Plein ecran

Le visage d’un poilu de la Première guerre mondiale reconstitué grâce à son ADN

11/11

Ce lundi 6 novembre, à Cannes, à quelques jours de la journée d’hommage du 11 novembre, Robert Allard s’est retrouvé face au visage de son grand-père maternel.


Histoire : sur les traces d’un soldat inconnu

C’est le chef d’escadron de gendarmerie De Azevedo, commandant la compagnie de Cannes, qui lui a remis le portrait de son grand-père, le sergent Claude Fournier, mort pendant la première guerre mondiale, le 4 août 1916.

Tout a commencé le 6 mai 2015

Sur une zone de travaux autour de l’ossuaire de Douaumont, des ouvriers mettent au jour des ossements. Il s’agit des corps de trois poilus, deux sont probablement âgés d’une vingtaine d’années et le troisième aurait environ 35 ans. Une plaque de soldat est aussi retrouvée non loin, un nom y est inscrit : Claude Fournier, 1900, Mâcon.

La gendarmerie nationale est prévenue. L’on dépêche sur place le Dr Bruno Frémont, médecin urgentiste à Verdun qui est devenu d’une certaine façon, « le légiste médecin des Poilus ». (…)

L’institut de recherches criminelles de la gendarmerie nationale de Pontoise est sollicété pour réaliser une reconstitution faciale du défunt. Un portrait robot. (…)

Ainsi, il a pu être déterminé que son aïeul avait, à priori, les yeux bleus, les cheveux blonds et que son type était européen. (…)

Commentaires

Accueil
X