Plein ecran

Les conseils sanitaires de l’Élysée pour la visite de Macron en Guyane énervent des élus locaux

19/10

Ne pas boire l’eau du robinet, éviter le contacts avec les animaux, ou encore prendre ses précautions vis à vis de l’épidémie de Zika… La note de conseils sanitaires envoyée par l’Elysée aux journalistes qui doivent couvrir le déplacement d’Emmanuel Macron en Guyane entre le 26 et le 28 octobre a provoqué la colère des élus locaux.

A l’occasion du voyage présidentiel, les journalistes de la presse nationale devant suivre Emmanuel Macron, ont reçu le 12 octobre une note de conseils sanitaires qui ont ulcéré plusieurs parlementaire guyanais.

Cette note, publiée mercredi par le quotidien France-Guyane, prévient les destinataires que « la Guyane est actuellement touchée par l’épidémie de virus Zika », ceci alors que la préfecture de Guyane a annoncé la fin de l’épidémie de Zika depuis le 18 octobre 2016.

La note recommandait en outre « d’éviter de consommer de l’eau du robinet, glaçons, légumes crus, poissons, œufs dont vous ne connaissez pas la provenance et des viandes insuffisamment cuites » ou encore: « d’éviter tout contact avec les animaux ».

Une note « coloniale »

Dans un communiqué publié sa page Facebook, l’association des maires de Guyane a dénoncé une note « coloniale ». »Les éléments contenus dans cette note et ses conseils sont autant d’insultes adressées à la population guyanaise. Sommes-nous à ce point en danger pour qu’il soit conseillé aux journalistes de ne pas boire la même eau que nous? Sommes-nous à ce point en danger pour déconseiller aux journalistes de se baigner dans nos criques, anéantissant tous les efforts du secteur touristique », a réagi l’association.

« L’Elysée a diffusé sans précaution des informations fausses et sans fondement », s’est indigné mercredi le sénateur guyanais Antoine Karam dans un communiqué sur Facebook. « Plus grave, quelle image est-il ainsi renvoyée aux Guyanais eux-mêmes face à ce qui constitue leur quotidien? Je constate avec regret que la stigmatisation dont souffre souvent notre territoire émane ici du plus haut niveau de l’Etat », a regretté le sénateur.

De son côté, le député Gabriel Serville a estimé dans un tweet que « quand on lit les conseils de l’Elysée aux journalistes se rendant en Guyane on comprend d’où vient le mépris permanent pour notre territoire ».

(…)

 

La note en question :

 

Commentaires

X