Plein ecran

Belgique : une étudiante française tuée par un violeur en liberté conditionnelle

J-5

Connu de la justice pour de multiples affaires de viol, un Belge a admis avoir tué Louise, jeune femme de 24 ans originaire du Mans et étudiante en médecine vétérinaire à Liège.

Le lundi 9 octobre, Louise, 24 ans, ne se présente pas en cours à la faculté vétérinaire de l’Université de Liège. Prévenu et inquiet de cette absence, très inhabituelle pour la jeune femme, son petit ami décide de se rendre chez elle. Une fois arrivé dans son «kot» – surnom donné aux appartements d’étudiants en Belgique – du quartier du Longdoz, il découvre le corps sans vie de Louise.

Une autopsie pratiquée le lendemain révèle que la victime a été étranglée et a reçu un coup de couteau dans le thorax, selon plusieurs médias belges. […]

Le parquet de Liège ouvre immédiatement une enquête. Très vite, les soupçons se tournent vers un voisin de la jeune femme originaire du Mans, «P», âgé d’une cinquantaine d’années. En liberté conditionnelle depuis 2015, selon le média belge La Dernière Heure, l’homme a été condamné deux fois pour viol: en 2003 à trois ans de prison puis en 2006 à six ans d’enfermement.
«Dans une des poubelles, les enquêteurs ont retrouvé une chaussette tachée de sang. Par déduction, ils en ont conclu que cette poubelle avait été mise par le suspect. Un mandat de perquisition a été délivré par le juge d’instruction. On a trouvé quelques taches de sang dans l’appartement du suspect», a déclaré Catherine Collignon, porte-parole du parquet de Liège, lors d’une conférence de presse.

L’homme, âgé de 54 ans, a d’abord nié, puis est passé aux aveux, sans pour autant expliquer les raisons de son geste. Il est désormais placé sous mandat d’arrêt. Le parquet précise par ailleurs que Louise n’aurait pas été sexuellement abusée.

Le Figaro

Aidez-nous à administrer ce site

 

 


 

Abonnement mensuel

 

Abonnement hebdomadaire

Commentaires

X