par l’apparition de mouvements collectivistes à gauche, s’était imposé dans une alliance contre-nature avec la droite conservatrice dans des «rassemblements» supposés permettre une bipolarisation, mais qui ont en fait conduit à un terrible appauvrissement idéologique. Il retourne maintenant à sa vraie famille. D’où l’urgence, par contrecoup, d’une redéfinition du conservatisme.

Y a-t-il une unité de la doctrine conservatrice ? ou bien le conservatisme est-il plutôt un tempérament qu’une doctrine ?

Parler de doctrine est toujours délicat: on attend un corpus intangible bannissant toute voix dissidente. Or, la diversité de notre Dictionnaire le montre, dans ses collaborateurs comme dans ses entrées, on peut être un conservateur plus ou moins traditionnaliste ou plus ou moins libéral. Pour autant, cette diversité n’est pas un éclatement, car sur bien des points tous se retrouvent spontanément. Ce qui renvoie à la seconde partie de votre question: que serait une doctrine sans un tempérament? Les choix politiques relèvent-ils de la raison pure, ou n’y aurait-il pas toujours une part instinctive, et existentielle? Notre hypothèse est que le conservatisme est avant tout une doctrine du réalisme politique, prenant en compte le monde et l’homme tels qu’ils sont, avec leurs qualités et leurs faiblesses, une doctrine qui écarte toute reconstruction d’un monde et d’un homme idéaux sur la base de théories supposant de faire au préalable table rase de cette réalité. C’est cette unité, autant de tempérament que de doctrine, qui fournit aux conservateurs la cohérence de leurs réflexes et de leurs réponses.

Vous consacrez un article au «conservatisme de gauche». A-t-il toujours existé ou bien est-il une réaction à la modernité technicienne ?

La pensée de gauche, volontiers démiurgique, a toujours souhaité non pas faire évoluer mais transformer l’homme ou la société, pour qu’ils ressemblent enfin à des idéaux parfaits.

La pensée de gauche, volontiers démiurgique, a toujours souhaité non pas faire évoluer mais transformer l’homme ou la société, pour qu’ils ressemblent enfin à des idéaux parfaits.

C’est dire que le conservatisme de gauche – hormis le sens péjoratif macronien déjà évoqué – semble absent de l’histoire des idées.

Le Figaro

Theresa May : «Nous quitterons l'UE. Il n'y aura pas de 2nd référendum. Les politiques doivent tenir leurs promesses.»
La Courneuve (93) : un chef d’entreprise et père de famille abattu par des malfaiteurs au cours d'un braquage

Commentaires

Accueil
Menu
X