Plein ecran

Suisse. Immigration, islam : l’UDC fixe son cap pour 2017

Oct
2017

L’UDC est désormais prêt pour sa nouvelle initiative anti-immigration. Dans la foulée, il muscle sa politique face à l’islam radical.

Il ne manque plus que le feu vert de la Chancellerie fédérale. D’ici à deux mois, l’UDC va lancer une nouvelle initiative populaire sur un de ses thèmes fétiches: le contrôle de l’immigration. Après de longs mois de discussion, et l’étude de plusieurs variantes, le texte final a été approuvé vendredi par le comité du parti.

La grande nouveauté, par rapport à l’initiative «Contre l’immigration de masse» approuvée en février 2014 et que l’UDC estime n’avoir pas été mise en application. Il ne s’agit plus de renégocier l’accord de libre circulation des personnes, mais de l’abroger. Le Conseil fédéral a douze mois pour convaincre l’Union européenne d’accepter cette sortie partielle des accords bilatéraux. Au terme de ce délai, si aucun accord pour un divorce à l’amiable n’a pu être trouvé, le gouvernement aura trente jours pour résilier l’accord de son propre fait!

Le nouvel article constitutionnel 121 b précise la nouvelle donne: «La Suisse gère de manière autonome l’immigration des étrangers. La Confédération n’a pas le droit de conclure de nouveaux traités de droit international et de prendre des engagements pour accorder la libre circulation des personnes à des ressortissants étrangers.»

Cela ne signifie pas la fin de l’immigration liée au travail. Celle-ci reste possible pour autant qu’elle réponde aux besoins de l’économie et de la population. Pour l’UDC, cela veut dire lorsqu’il s’agit d’occuper des postes pour lesquels on ne trouve pas de nationaux. […]

L’UDC veut ainsi fixer des conditions strictes pour la pratique de l’islam en Suisse. Les mosquées doivent être accessibles en tout temps au public et à la police. Les prêches doivent se faire dans une langue nationale. Pas question d’introduire des jours fériés musulmans officiels. Enfin, l’UDC demande de supprimer le travail pastoral des imams dans les prisons et de les remplacer par des psychologues de prison. (TDG)

TDG

Wauquiez : «Emmanuel Macron est un petit président arrogant et capricieux»
Suisse : Neuchâtel pourrait reconnaître l'islam comme institution d’intérêt public

Commentaires

Accueil
Menu
X