Plein ecran

Agression de Boris Faure : El Guerrab déféré au parquet, deux mois d’arrêt pour le cadre PS (MàJ)

02/09

05/09/17

Le député M’Jid El Guerrab démissionne d’En Marche mais garde son poste de député. Il a été mis en examen pour violences volontaires avec arme contre le dirigeant socialiste Boris Faure. Il est accusé de l’avoir violemment agressé à coups de casque.
– BFM TV, 5 septembre 2017,13h48


03/09/17

Maître Patrick Klugman, avocat de Boris Faure : «Mon client s’est pris un coup de casque. Il est à terre. Il prend un 2ème coup de casque. M. El Guerrab est un homme dangereux. Pas seulement parce qu’il a frappé une fois, mais parce qu’une fois qu’il a frappé – député ! – il ne cesse de se justifier de l’avoir fait. Cet homme est dangereux.»
– CNEWS, 3 septembre 2017


02/09/17

Le cadre socialiste Boris Faure s’est vu prescrire un arrêt de travail de deux mois après son agression, mercredi, par le député LREM, M’jid El Guerrab. Ce dernier vient par ailleurs d’être déféré au parquet en vue de l’ouverture d’une information judiciaire pour violences volontaires avec arme.

(…) Le Parisien


01/09/17

19h01 : Arnaud Leroy, membre du conseil d’administration LREM, annonce qu’une procédure est lancée contre M’Jid El Guerrab, sans toutefois en préciser la nature : «On a un rôle à jouer en tant que mouvement (…) Il y a des procédures internes, je peux pas vous dire car il y a des conditions d’audition qu’il faut qu’on respecte, mais vous vous doutez bien qu’on ne va pas rester sans réponse face à cette situation».
– CNEWS, 1er septembre 2017, 19h01


17h06 : François Kalfon (PS) demande l’exclusion de M’Jid El Guerrab de LREM : «La première des moralisations est d’exclure la violence et la barbarie».


17h05 : Boris Faure nie avoir proféré des insultes racistes à l’égard de son agresseur M’Jid El Guerrab


16h30 : Le récit de BFM TV avec les réactions des proches de Boris Faure et de l’avocat de M’Jid El Guerrab


Agression d’un cadre socialiste : le député LREM M’jid El Guerrab est placé en garde à vue

Le député LREM M’jid El Guerrab a été placé en garde à vue vendredi 1er septembre, à 15 heures, dans le cadre de l’enquête sur l’altercation qu’il a eue mercredi avec Boris Faure, premier secrétaire de la fédération socialiste des Français de l’étranger, annonce son avocat à franceinfo. L’élu a décidé de renoncer à son immunité parlementaire et de se rendre au commissariat en début d’après-midi.

« J’ai décidé de me mettre en congé du parti et du groupe parlementaire LREM »

« Suite à l’altercation que j’ai eue avec M. Boris Faure, j’ai décidé de me mettre en congé du parti et du groupe parlementaire LREM afin de permettre à l’enquête de se dérouler de la manière la plus sereine possible et de faire toute la lumière sur ce qui s’est passé. Je souhaite naturellement le rétablissement le plus rapide à Monsieur Faure » écrit, par ailleurs, M’jid El Guerrab sur son profil Facebook.

(…) France Info



31/08/17

Il n’est plus question de propos racistes

Facebook


Le récit de l’agression sur BFM TV :


Alors qu’un proche de M’Jid EL Guerrab rapporte que le député a été violemment insulté par le responsable PS – « Boris Faure l’a empoigné par le bras, l’a traité d’imposteur, de communautariste de merde, de sale arabe » – la famille du militant juge « risibles » de telles accusations : « Certains se croient autorisés à attribuer à Boris Faure, au cours de ces échanges et lors de l’altercation des visées ou des propos racistes. Pour ceux qui le connaissent, ces allégations sur Boris Faure sont risibles et insultantes ».

Un témoin, interrogé par Marianne sur les lieux de l’incident, assure avoir bien entendu une insulte de la part de Boris Faure : « Il a dit ‘sale arabe’, tout le monde a entendu ».

Gabriel Richard-Molard juge lui « impensable » que son ami ait pu avoir une parole raciste à l’égard de M’Jid El Guerrab : « Ça fait quinze ans que je bosse avec lui, c’est juste pas possible qu’il l’ait insulté de cette façon. L’accusation de communautarisme, oui, mais le ‘sale arabe’, non. »L’ensemble des cadres socialistes de la fédération des Français de l’étranger soutient d’ailleurs Boris Faure. « Tout le bureau fédéral des Français de l’étranger du PS est convaincu comme moi que Boris n’a pas dit ce que prétend El Guerrab. Nous le soutenons de tout cœur », nous explique Gabriel Richard-Molard.

Marianne


« Hier après-midi, Boris Faure a été violemment agressé à Paris.
Il a été admis à l’hôpital. Son état général s’est rapidement dégradé. Il a dû être opéré en urgence. Les médecins ne se prononcent pas à ce stade sur les suites pour son état de santé. Il est aujourd’hui en soins intensifs et reste sous surveillance
« , affirme la famille.

Gabriel Richard-Molard, cadre de la fédération PS des Français de l’étranger et proche de Boris Faure, ajoute lui auprès de Marianne que le responsable PS « va rester en observation 48 heures dans un hôpital de la région parisienne ». Ce cadre nous affirme également qu' »une plainte sera déposée ce matin contre M’Jid EL Guerrab pour coups et blessures volontaires. »

(…) Marianne


30/08/17

Le député macroniste M’Jid El Guerrab a porté de violents coups de casque contre Boris Faure, responsable de fédération socialiste, ce mercredi 30 août, dans le cinquième arrondissement de Paris. Il a expliqué à la police avoir été lui-même agressé et insulté par son adversaire, avec qui il entretient un contentieux politique.

(…) Les agents de sécurité de Paris Habitat, dont les locaux sont situés en face du restaurant, ont dû empêcher l’élu d’aller plus loin. Philippe, un de ces vigiles, estime que l’élu était hors de lui : « Si on ne l’avait pas arrêté, il aurait continué à le tabasser ». Le macroniste s’est immédiatement plaint d’avoir été agressé par son interlocuteur. Contacté par Marianne, un proche de M’Jid El Guerrab considère que le député s’est simplement « défendu » : « Boris Faure l’a empoigné par le bras, l’a traité d’imposteur, de communautariste de merde, de sale arabe. M’Jid s’est défendu avec son casque, c’est tout. C’est une réaction instinctive. » Ce proche suggère encore que Boris Faure ne se serait pas trouvé dans cette rue par hasard mais aurait attendu le député aux abords de son domicile afin de provoquer un règlement de comptes.

De nombreux témoins rejettent la thèse d’une agression de Boris Faure. « L’autre l’a touché, il a touché son bras. Mais ça ne s’appelle pas une agression », considère Philippe, qui assure avoir tout vu. Le socialiste aurait en revanche bien insulté le député. Un témoin explique : « Il a dit ‘sale arabe’, tout le monde a entendu ».

Marianne

Commentaires

X