Plein ecran

Rennes : « Nous avons affaire à une délinquance de mineurs étrangers marocains et algériens » assure le directeur de la sécurité

Oct
2017

En quelques jours, un meurtre et trois agressions graves ont eu lieu à Rennes. Trois questions à Patrick Chaudet, directeur départemental de la sécurité publique.

Un meurtre et trois agressions graves en quelques jours. La situation dérape-t-elle à Rennes ?

« Le nombre de faits n’augmente pas. Mais leur aspect violent, oui. On ressent une violence de plus en plus forte, surtout le week-end. On essaie de réagir le plus efficacement et professionnellement possible. Mais Rennes n’est pas la ville la plus criminogène de France. »

Qu’est-ce qui explique cette violence de plus en plus forte ?

« Il y a des difficultés, particulièrement en centre-ville, où il y a beaucoup d’établissements de nuit. Les personnes en état d’ivresse deviennent des proies. Elles se font détrousser de leur portefeuille, de leur portable. Il y a de plus en plus de rixes et pas seulement dans le centre-ville, également dans les autres quartiers.

Nous avons notamment affaire à une délinquance sensible de mineurs isolés étrangers. Ils viennent essentiellement du Maroc et de l’Algérie. Tous ont déjà été interpellés à des degrés divers. Quand ils s’avèrent majeurs et qu’on les interpelle sur des faits, on peut parvenir à les faire juger et incarcérer. Quatre d’entre eux ont été écroués cette semaine. Mais c’est un travail difficile. Beaucoup ont de fausses identités ou pas de papiers. »

Ouest-France

Merci à martin

Ploërmel (56) : le Conseil d'État ordonne le retrait de la croix surmontant la statue du pape Jean-Paul II (Màj)
François d'Orcival : « Là où l'État s'efface, le salafisme menace »

Commentaires

Accueil
Menu