Plein ecran

Des agriculteurs dénoncent « l’intox » de la « pénurie » de beurre dans les supermarchés

Oct
2017

L’absence de plaquettes de beurre dans certaines grandes surfaces ne relève pas d’une faute ou d’une pénurie de lait chez les producteurs, « c’est un problème de négociations commerciales entre industriels laitiers et distributeurs », a indiqué une porte-parole de la FNPL (producteurs de lait).

Jeudi, dans l’Ille-et-Vilaine et dans la Sarthe, les paysans ont distribué aux clients des supermarchés des tracts « Intox, la pénurie de beurre n’existe pas », dans lesquels est écrit, entre autres choses : « Si ce rayon est vide, c’est que ce magasin ne veut pas payer le beurre à son juste prix ! ».

Une vingtaine de producteurs laitiers d’Ille-et-Vilaine ont aussi mené jeudi une action au supermarché Cora de Pacé, dans la banlieue de Rennes, dont le rayon beurre était quasiment vide. « Les explications affichées, qui pointent notamment une production insuffisante, ne nous plaisent pas. Nous sommes soumis à un contrat et nous le remplissons en fonction de ce que l’on nous donne le droit de faire », a déclaré Frédéric David, président de la section laitière à la FDSEA 35.

Bouc émissaire

« Nous ne voulons pas être les boucs émissaires des relations commerciales tendues entre transformateurs et distributeurs », a-t-il ajouté. Une douzaine de producteurs laitiers ont mené, à l’appel de la FDSEA 72, une action similaire dans un supermarché Carrefour du Mans.

Des actions similaires étaient programmées vendredi à Nantes et à Vannes (Morbihan) et d’autres sont programmées samedi en région Centre. Selon la FNPL, les agriculteurs souhaitent « rétablir la vérité avec des affichettes dans les rayons où il y a soi-disant pénurie ».

Déjà, dans une note conjoncturelle de juin dernier, le centre national interprofessionnel de l’économie laitière (Cniel) expliquait que « l’absence de certains produits en rayon est révélatrice de tensions entre certaines enseignes de la grande distribution et leurs fournisseurs ». « Dans un contexte de guerre des prix entre distributeurs, la majorité des centrales d’achats françaises refusent de procéder à des hausses tarifaires nécessaires. Le prix du beurre au consommateur a ainsi augmenté de 6% entre août 2016 et août 2017 en France selon l’Insee, quand dans le même temps il a augmenté de 72% en Allemagne », ajoutait le Cniel dans cette note.

La crise des villes moyennes est-elle la conséquence du "white flight" (exode des Blancs vers la périphérie) ?
Les femmes noires sont victimes de discrimination pour les dons d'ovocytes

Derniers articles

Commentaires

X
Accueil
Menu