Plein ecran

Saint-Martin/Saint-Barthélemy : des pillages sous les yeux de la ministre des Outre-mer (MàJ : un stock d’armes volé, « C’est la guerre civile, ils crient: dehors les Blancs ».

09/09

09/09/2017

Après le passage dévastateur de l’ouragan Irma, les habitants de Saint-Martin sont confrontés à un autre fléau, les pillages. Les maisons laissées à l’abandon et surtout les magasins sont les cibles des voleurs. Pour faire face aux pilleurs, un contingent de 455 gendarmes Français est en route afin de sécuriser l’île.



08/09/2017

Isabelle, Toulousaine de naissance, vit sur l’île antillaise de Saint-Martin depuis 25 ans. Cette médecin, qui séjourne actuellement en vacances à Toulouse, a habituellement, du fait de son métier, les nerfs solides. Mais depuis hier, elle est en panique totale et lance un appel au secours car elle craint pour la vie de son mari et de son fils qui sont, eux, sur l’ïle antillaise ravagée par l’ouragan Irma.

Ses dires sont corroborés par les témoignages d’autres résidents de l’île, qui, sur les réseaux sociaux, racontent que ces gangs défoncent les portes des maisons et disent « dehors les Blancs ».

« Mon mari et mon fils sont en danger de mort, comme une grande partie de la population. C’est la guerre civile là-bas. On commence à entendre parler dans les médias des pilleurs qui ont dévalisé les magasins après le passage de l’ouragan, mais on est bien loin de la réalité. Des bandes de voyous ont en effet dévalisé le bâtiment des douanes, qui a été très abimé et ont volé le stock d’armes qui s’y trouvait. Depuis jeudi soir, ils sillonnent l’île masqués et cagoulés et s’attaquent aux maisons encore debout dans lesquelles les habitants se sont réfugiés« , raconte-t-elle, au bord des larmes.

« Je les ai eu hier soir au téléphone, ils sont tétanisés de peur. Ca tire autour de notre maison dans laquelle ils sont barricadés avec six amis qui sont chez nous parce leur villa a été détruite, poursuit-elle. Ils ne peuvent pas sortir. Ils disent que les agresseurs circulent par bande de dix, sont sans foi ni loi et sont prêts à tirer pour récupérer de la nourriture ou de l’argent. »

La Dépêche

Merci à Repp


La ministre des Outre-mer Annick Girardin, de retour d’une journée de reconnaissance aérienne à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, a évoqué des scènes de « pillages » qui se sont produits sous ses yeux et le renfort de 400 gendarmes pour y faire face, suite au passage d’Irma. Le Premier ministre néerlandais a évoqué de son côté une « situation grave » à Saint-Martin.

Alors que l’ouragan Irma a frappé de plein fouet les Antilles, Porto Rico et les Îles Vierges ces derniers jours, causant d’importants dégâts matériels (environ 200 millions d’euros de coût selon la Caisse Centrale de Réassurance), des débordements ont été observés sur l’île de Saint-Martin ces dernières heures. La ministre des Outre-mer Annick Girardin, de retour d’une journée de reconnaissance aérienne à Saint-Martin et Saint-Barthélemy, a évoqué ce jeudi soir sur Martinique 1ère des scènes de « pillages », qui se sont produits sous ses yeux. Prônant un retour à l’ordre public, elle a annoncé le renfort de 400 gendarmes. Dans la même veine, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte s’est inquiété vendredi 8 septembre d’une « situation grave » à Saint-Martin.

De son côté, la ministre de la Justice Nicole Belloubet a annoncé ce vendredi sur RTL l’arrivée d’un procureur de la République pour « assurer l’ordre public aux côtés des forces de police et à recueillir […], inciter les gens à porter plainte si nécessaire ». Sur BFMTV, Annick Girardin a précisé que le nombre de « gendarmes, pompiers, sauveteurs, médecins et experts » passerait de 600 à 900 sur l’île de Saint-Martin. » […]

LCI

Commentaires

X