Plein ecran

Patrick Braouezec : «J’ai voté pour Emmanuel Macron, ma déception est réelle»

12/08

Dans une tribune au « Monde », le président de Plaine Commune, Patrick Braouezec, qui avait soutenu le candidat d’En marche ! lors de la présidentielle, regrette que le chef de l’Etat n’ait pas su « contenir la puissance de l’argent».

Patrick Braouezec a été membre du Parti communiste jusqu’en 2010. L’établissement public territorial (EPT) Plaine Commune est une structure intercommunale française, créée le 1er janvier 2016 dans le cadre de la mise en place de la métropole du Grand Paris et située dans le département de la Seine-Saint-Denis en région Île-de-France.

« Mon véritable adversaire, il n’a pas de nom, pas de visage, pas de parti, il ne présentera jamais sa candidature, il ne sera jamais élu et pourtant il gouverne. Cet adversaire, c’est le monde de la finance », (François Hollande au Bourget, 22 janvier 2012) .

J’ai voté pour Emmanuel Macron dès le premier tour de l’élection présidentielle, malgré mes engagements à gauche et, même, pour une très grande part, « à la gauche de la gauche ». Je l’ai fait savoir publiquement dans une tribune au Monde datée du 8 mars 2017. M. Macron a été élu et j’en ai été satisfait.

De la même façon, comme je m’y étais engagé, j’ai soutenu les candidats présentés par le PCF, qui le souhaitaient, aux élections législatives. La constitution d’un groupe communiste et apparenté à l’Assemblée nationale est positive pour la démocratie et la vie parlementaire. Mon soutien était, comme je l’écrivais, sans illusions, mais j’espérais que la volonté de M. Macron fût de rompre avec l’immobilisme de Hollande et les politiques réactionnaires de Sarkozy.

L’issue de ces deux scrutins devrait donc pleinement me satisfaire ; je dois avouer que tel n’est pas le cas et ma déception est réelle. Les échanges que nous avions eus, M. Macron et moi-même, et la lecture de son livre Révolution (Xo, 2016) m’avaient convaincu que, malgré quelques divergences, rien n’était rédhibitoire à mon soutien, tant le danger de l’élection des autres prétendants était grand. Alors pourquoi cette déception ?

Elle n’est pas due à son action à l’international ni à ses justes positions ou déclarations (au Vel’ d’Hiv, par exemple). Elle concerne, en revanche, la composition d’un gouvernement qui penche plus à droite qu’à gauche, et notamment sur des compétences majeures, contrairement à ce que ses propos préprésidentiels pouvaient laisser augurer.

Plus essentiel est ce qui était une ligne forte dans le livre du futur président : le juste équilibre entre, d’un côté, le libéralisme économique et sociétal et, de l’autre, la protection et la solidarité ; […]

Le Monde

Près de 400 000 Algériens naturalisés depuis 1998, un tiers des naturalisés d’origine maghrébine
Une querelle entre des familles de Roms termine en fusillade en Italie

Commentaires

Accueil
Menu
X