Plein ecran

Londres : Sophie Lionnet était traitée comme une esclave par le couple franco-algérien suspecté de l’avoir tuée

26/09

7 à 8 – TF1 – 01/10/17


Quelques jours après l’arrestation d’un couple suspecté d’avoir tué Sophie Lionnet, Française qu’il employait à Londres, des amis de la jeune femme dénoncent l’exploitation dont elle était victime.

Quatre jours après l’inculpation pour meurtre du couple chez qui elle travaillait, les proches de Sophie commencent à réaliser l’ampleur du calvaire vécu par la jeune Française de 21 ans, loin de l’image idéalisée que celle-ci cherchait à tout prix à projeter de son expérience à Londres – son «rêve», nous confie une amie.

Ses bourreaux présumés, Ouissem Medouni, 40 ans, et Sabrina Kouider, 34 ans, comparaissent ce mardi devant un juge londonien. Le couple franco-algérien qui l’employait comme jeune fille au pair depuis dix-huit mois est suspecté de l’avoir tuée, puis d’avoir brûlé son cadavre mercredi dernier dans son jardin de Wimbledon, banlieue cossue de la capitale anglaise.

C’est là, derrière les murs d’une demeure estimée à plus d’un million d’euros, que Sophie Lionnet restait cloîtrée, s’occupant de deux enfants âgés de 3 et 6 ans, préparant les repas, faisant le ménage… pour un salaire de 56 euros par mois. Une somme dérisoire qui ne lui aurait en outre jamais été versée.

(…) Sophie était-elle maltraitée physiquement ? C’est ce que suggère une photo retrouvée par ses amies, téléchargée en octobre 2016 sur Facebook mais jamais partagée. On y distingue des traces de griffures sur le cou de la jeune femme, qui avait fini par acheter un billet retour, grâce à l’aide de sa famille. Elle aurait dû rentrer lundi dernier. Bouleversée par le destin tragique de son amie, «victime d’exploitation» puis de «barbarie», Léana enrage. «Comment peut-on faire une telle chose ? Elle voulait juste rentrer chez elle…»

Le Parisien

Merci à patriote

Une spécialiste de l'Allemagne : «L'afflux de réfugiés est une des raisons du succès de l'AfD. Les gens ont peur.»
Éric Zemmour : "La vie politique allemande est entrée dans l'après-Merkel"

Commentaires

Accueil
Menu
X