Plein ecran

« Donnez-moi » : Schneidermann Vs Fdesouche.com

Déc
2009

Hier en fin d’après-midi, Daniel Schneidermann et son équipe consacraient un article rempli d’approximations et d’inexactitudes à un sondage paru furtivement sur fdesouche.com et ayant trait à l’hypothétique financement d’un site communautaire français par nos lecteurs.

Logiquement, nous leur avons répondu en leur rappelant que Fdesouche.com faisait plus d’audience que leur site dont il est notoire qu’il n’intéresse pas les internautes.

Daniel Schneidermann en a donné une nouvelle preuve en lançant un énième appel à cotisation il y a quelques jours.

Et, pour illustrer nos propos, nous avons choisi d’accompagner cet article d’une chanson d’Enrico Macias dont le refrain est « donnez, donnez-moi ».

Ironie et second-degré qui nous valent aujourd’hui une nouvelle tribune de l’équipe d’ASI, dans laquelle notre article est accusé à mot à peine couvert d’être antisémite.

Il est à noter que les mêmes méthodes nauséabondes avaient été utilisées pour tenter de discréditer le journaliste d’investigation Pierre Péan, après la sortie de son livre « Le monde selon K ». Daniel Schneidermann avait insinué que l’utilisation du mot « cosmopolite » dans le livre rendait Pierre Péan suspect d’antisémitisme. Blessé par de tels sous-entendus, Pierre Péan avait quitté le plateau.

Dans sa tribune, la rédaction d’ASI s’attarde aussi sur le commentaire d’un de nos lecteurs tout en omettant de citer d’autres lecteurs déclarant être abonnés à Arrêt sur Images ou apprécier Eric Zemmour.

On est en droit de s’interroger sur les raisons profondes de l’hostilité frénétique de Daniel Schneidermann à l’égard de Fdesouche.com.

Pourquoi cette fixation contre notre petit blogue ?

S’il ne faut pas sous-estimer la part de jalousie et de sentiment d’infériorité que peut ressentir ce journaliste au regard de notre succès et de notre audience, elle n’explique pas tout.

Il y a derrière tout cela une francophobie latente. Une francophobie qui pousse un certain nombre de personnalités de l’acabit de Monsieur Schneidermann à ne tolérer les Français de souche que quand ils sont honteux, couchés, dénaturés, soumis et complexés et à haïr les autres.

Quoiqu’il en soit, s’il veut sortir de la spirale de l’échec et renouer avec le succès, au lieu de chercher des bouc-émissaires et de tenter de se faire passer pour une victime héroïque en s’attaquant aux honnêtes gens, Daniel Schneidermann ferait bien de faire son autocritique, de soigner sa francophobie et de se consacrer à améliorer la qualité éditoriale de son site.

Ce conseil fait office de cadeau de Noël.

Lundi soir, par curiosité, nous avons publié un sondage intitulé : « Dans quelles proportions seriez-vous prêt à financer un nouveau media internet professionnel dans la ligne de fdesouche.com ?« 

Un non-événement auquel l’équipe d’ « Arrêt sur images » – le site ouvert par Daniel Schneidermann après avoir été viré de France 5 en raison des faibles audiences de son émission – consacre pourtant un article rempli d’approximations et d’affirmations hasardeuses.

Nous nous réjouissons que le moindre de nos gestes soit désormais épié et interprété par les journalistes à l’instar des plus grandes stars. Certains, en dépit de plusieurs années passées à animer des émissions de TV, d’une idéologie conformiste, d’une francophobie à fleur de peau et de leur appartenance à la gauche mondaine n’y sont jamais parvenus.

C’est le cas de Daniel Schneidermann et de son site (payant)** dont l’audience reste en deçà de celle de notre modeste blogue d’amateurs et de bénévoles.

**Arrêt sur images « atteint ses limites » selon Daniel Schneidermann

[dailymotion]http://www.dailymotion.com/video/x2eejr_macias-enrico-le-mendiant-de-lamour_music[/dailymotion]

Citation du jour
Il y a 7 ans : Pascale Rolet brûlée vive par Samir Zaoui

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu