Plein ecran

Christophe Guilluy : «La question qui obsède les Corses aujourd’hui est la question qui hante toute la France périphérique : Vais-je devenir minoritaire chez moi ?»

Déc
2017

Victoire des nationalistes en Corse, référendum controversé en Catalogne, élection de Donald Trump, Brexit, phénomène Johnny : pour le géographe, tous ces événements témoignent des fractures qui traversent les sociétés modernes.

-LE FIGARO. – Comment analysez-vous la victoire des nationalistes en Corse?

Christophe GUILLUY. – (…) L’insécurité culturelle est également très forte. Avant de tomber dans le préjugé qui voudrait que «les Corses soient racistes», il convient de dire qu’il s’agit d’une des régions (avec Paca et après l’Île-de-France) où le taux de population immigrée est le plus élevé. Il ne faut pas l’oublier.

La sensibilité des Corses à la question identitaire est liée à leur histoire et leur culture, mais aussi à des fondamentaux démographiques. D’un côté, un hiver démographique, c’est-à-dire un taux de natalité des autochtones très bas, et de l’autre, une poussée de l’immigration notamment maghrébine depuis trente ans conjuguée à une natalité plus forte des nouveaux arrivants. Cette instabilité démographique est le principal générateur de l’insécurité culturelle sur l’île.

La question qui obsède les Corses aujourd’hui est la question qui hante toute la France périphérique et toutes les classes moyennes et populaires occidentales au XXIe siècle: «Vais-je devenir minoritaire dans mon île, mon village, mon quartier?»

C’est à la lumière de cette angoisse existentielle qu’il faut comprendre l’affaire du burkini sur la plage de Sisco, en juillet 2016, ou encore les tensions dans le quartier des Jardins de l’Empereur, à Ajaccio, en décembre 2015. C’est aussi à l’aune de cette interrogation qu’il faut évaluer le vote «populiste» lors de la présidentielle ou nationaliste aujourd’hui. En Corse, il y a encore une culture très forte et des solidarités profondes. À travers ce vote, les Corses disent: «Nous allons préserver ce que nous sommes.»

 

(…) Le Figaro

Merci à valdorf

Conseil national du numérique : Un collectif d'universitaires accuse Fdesouche d'avoir lancé la polémique contre Rokhaya Diallo
Marie-Guite Dufay (PS) accusée de refuser les crèches de Noël au Conseil régional mais de dîner publiquement avec les islamistes de l’UOIF

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu