Plein ecran

Yassine Bellatar aurait-il inventé la censure dont il se dit victime ? (MàJ)

Déc
2017

(…) Ces spectacles auraient-ils été déprogrammés pour des raisons politiques ? Producteur, diffuseurs, salles, ou encore municipalités auraient-elles cédé à des pressions extérieures ? @si a cherché à en savoir davantage. Or, les salles que nous avons contactées (le théâtre Femina de Bordeaux et l’Eden de Sausheim) disent, avec une certaine irritation devant le buzz, ne pas être au courant de telles annulations. Le journaliste de l’AFP François Becker a fait le même constat pour l’espace Julien à Marseille. Quant à la salle Poirel de Nancy, elle n’était pas joignable ce vendredi. L’un des diffuseurs du spectacle que nous avons joint affirme également ne pas avoir connaissance d’annulation. Les spectacles sont en tout cas toujours annoncés sur les sites Internet des salles, et les billets sont toujours en vente.

DES « RAISONS ÉCONOMIQUES » ?

Que s’est-il donc passé ? Selon Belattar, joint par @si, la production et les diffuseurs auraient décidé dans la journée d’hier d’annuler des dates de spectacles en avril 2018. Motif invoqué, toujours selon lui, par ses partenaires ? Des « raisons économiques », les producteurs craignant de ne pas remplir les salles en région. Toujours selon l’humoriste, l’annulation de la tournée aurait d’ailleurs déjà été évoquée un mois auparavant par la production. Mais pour lui, les raisons économiques avancées ne tiennent pas. « Ma promo pour ces salles-là commençait début janvier », fait-il valoir. « La réalité, c’est que ce qu’infuse l’article de Marianne dans mes réseaux me fragilise professionnellement », déplore-t-il.

Reste que les spectacles concernés sont toujours à l’affiche. Selon l’humoriste, ils ont été finalement rétablis, car pris en charge intégralement par la production, et non plus par les diffuseurs. Contactées par @si, les deux sociétés de production concernées, Juste pour rire, et Robin prod (cette dernière assurant sur son site travailler « en partenariat » avec la première, sur le spectacle de Belattar), se sont renvoyées la balle ou n’ont pas donné suite à nos appels.

(….) Arrêt sur images




Ce qu’en dit le correspondant à Marseille de l’AFP :

Clichy-sous-Bois (93) : un commerçant torturé sous les yeux de sa famille
Saint-Brieuc (?) : ils tabassent un homme en pleine rue

Commentaires

Accueil
Menu
X