Plein ecran

Comment les nouveaux programmes scolaires polonais réécrivent l’Histoire

05/09

Rentrée des classes houleuse en Pologne alors qu’une vaste réforme scolaire suscite la controverse. Selon bfmtv, en plus de la suppression du collège, « les nouveaux programmes semblent revisiter l’Histoire afin de glorifier une mythologie nationale ».

« Le gouvernement mène des attaques sur les acquis de ces vingt-cinq dernières années aussi bien sur la démocratie, la justice, les médias et maintenant l’éducation, ajoute Jean-Yves Potel. Le gouvernement parle de repolonisation, comme en France le Front national peut vouloir ‘refranciser’. »

Cette réforme, adoptée en urgence en début d’année, supprime le collège et repasse à un système à deux niveaux, école primaire et lycée. Une configuration qui existait jusqu’en 1999, et pendant la période communiste, comme le rappelle RFI. Au lieu des six années de primaire, trois de collège et trois autres de lycée, les petits Polonais âgés de 7 à 14 ans fréquenteront donc le même établissement durant huit ans avant quatre années de lycée.

Le texte est vivement contesté. Une pétition, qui a recueilli un million de signatures pour que cette réforme fasse l’objet d’un référendum, a été rejetée par le Parlement, selon la radio et chaîne de télévision allemandes Deutsche Welle. […]

Outre la question des suppressions de postes -fermeture de 7000 établissements scolaires et licenciement de 9000 enseignants, selon le puissant syndicat de professeurs ZNP- les enseignants s’inquiètent des nouveaux programmes qui concernent tous les niveaux et toutes les matières. Car, comme l’explique à BFMTV.com Jean-Yves Potel, historien et politologue spécialiste de l’Europe centrale, ils sont désormais axés sur l’héroïsme polonais.

«  L’idée centrale c’est de rendre les programmes plus patriotiques dans un esprit nationaliste, tout en écartant les zones sombres . Pour le gouvernement, le travail historique qui a été effectué ces vingt-cinq dernières années sur la Seconde guerre mondiale permettant de reconnaître les responsabilités correspond à une pédagogie de la honte. Il ne vont pas mentir mais procéder par omission. L’holocauste ne sera pas nié mais l’héroïsme des Polonais qui ont sauvé des juifs sera exacerbé. Le pogrom de Jedwabne, qui a eu lieu en 1941, sera présenté comme le fait de bandits manipulés par les Allemands, alors qu’il y avait eu une reconnaissance par les autorités polonaises digne du discours de Jacques Chirac pour la rafle du Vélodrome d’Hiver. » […]

Pour ce qui correspond à la classe de 6e, les cours d’histoire ne commenceront plus par Rome et la Grèce antique mais Mieszko Ier, un souverain polonais du 10e siècle. Sans aucune référence au reste du monde. […]

bfmtv

Aidez-nous à administrer ce site

 

 


 

Abonnement mensuel

 

Abonnement hebdomadaire

Commentaires

X